VlastLe Vlast est immense, s’étend sur cinq fuseaux horaires, et les voix de ses centaines de millions d’habitants vibrent à l’unisson de celle du Novozhd, dirigeant débonnaire et omnipotent, dont la moustache et l’air paternel rassurent les populations d’un empire pourtant englué dans une guerre qui n’en finit pas. Le Vlast, et sa tentaculaire capitale Mirgorod, constitue le cadre du premier roman du Britannique Peter Higgins, qui inaugure la nouvelle collection « trans-genre » des éditions Bragelonne.

Et si la brève description ci-dessus vous évoque la Russie, ce n’est pas un hasard, puisque Higgins offre avec «Vlast » une vision fantasmée des débuts de l’Union Soviétique, où une bureaucratie aussi aveugle que corrompue côtoie une certaine forme de magie capable de donner vie à des « moujiks » géants qui sont en gros des golem aux capacités restreintes, et même des extraterrestres morts nommés anges, dont l’arrivée sur terre coïncide avec la naissance du nouveau régime du Vlast, mais dont les desseins sont loin d’être clairs.
C’est dans cet univers riche en trouvailles et en images fortes qu’un policier de province, Vissarion Lom, envoyé en mission spéciale dans la capitale, traque le terroriste Josef Kantor, dont les actes violents défient toute logique. Une enquête policière compliquée par le fait que, sous la surface des choses, le vieux monde – celui des forêts et des mystères – supplanté par l’ordre nouveau, entend bien reprendre sa place. De cet imbroglio mêlant roman noir, fantasy, traditions anciennes et même science-fiction, Higgins démêle sa pelote avec aisance, ne nous révélant que le minimum pour ne pas nous perdre, à l’instar de Vissarion, dans les multiples complots d’une Mirgorod qui reste pour une bonne part à explorer.

Premier volet d’une trilogie dont le second tome, « Truth and Fear » est d’ores et déjà paru outre-manche, « Vlast » est une brillante variation sur le thème archi-rebattu de l’enquête policière, servie par un souci du détail qui rapproche souvent Mirgorod de la double cité Besźel / Ul Qoma décrite par son compatriote China Miéville dans « The City and the City ». Un premier roman des plus concluants, avec une coloration peu explorée dans la fantasy contemporaine.
Vlast
Peter Higgins
Bragelonne
12,99 € (epub)