sainte-marie-5Sophie Dabat a su surprendre le lectorat avec les quatre premiers tomes de sa saga mêlant agréablement SF, fantastique, urban-fantasy,… Un melting-pot étonnant qui pourtant fonctionne à merveille ! Loin des clichés, jouant même très clairement avec eux par moment, l’auteur parvient à nous emmener sur ses traces et celles de Marie. Venez donc avec découvrir cet ultime tome de la saga, plein de révélations et d’émotions…

La couverture est dans la veine de ce qui a été proposé auparavant par Bragelonne sur cette saga au long cours et je n’ai pas changé d’avis en l’occurence. Cela fonctionne bien sur la série, même si le rapport avec les romans est assez ténu finalement. La présentation de l’éditeur remet un peu les choses en place entre les deux opus afin que le lecteur ne soit pas trop perdu…

Je suis Lily Turner. Marja Baldursdottir. Marie Orier. Sainte Marie des Ombres. Et je suis morte.
Neuf mois ont passé. Les proches de Marie ont refait leur vie, tenté d’oublier ou – au moins – de se reconstruire. Souvent, Anne se recueille sur sa tombe, accompagnée de Morag. Quand, un matin, la chienne se précipite vers un mausolée à l’abandon, Anne y découvre une jeune femme terrorisée, nue, enceinte et blessée.
Une jeune femme sans nom, sans identité ni passé, et qui bouleverse Anne. Son regard, c’est celui de Marie.

Comme à son habitude Sophie Dabat nous propose un roman brut de décoffrage, tout comme son héroïne. Dès les premières pages on est remis dans le bain et l’action s’enchaine sans discontinuer. Et plus les chapitres avanceront et plus tout va s’emballer pour nous proposer un final vraiment haut en couleur. Le lecteur retrouvera tous les personnages qu’il a appris à aimer au fil des tomes même si je ne peux pas garantir qu’à la fin ils soient toujours tous en pleine santé… Le côté trépidant des aventures proposées par Sophie est donc toujours bien présent, tout comme le langage de charretier des différents personnages, leur gouaille pour certains, ou bien alors leur aspect réservé. Les émotions développées ici sont, comme d’habitude, toujours aussi crédibles et plus le récit a avancé plus je m’inquiétais pour les personnages, pour ce qui allait leur arriver.

Le style efficace et sans concession de Sophie Dabat est une fois de plus au rendez-vous et elle parvient à merveille à alterner les descriptions en les rendant vivantes, avec les dialogues percutants dont elle a le secret. Seul bémol à nouveau sur ce tome, pas mal de coquille ont échappé à la vigilance de l’éditeur, ce qui par moment a légèrement gêné ma lecture.

Avec ce dernier tome Sophie conclut à merveille sa série au long cours. Personnellement je ne peux qu’espérer avoir l’opportunité de lire d’autres romans dans le même univers, tant elle est parvenue à développer une chose véritablement unique, en tous cas à mes yeux. Et je suis d’autant plus curieux de découvrir sur quels autres projets elle pourrait bien être en train de travailler désormais…

La Mémoire de l’obscurité
Saint-Marie-des-Ombres T5
Sophie Dabat
Bragelonne / Snark

9,90 €