le_fotn-e_1500x1500J’étais un gros fan de ce groupe et de son atmosphère viking. Mais la cassure entre la chanteuse et fondatrice du groupe, Liv Kristine, et son mari, Alexander Krull, ont fait les choux gras de Facebook pendant le printemps. Dommage qu’un tel déballage ait eu lieu et finalement dommage de voir une chanteuse de sa grand talent quitter le groupe. A peine Liv partie c’est Elina qui a pris le relai. Plus jeune, plus sexy, une jolie voix, bref, tout se met en place pour réconquérir le public, y compris en réenregistrant des titres du nouvel album avec cette nouvelle vocaliste, technique que je trouve très moyenne, personnellement. Mais avant l’étape du nouvel album il fallait bien produire quelque chose, pour convaincre le public que ce changement se fait pour le meilleur, et surtout que le groupe n’est pas mort. Eh bien c’est un nouvel EP, tout beau tout chaud, que le groupe nous propose, intitulé Fires in the North. Le titre m’a laissé songeur et m’a fait penser à ce qui avait incendié le couple dirigeant le groupe au cours du printemps…

On commence avec Fires in the North, seul morceau inédit de cet EP. Musicalement ce n’est pas mal et je peux même dire qu’Elina ne chante pas mal du tout dessus. La rythmique est bonne et tout est là pour en faire un bon titre, si ce n’est que ce n’est pas Liv qui tient le micro, et cela se ressens de bout en bout, comme une ombre sur cette chanson. Une chouette tentative, reste à voir ce que cela peut donner sur un album complet. On nous propose ensuite le même morceau en version acoustique. Pas inintéressant mais absolument pas vital et c’est bien là que le bât blesse : la musique n’est pas mauvaise mais ce n’est pas le même groupe.

S’ensuivent trois reprises du précédent album où Elina officie à la voix. Edge of Steel était déjà sorti peu de temps après la crise du groupe, Sacred Vows et Swords in Rock venant compléter l’EP. Clairement la présence de ces morceaux impose de comparer avec l’original et malheureusement, même si c’est agréable à l’écoute, ce n’est pas, pour moi, du Leaves’Eyes.

Cet EP offre donc un bilan en demie-teinte : un nouveau morceau proposant de mettre en avant la voix d’Elina, ce qui est plutôt intéressant, mais en même temps un seul morceau sur cet EP est inédit. Et qu’on ne vienne pas me dire que le resservir en acoustique est d’un quelconque intérêt. Le groupe avait ici une carte à jouer en pouvant proposer quelque chose de nouveau pour convaincre les fans que Leaves’ Eyes n’est pas mort, or en se contentant de prendre des compos précédentes le risque de ne pas convaincre était plus que grand. Pour moi en tous cas Leaves’ Eyes est mort, ce qui est bien dommage. Reste à savoir si Alexander Krull saura relancer les choses depuis les cendres du groupe… Affaire à suivre !

Fires in the North
Leaves’ Eyes
AFM
2016