envol du cygne jauneLa collection E-Courts de Voy’el a l’habitude de proposer des textes de qualité uniquement au format de nouvelle. C’est donc avec plaisir que je me suis plongé dans leur dernier né : L’envol du cygne jaune, d’Olivier Boile.

Commençons avec la couverture. Comme bien souvent sur les collections de nouvelles, elle ne paye pas de mine mais après tout ce n’est pas bien grave : le plus important est à l’intérieur ! Et quel intérieur ! La présentation de l’éditeur va vous donner les premières informations sur ce texte :

Le Fils du Corbeau, seigneur des steppes, a souhaité la paix avec le Fils du Ciel. Pour sceller celle-ci, l’Empereur de Chine lui offre un présent inestimable : la main de sa nièce. Mais la belle Liu Xijun, devenue Dame de la main droite, ne peut oublier son pays natal. Alors qu’elle la regarde dépérir, la vieille sorcière au service du roi sait qu’un jour, elle devra peut-être agir.

Rares sont les textes s’attachant aux cultures d’Asie centrale, alors que pourtant il y a réellement matière à créer à partir des univers dans lesquels ils nous invitent. Eh bien Olivier Boile nous y invite, pour suivre les traces de Liu Xijun, jeune princesse chinoise mariée de force à un « sauvage » pour assurer la paix. Le principe de base est on ne peut plus classique et semble correspondre dans les grandes lignes à ce qui se faisait à l’époque. Mais l’auteur parvient à intégrer une dimension imaginaire fort agréable par le biais de la sorcière, dont le nom m’échappe. Je n’en dirais pas beaucoup plus sur la trame scénaristique car vous aurez l’occasion de bien vite découvrir les tenants et aboutissants à travers les quelques vingt pages du texte.

Par contre il convient de revenir sur la plume d’Olivier Boile, ainsi que la manière dont son récit est construit. Ce n’est pas le premier texte que je lis de cet auteur et j’ai reconnu sa patte dès les premières lignes. Tout est bien écrit, travaillé, les mots se posent parfaitement sur les gestes ou les paroles. Rien à redire. Le seul bémol que j’ai concernant cette nouvelle est qu’il m’a manqué quelque chose. Tout est cohérent, bien écrit, et pourtant à la fin de ma lecture persistait le sentiment que j’aurais voulu un petit quelque chose en plus très difficile à définir. Peut-être est-ce dû au rythme très lent du récit, à l’absence d’action réellement trépidante, l’ensemble tenant sur un intrigue douce ? Difficile à dire.

Le fait est que j’ai prix énormément de plaisir à découvrir ce nouveau texte d’Olivier Boile qui, sans faire de bruit, commence à poser les jalons d’une carrière d’auteur naissante et prometteuse…

L’envol du cygne jaune
Olivier Boile
E-Courts
Voy’el
1,99 €