hammerandblade-egilandnixJe suis un grand amateur de fantasy classique et la sword and sorcery est donc un plaisir pour moi au quotidien. Et lorsque je suis tombé sur ce roman de Paul S. Kemp mettant en scène deux héros des plus archétypaux, dotés d’une mission complexe qu’ils sont contraints d’accomplir. Mêlant magie, combats épiques, quête dangereuse et humour décapant, cette nouvelle série devrait rapidement vous convaincre, tout comme cela a été le cas pour moi.

La couverture de l’édition Del Rey (poche), est à mon sens plus réussie que celle de l’édition originelle (Angry Robot). Elle met en avant les deux protagonistes et permet ainsi d’avoir une première impression visuelle sur eux. La quatrième m’a donné vraiment envie de me plonger dans l’univers de ces deux trublions :

A pair of down-at-heel treasure hunters and incorrigible rogues. Egil is a priest, happy to deliver moral correction with his pair of massive hammers. Nix is a sneak-thief; there’s no lock he cannot open, no serving girl he cannot charm. Between them, they always have one eye open for a chance to make money – the other eye, of course, is on the nearest exit.  Nix’s idea?

Kill a demon.
Steal the treasure.
Retire to a life of luxury.
Sounds easy when you put it like that.

Unfortunately for Egil and Nix, when the demon they kill has friends in high places, retirement is not an option.

Egil et Nix c’est un peu les Laurel et Hardy de la fantasy : ils s’engueulent, se battent ensemble, et pourtant s’apprécient énormément. Egil, prêtre d’un dieu mort, et Nix, voleur à la formation (courte) de magicien, nous emmènent dès les premières pages au cœur d’une de leurs aventures, alors qu’ils tentent de piller un temple. Mais comme de bien entendu tout ne va pas se passer comme prévu et ils vont se trouver confrontés à un démon, qu’ils seront contraints de vaincre pour survivre. Mais la mort de ce démon va entraîner une multitude d’évènements tous plus bizarres les uns que les autres, et vont amener les deux aventuriers plus loin qu’ils ne l’auraient souhaité. Le final, bien qu’attendu, est très réussi et les éléments y amenant sont suffisamment bien construit pour que tout s’emboite à merveille.

Mené à un rythme trépidant, ce roman vous emmène loin de votre quotidien, à la suite d’un magicien craignant pour sa vie, poursuivis par des démons, devant surmonter des pièges,… Paul S. Kemp parvient à maintenir ce niveau très élevé tout au long du bouquin, avec des chapitres assez court, rendant l’ensemble réellement addictif pour le lecteur qui a du mal à cesser sa lecture.

Le style est adapté au récit : rapide, fluide, et je n’ai eu aucun problème à comprendre la langue de Shakespeare dans ce roman. L’humour qui se dégage des dialogues aide clairement à fluidifier l’ensemble pour le plus grand plaisir du lecteur.

The Hammer and the Blade est un de ces romans que l’on lit sans rechercher la grande formulation littéraire, sans en attendre des surprises scénaristiques, juste en cherchant une aventure sympathique et qui détende. L’auteur maîtrise son propos et sa manière d’écrire son roman  dénote qu’il a clairement du métier. Personnellement j’ai été plus que convaincu par ce premier tome qui a su m’emporter et me donner réellement envie de lire les suivants dès leur sortie !

The Hammer and the Blade
Egil & Nix T1
Paul S. Kemp
Del Rey
5,90 $