JDR - SKULL AND BONES EXTENSION 1915Le Prem’ des Der’

Sorti en 2015, Skull & Bones constituait une « suite » de Tenebrae – c’est à dire qu’il en reprenait la plupart des éléments (des personnages affrontant des démons incarnés sur Terre, grâce à divers pouvoirs et techniques de combat) tout en les transposant à l’époque de la Première Guerre mondiale. La gamme était prévue pour couvrir une année du conflit par supplément – et voici donc le premier jalon de cette chronologie : le sobrement intitulé 1915 !

Sans surprise, cette extension reprend la présentation à présent classique chez les XII Singes (et héritée de Tenebrae) : un pack qui comprend trois livrets, chacun offrant un contenu qui fait avancer le décor de jeu – que ce soit en dévoilant des secrets, en offrant des nouvelles options techniques aux personnages ou en proposant des aventures à jouer.

Trois sur trois

Le Dossier 05 (l’An 2 de la Guerre) donne une brève chronologie de l’année 1915, balayant les divers changements (la guerre diplomatique, technologique et bien sûr magique) et offrant son lot de nouveautés (les méphites, ces gaz de combat directement issus des Enfers et qui promettent quelques scènes d’horreur bien tendues). Cette partie laisse cependant un léger goût de trop peu : sans exiger un manuel d’histoire, on souhaiterait un développement plus poussé du déroulé de la guerre et de la façon de se servir des dates-clés pour écrire des scénarios. Là, cela reste un peu léger… La suite du livret détaille de nouveaux sorts de magie blanche, de quoi étoffer l’arsenal des Docteurs qui en auront bien besoin ! Car juste après, un petit système (simple et élégant) permet au meneur de jeu de créer ses propres cellules de l’organisation Skull & Bones : contacts, ressources, ambitions, modus operandi… Cela autorise à mettre sur pied des factions ennemies adaptées au groupe de personnages et de centrer des scénarios autour de cet antagonisme.

Le Dossier 06 (les Chapitres) détaille deux branches de Skull & Bones. L’anglaise est particulièrement intéressante car noyauté par le fameux Aleister Crowley, qui s’en sert pour servir ses propres ambitions – pas toujours compatibles avec celles de l’organisation-mère… De quoi ajouter un niveau de jeu supplémentaire et briser le manichéisme du background. Le chapitre anglais est donc présenté avec ses diverses sociétés-écrans et ses nouveaux pouvoirs (les sigils, qui permettent de modifier les capacités des pentacles), de façon solide et directement utile en jeu. Quant au chapitre allemand (déjà grandement expliqué dans le pack de base de Skull & Bones), il est ici étoffé de quelques informations nouvelles. On se rend notamment compte que toute l’organisation ne travaille pas dans le même sens et que certains sorciers – sans devenir des alliés des personnages – pourraient grandement aider la Multitude dans sa mission (l’ennemi de mon ennemi, en somme…). Une fois de plus, le décor de jeu gagne en cohérence et en complexité.

Enfin, le Dossier 07 (les Gibets des Enfers) est comme de coutume une petite campagne en trois scénarios qui permet de s’approprier directement toutes les informations présentées précédemment. Les Docteurs y sont envoyés sur la piste d’un mystérieux zeppelin noir ayant attaqué Paris – une enquête qui les enverra en Angleterre puis en Allemagne vivre de nombreuses aventures dans le but de détruire une arme secrète de l’ennemi.

Propagande

Comme toujours, la présentation en pack de livrets a l’avantage de l’ergonomie – d’autant que la chemise offre sur son verso deux belles cartes utilisables durant la campagne. L’intérieur des livrets est joliment illustré, notamment par des affiches type propagande de guerre mettant en scène les Docteurs – une jolie idée. De nombreux tableaux et organigrammes rendent toutes les informations claires et accessibles – encore un bon point pour l’appropriation du background, parfois touffu (comme il est naturel pour un arrière-plan pétri d’ésotérisme).

Seul regret : que la couverture du supplément soit une réutilisation de l’illustration produite par Frédéric Genêt pour le jeu de base… Une économie de bout de chandelle un peu dommage et qui porte sans doute préjudice à 1915 (sur les étals d’une boutique, difficile de discerner Skull & Bones de son extension…). Souhaitons que le prochain supplément offre une vitrine inédite !

Bonne année

1915 est donc un produit solide et utile qui préfigure bien de ce que sera la gamme consacrée à Skull & Bones : du matériel immédiatement jouable, un décor de jeu qui évolue et s’étoffe et du scénario afin de se lancer directement. Une structure désormais bien rodée par les XII Singes, un éditeur qui sait assurer le suivi pour ses jeux – tant en terme de qualité que de régularité. Rendez-vous donc en 1916 pour confirmer tout cela !

 

1915

Un supplément au jeu Skull & Bones édité par les XII Singes

Pack composé de trois livrets de 32 pages sous une chemise-couverture

25 €