Dernier Apprenti Sorcier 2Après avoir découvert il y a quelques mois le premier tome des aventures de Peter Grant, agent de la police londonienne au cœur de l’occulte. Après avoir élucidé une série de meurtres commis par un fantômes, les voilà entraînés dans le milieu de la musique Jazz, dans l’underground de la vie nocturne londonienne.

La couverture est dans la même veine que celle du premier opus, sombre et pourtant particulièrement attrayante, avec ce saxophoniste seul, tel une ombre mélancolique. Un beau succès encore. La quatrième de couverture nous mets tout de suite en condition :

Après avoir réconcilié les divinités qui se partagent la Tamise, et mis hors d’état de nuire un tueur en série sorti d’un conte pour enfants vieux de plusieurs siècles, l’agent Peter Grant et l’inspecteur Nightingale pensaient pouvoir souffler un peu. Mais le repos n’est pas une option pour les deux derniers sorciers de Londres : ce sont cette fois les jazzmen de la capitale anglaise qui meurent un peu trop souvent et dans des conditions un peu trop suspectes. Au son du swing, du bop et de l’électro, Peter nous emmène dans les clubs enfumés de Soho, où magie et musique forment les deux faces d’un même penny…

Coup de chance pour l’inspecteur Nightingale, dernier sorcier de Londres : son apprenti est féru de jazz et le père de celui-ci encore plus. Vous verrez que cela va avoir plus que son importance pour dénouer cette intrigue tortueuse à souhait… Car Ben Aaronovitch est un de ces auteurs qui aiment à mêler les références, à les utiliser pour créer des scénarios sans cesse plus poussés. Et je peux vous assurer que cette fois encore, en tant que lecteur, je me suis laissé mener par le bout du nez sans même le voir venir : impressionnant est le mot qui s’y adapterait le mieux…

Ses personnages sont attachants et les efforts de Peter Grant à la fois pour assimiler la magie et ses tenants et aboutissants, et pour « rendre une vie » à son ancienne coéquipière sont particulièrement intéressants et surtout parfaitement intégrés au récit. Nightingale est Nightingale : une sorte de croisement entre un vieil inspecteur de série B allemande et un magicien aigri. Détestable au premier abord on se prend rapidement au jeu et on comprend que sous ses abords abrupts se cache une personne plaçant la magie et son devoir au dessus de tout. L’énigmatique Molly est également de la partie, et elle continuera à intriguer le lecteur…

Stylistiquement tout se tient entre les deux tomes. Le principe du récit tambour battant à la première personne ayant été un succès avec Les Rivières de Londres, l’auteur continue sur la même ligne. Magie Noire à Soho m’a même semblé plus trépidant et moins brouillon que le premier tome, ce qui donne un meilleure rythme et une meilleure cohérence à l’ensemble.

Magie Noire à Soho est donc un excellent second tome pour la saga du Dernier Apprenti Sorcier. Une enquête immersive, un personnage central toujours aussi attachant et un monde magique créé de toute pièce dans les ténèbres d’un Londres pas forcément si fantasmé que cela, telle est la recette de ce roman qui devrait lui aussi connaître le succès. Le troisième opus, Murmures souterrains, va toutefois devoir donner un nouvel élan à la série sous peine de voir le lecteur s’essouffler, ce qui serait dommage…

Magie Noire à Soho
Le Dernier Apprenti Sorcier T2
Ben Aaronovitch
Nouveaux Millénaires

18€