deviant-heartsVoici venir un projet un peu à part, qui a beaucoup fait parler sur réseaux sociaux : Phantasma. Composé de Oliver Philipps (Everon), Georg Neuhauser (Serenity) et Charlotte Wessels (Delain), ce groupe a pour but de proposer un univers totalement différent, inspiré de littérature fantastique. Ce premier album, The Deviant Hearts, est basé sur une nouvella écrite par Charlotte, écrite spécialement pour le projet. L’artwork de Marco Mazzoni nous met directement dans l’ambiance avec ce cœur étrange, hors de la poitrine censée l’accueillir. Mais passons maintenant à la musique, puisque nous sommes tous là pour ça, finalement…

L’album commence avec Incomplete, un morceau essentiellement orchestral, accompagné d’une voix claire et pure. Une chouette entrée en matière qui annonce le meilleur pour la suite. S’ensuit le titre éponyme, The Deviant Hearts, qui donne une dimension proprement épique à l’ensemble par une musique tout simplement impressionante, bien qu’assez classique, à laquelle viennent s’ajouter les voix. Du bon boulot même si cela reste assez classique. Et c’est ensuite que cela se gâte : tout est de la même veine, rendant l’ensemble, à mon sens, un peu lassant. Runaway Gray, Try, Enter Dreamscape, Carry Me Home, The Sound of Fear, sont de bons morceaux, mais l’ensemble est lisse, trop lisse à,mon goût. Je vous rassure on est très loin du naufrage, mais personnellement des production aussi uniformes ont tendance à me lasser après quelques morceaux.

Malgré tout quelques titres ressortent : The Lotus and The Willow est proprement magnifique, Novaturient vient déranger car il se démarque de l’ensemble, et Let It Die vient achever l’album de belle façon avec un refrain magnifique.

A cela il faut ajouter une palette de guests assez impressionnante : Tom S. Englund d’Evergrey, Dennis Schunke de Van canto, Tom Buchberger ex-Serenity, et d’autres encore. C’est donc un chouette plateau vocal et musical qui est réuni et cela m’a un peu rappelé le projet Melted Space mené par Pierre Le Pape.

The Deviant Hearts est donc, pour moi, un album en demie-teinte, trop lisse pour être vraiment bon, mais suffisamment bien conçu pour le ne pas être mauvais. Mon seul regret est que finalement Charlotte Wessels accentue les aspects doux de sa voix alors que les côtés rock de celle-ci sont tout aussi bons et c’est cette alternance qui fait finalement le succès de Delain. A écouter avant d’acheter, juste afin de voir si vous adhérez au concept en tous cas…

The Deviant Hearts
Phantasma
Napalm Records
2015