2-mister-robot

Elliot Anderson est un génie des ordinateurs. Solitaire et asocial, il travaille officiellement dans une société informatique. Mais il passe tout son temps libre à hacker son entourage, pour veiller sur eux à distance et influencer leur vie selon sa conception de la justice.

Depuis quelques mois, il a l’impression d’être suivi. Un jour, un homme l’aborde à la sortie du métro. C’est Mister Robot, et il a une proposition exceptionnelle à lui faire : il veut changer le monde. Et pour cela, il a besoin d’Elliot…

Cette série tire une grande partie de son originalité de sa galerie de personnages complexes, à la psychologie très travaillée. C’est eux que l’on prend le plus plaisir à suivre, bien au delà de l’histoire. Ils sont tous atypiques, tous convaincants, et leurs comportements sont loin des personnalités stéréotypées qu’on retrouve souvent dans les séries télévisées. Aucun d’entre eux n’est bâclé. Les acteurs sont très bien choisis et apportent énormément à l’atmosphère électrique de l’intrigue.

Elliot, anti-elliothéros de cette histoire, superbement interprété par Rami Malek, est particulièrement attachant. Tout au long des épisodes, il parle à un ami imaginaire, ce qui apporte une vraie réflexion sur le monde, son point de vue et ses relations aux autres. Ce discours, voix-off de l’histoire, nous dévoile une grande partie de l’esprit du protagoniste et a l’avantage d’impliquer le téléspectateur qui semble être celui auquel s’adressent les errances intérieures d’Elliot.

mister-robot-2

Mister Robot, personnage aussi atypique qu’inquiétant, signe la renaissance de Christian Slater. Il joue avec nos nerfs tout au long de la série, et on ne sait jamais si l’on doit s’y fier ou au contraire s’en méfier. Ses idées politiques flamboyantes, son avis tranché sur la manière de changer les choses le rendent complexe, aussi bien dans sa personnalité que dans les sentiments qu’il nous inspire et les questions que posent ses perspectives. Changer le monde, rayer les inégalités, supprimer les injustices… oui, mais à quel prix ?

Même les personnages secondaires se montrent très travaillés, de l’intrigante Darlene à la sage Angela en passant par l’étonnante Shayla, dealeuse attitrée d’Elliot.

Bien que la série se déroule dans l’univers des informaticiens et des hackers, elle reste accessible même à ceux qui n’y connaidrugged-elliotssent rien.

Le rythme est bien dosé, il alterne entre la réalité et les périodes hallucinatoires d’un Elliot totalement drogué au cours desquelles celui-ci nous entraîne dans ses délires, entre les périodes d’action et la voix off de ce personnage principal qui apporte des pauses à l’intrigue.

J’ai pris beaucoup de plaisir à regarder cette saison, et j’avais vraiment envie de connaître la suite d’un épisode à l’autre.

J’ai aussi apprécié le message politique de l’histoire, cette volonté anarchique de faire sauter un système malade, gangrené jusqu’à la moelle, pour tout recommencer à zéro.

Si le début de Mister Robot s’ancre à peu près dans notre réalité, l’histoire évolue au fur et à mesure vers un scénario qui touche de plus en plus à l’anticipation sur le plan sociétal et politique.

Une très bonne découverte !

mister-robot

Mister Robot,

une série créée par Sam Esmai    

Avec Rami Malek, Portia Doubleday, Christian Slater,…