Manteaux de gloireCe roman, signé d’un auteur canadien totalement inconnu, a été ma grande découverte de ce début d’été. J’ai purement et simplement dévoré en 48h ces Manteaux de Gloire, qui représentent tout ce que j’aime dans la fantasy : de l’aventure, des intrigues sombres et surtout Sebastien de Castell a un talent inné pour gérer le rythme de son récit. Vous l’aurez compris, j’ai plus qu’aimé ce roman dont je vais maintenant vous parler un peu plus amplement.

La couverture de Xavier Colette est d’excellente qualité, le jeu de lumière et de poussière s’expliquant parfaitement au cours du roman. Du très bon traavil d’illustration qui vient sublimer un superbe roman. La présentation de l’éditeur nous en dit plus sur ce que nous allons trouver dans ces pages :

Le roi est mort. Désormais considérés comme des traîtres, les Manteaux de gloire, son fidèle ordre, ont été séparés. Falcio Val Mond et ses amis Kest et Brasti en sont réduits à travailler comme gardes du corps pour un noble qui refuse de les payer. Cependant la situation pourrait être pire : leur employeur pourrait être étendu au sol, baignant dans son sang, au cœur d’une mise en scène faisant du trio le coupable idéal.

Ah, attendez, c’est exactement ce qui vient de passer…

Mais ce n’est que le début des réjouissances : une conspiration se trame dans la cité la plus corrompue du monde et menace tout ce pour quoi Falcio et ses alliés se sont battus. S’ils veulent déjouer le complot et réunir les Manteaux de gloire, les trois amis ne pourront compter que sur leurs épées et le serment qu’ils ont prêté…

Pour son premier roman, Sebastien de Castell met la barre très très haut. En effet il nous propose un scénario qui, sur les premières lignes peut paraître confus, mais qui au final va nous emmener très très loin. Cela faisait longtemps que je n’avais pas ressenti les émotions des personnages en lisant un roman et je dois dire que là l’auteur a su m’emporter avec Falcio, Kest et Brasti, dans leurs vies, dans leurs quotidiens de guerriers désavoués par le peuple.

Là où Sebastien de Castell est très fort c’est qu’il parvient vraiment, à travers l’organisation de ses chapitres, de son récit, à alterner de manière vraiment très intelligente les flashbacks et le présent de son action. Ce faisant il se permet de sauter des morceaux de combat, se basant sur les actes passés pour expliquer la sauvagerie de celui-ci. L’histoire de la femme de Falcio m’a, personnellement beaucoup ému et je dois dire que la manière dont il a amené une fin de combat à partir de cette « anecdote » tirée du passé de son personnage est particulièrement intéressante.

Mais l’intérêt ne se trouve pas que dans les faits expliqués précédemment : l’ensemble du scénario est d’excellente qualité. Bien que finalement assez classique avec son ordre de chevaliers déchus, je dois dire que Sebastien de Castell amène particulièrement bien les éléments spécifiques à son histoire, il agence parfaitement sa trame pour que le lecteur la parcoure avec plaisir.

Stylistiquement aussi le récit est intéressant car la fluidité de l’ensemble est impressionnante et la traduction proposée par Mathilde Roger a permis de respecter totalement cela.

Les Manteaux de Gloire est un de ces romans de fantasy qui vous empêche de dormir, qui vous embarque vers le petit matin avec ses héros. C’est vraiment pour moi LA grosse surprise de ce mois de juillet, alors que j’étais convaincu ne plus pouvoir vraiment être surpris par de la fantasy. Tout ce que j’ai à dire maintenant c’est merci Sebastien, merci Bragelonne pour cette petite pépite.

Les Manteaux de Gloire
Sebastien De Castell
Bragelonne

20 €