MartyrsJ’ai découvert la plume d’Oliver Peru avec son premier roman publié chez Eclipse puis réédité chez J’ai Lu : Druide. Dans ce roman de dark-fantasy  Oliver nous proposait une plume particulièrement acérée et un univers particulièrement vaste et bien construit. J’étais donc particulièrement curieux de voir ce qu’il allait nous proposer dans le cadre de sa nouvelle saga. Et je ne fus absolument pas déçu.

La couverture est signée de l’auteur lui-même. Particulièrement réussie, le seul reproche que je pourrais lui faire est que je trouve les visages des deux personnages un poil trop lisses. Comme quoi il faut vraiment chercher la petite bête pour ne pas l’aimer. Mais le travail d’illustration d’Oliver ne s’arrête pas là et il a enjolivé son roman d’une magnifique carte, d’un ensemble, pour l’instant incomplet, de tarots tout à fait spéciaux,… Bref, avec ce roman, le lecteur n’a pas seulement un livre mais aussi et surtout un univers entier entre ses mains.

Mais passons à la présentation de l’éditeur :
Irmine et Helbrand, deux frères assassins descendant d’un ancien peuple guerrier, vivent dans les ombres de la plus grande cité du royaume de Palerkan. Alors qu’ils se croient à l abri des persécutions dont ont souffert leurs ancêtres, leur passé sanglant les rattrape, sous les traits d un borgne qui semble nourrir pour eux de sombres projets. Et tandis que la guerre menace d’embraser le monde, que les puissants tissent de noires alliances, ils vont devoir choisir un camp. Leur martyre ne fait que commencer…

Martyrs est ce que l’on pourrait appeler un roman complet. J’entends par là qu’Oliver Peru a réussi à réunir dans environ 500 pages les éléments indispensable à un exceptionnel roman de fantasy : un univers immersif, des personnages forts, un scénario prenant, un style littéraire et un rythme haletant. Eh oui, cela paraît dithyrambique, et pourtant je le pense.

L’univers créé par Oliver est vaste et le lecteur se sent réellement intégré à l’intérieur, mais aussi et surtout il se découpe en deux pans, en deux dualités, ce qui le rend d’autant plus intéressant. D’un côté la cité d’Alerssen, gigantesque, la traverser prenant plusieurs jours de chevauchée ; et de l’autre l’Empire du Reycorax et ses vastes étendues. Bref, une véritable sensation de vertige s’empare du lecteur lorsqu’il se rend compte de la création proposée ici.

Les personnages sont le point réellement fort de Martyrs. En effet l’auteur, au-delà de leur donner une simple vie de papier, va leur offrir une véritable psychologie, profonde. Qu’il s’agisse des frères Lancefall, de Kassis, ou encore du personnage le plus formidable de ce roman, Karmalis, roi du Recorax, chacun fera s’interroger le lecteur sur leur devenir, leur motivations,… Karmalis semble de prime abord l’archétype même du monarque despotique de fantasy, mais l’auteur joue avec les habitudes en nous proposant un personnage complexe. Karmalis a le pouvoir mais ne le veut pas. Il fait toutefois ce qu’il faut pour le garder. Pour reprendre l’expression de Jean-Luc Rivera (chroniqueur ActuSF et jury de plusieurs prix) concernant ce personnage : Karmalis a un appétit de pouvoir qui déteint sur son physique. Ventripotent au point de pouvoir difficilement se déplacer, le roi va évoluer au fil des chapitres et le lecteur pourra s’imprégner réellement de son caractère. Bref, autant vous dire que les protagonistes de l’aventure m’ont séduit.

L’histoire en elle-même est, dans la trame basique, assez classique mais Oliver Peru y intègre de nombreux petits éléments supplémentaires qui viennent donner tout son sel à sa fresque. Je ne vais pas trop m’étendre sur ce sujet de peur de trop vous déflorer l’intrigue mais sachez que vous ne serez pas déçus de ce point de vue…

Stylistiquement, j’ai retrouvé la plume d’Oliver : précise, décrivant ses scènes en leur insufflant un souffle épique, donnant corps à ses personnages. Jamais un mot de trop pour nous faire voyager vers les terres qu’il a su esquisser pour nous et qui continueront à vivre dans nos imaginaires.

Martyrs est pour moi LA nouveauté phare de ce premier semestre 2013. Aucun autre roman ne peut venir l’éclipser tant il conjugue à la perfection toutes les qualités attendues d’un grand roman. Son seul inconvénient : l’auteur nous emmène à la fin du premier tome sur un cliffhanger qui nous laisse en suspens, nous laissant attendre la sortie du tome 2, toujours trop lointaine…

Vous pouvez retrouver un extrait de Martyrs, ainsi qu’une interview d’Oliver Peru dans le numéro 0 de la revue eMaginarock

Martyrs
Oliver Peru
J’ai Lu
16€