Jeu de lassassinLa Fantasy compte son nombre de romances et Bragelonne nous en propose une qui est ma foi fort sympathique, Le Jeu de l’assassin. Mêlant de manière assez étonnante différents genres, Amy Raby nous invite à un voyage au cœur du palais de l’Empereur Julien, en compagnie de Vitala, assassin de son état.

La couverture est des plus classiques pour la fantasy, empruntant peut-être trop à mon goût à la sword and sorcery au vu du thème du roman. Certains lecteurs pourraient ne pas comprendre l’aspect sentimental très appuyé de cette histoire. La quatrième de couverture vient néanmoins rétablir les choses et nous permet d’en apprendre plus :

Vitala Salonius est un assassin surentraîné et une femme aussi attirante que dangereuse œuvrant pour la libération de son peuple. Sa mission : séduire l’empereur avant de lui porter le coup fatal.
Dirigeant d’un pays au bord du chaos, Lucien Florian Nigellus ne baisse jamais sa garde. Sa vie étant menacée à chaque instant, il ne peut se le permettre, même devant cette éblouissante courtisane de passage au palais. Pourtant, Vitala pourrait bien le distraire un instant de ses préoccupations – et combler d’autres besoins…
Un assassin n’a pas le droit de succomber à sa proie, Vitala le sait depuis l’enfance.
Or Lucien ne ressemble pas au tyran sanguinaire qu’elle s’est imaginé. Prise entre ses convictions et un sentiment plus trouble, Vitala hésite. À qui ira sa loyauté ?

Amy Raby est une auteure de romance fantasy, cela est clairement avoué sur son site ainsi que dans sa biographie. Est-ce pour autant un mal ? Sûrement pas. Car il est possible de faire de très bonnes choses, de créer de très bons univers en laissant les circonvolutions sentimentales de deux personnages être au centre de l’intrigue. Or pour le coup elle maîtrise vraiment son sujet puisque dès les premières pages le lecteur se sent immergé dans un univers simple, manichéen, au cœur duquel il aura simplement à être spectateur d’un amour naissant. Oui moi non plus je ne pensais pas écrire cela un jour mais j’ai apprécié ce roman pour son aspect simple, l’auteure ne cherchant pas à étaler sur des pages et des pages des descriptions de lieux ou de personnages annexes, comme cela se voit parfois. Elle privilégie avant tout son scénario, ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi.

Le scénario justement reste des plus simples : l’assassin va tomber amoureuse de l’empereur, mettant en péril sa mission. Trame classique s’il en est, les ficelles utilisées le sont encore plus, mais l’ensemble fonctionne bien au final. L’histoire d’amour entre Julien et Vitala m’a un peu fait penser à une collection Harlequin mais malgré cela j’y ai trouvé un aspect supplémentaire à travers la fantasy proposée. Stylistiquement l’ensemble reste basique, sans grandes envolées littéraires, efficace mais pourtant accompagnant sans difficultés le scénario.

Le Jeu de l’assassin n’est pas un mauvais roman, loin s’en faut, il va s’adresser prioritairement à deux types de lectorat : premièrement aux amateurs de romance, et ensuite à ceux qui souhaitent lire une fantasy de détente pure. Ici le monde est simple, les personnages prenant la part belle de la complexité et de l’intensité. Le fait est que j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire…

Le Jeu de l’assassin
Amy Raby
Bragelonne

20 €