seuls-moucha

Bragelonne, par l’entremise de son label Snark, a pris l’habitude de nous proposer d’excellentes petites choses en matière de romans d’auteurs français. Je vais dans cette chronique vous parler de ma dernière découverte : Seuls de Mathias Moucha. Je suis un grand fan de fantastique et je dois dire que pour le coup cet auteur a su me bluffer, et voici pourquoi !

La couverture est dans les standards de la collection avec une image Shutterstock retravaillée et la charte graphique habituelle. Cette forêt brumeuse fonctionne néanmoins à merveille pour créer l’ambiance du roman. La présentation de l’éditeur sert également à ça et donne un bon aperçu de ce que le lecteur trouvera dans ces pages numériques :

Mathieu pensait faire un aller-retour express en République tchèque : le temps de régler les affaires de son grand-père, tout juste décédé, et peut être de boire une bière dans une pivnice typique de Prague avec son frère, son neveu et un ami. Mais à peine a-t-il mis le pied dans le village sinistre de ses ancêtres que l’escapade tourne au cauchemar.

De la Bohême profonde aux vieilles rues de Prague, de l’antique Sumer à la Vienne impériale, des Cathares aux armées nazies, Mathieu suivra un chemin jalonné d’épouvantables découvertes.

Un voyage avec pour compagnons la peur, la mort et une vieille paire de lunettes.

Mathias Moucha parvient, en partant d’une situation lambda, à créer ce qui correspond à la règle du fantastique : le quotidien qui dérape. Eh bien là celui de Mathieu, accompagné de Stéphane et Daniel, ne va pas échapper à cette règle et il va plonger dans un Enfer. Qu’est-ce qui marque réellement concernant ce roman qui n’est finalement qu’une quête d’un artefact perdu dans l’Histoire sur lequel le héros retombe ? Eh bien c’est ce huis-clos parfaitement orchestré qui vient créer cette ambiance oppressante que j’ai vraiment appréciée. Il l met en place le plus simplement du monde et jusqu’à la conclusion du roman les questionnements posés resteront dans le brouillard. Une excellente manière de pousser le lecteur en avant, de l’immerger dans son univers.

Les personnages décrits sont crédibles même si Stéphane et Daniel m’ont semblé un peu archétypaux. Toutefois il est difficile de ne pas tomber là-dedans au cours de l’écriture de ce type de roman. Toutefois Mathias Moucha esquive un peu cet écueil grâce à des interactions entre ses trois protagonistes vraiment intéressantes. De même le nœud du début de son histoire va donner encore plus d’importance à ces interactions, développant ainsi la psychologie des personnages comme sous l’effet d’un coup de fouet. J’ai vraiment trouvé l’ensemble très intéressant.

Stylistiquement le roman tient la route sans tomber dans le trop bien écrit tout en restant vivant. Clairement la plume de l’auteur demande encore un peu d’affinage mais, point très positif, les coquilles restent très peu présentes sur roman. C’est habituellement l’un des points noirs des publications Snark (même si une nette amélioration est en cours), et ici cette absence offre plus de fluidité à la lecture.

Seuls est un excellent roman fantastique qui prends quelques poncifs du genre avant de parvenir à s’en détacher grâce à ce huis-clos mené de manière réellement intéressante. L’auteur sait visiblement ce qu’il fait, pour le plus grand plaisir des lecteurs amateurs de fantastique ne tombant pas dans le glauque. Une petite pépite à découvrir, même si le numérique pourra en rebuter certains. Sachez toutefois qu’une version en impression à la demande doit être disponible donc si vous le voulez absolument en papier cela est possible ! Mathias Mouchas est donc un auteur à suivre de près et ses prochaines publications, si elles restent du niveau de celle-ci, devraient confirmer ce premier sentiment.

Seuls
Mathias Mouchas
Snark
Bragelonne
9,99 €