martinletronedefer03La bataille des rois, A Clash of Kings en VO, est la deuxième partie de cette grande épopée qu’est Le trône de fer. En France, elle est découpée en trois volumes : La bataille des rois, L’ombre maléfique et enfin L’invincible forteresse. Certes une édition reprenant les volumes de l’œuvre de George R. R. Martin et les rassemblant par partie existe, mais j’ai choisi de traiter chaque volume français indépendamment pour préserver les plaisirs de la découverte progressive du récit.

Dans Le donjon rouge qui précède La bataille des rois, nous avons vu les tensions monter dans le Royaume des Sept Couronnes. Unifié depuis qu’Aerys le Fol, héritier de la Maison Targaryen, Maison du Dragon, a été tué et que sa descendance à fuit l’île de Westeros, c’est Robert Baratheon, Maison du Cerf couronné, qui dirigeait le royaume. Certainement assassiné suite aux manœuvres des Lannister, sa propre belle-famille, c’est son fils Joffrey, un fils tyrannique qui tient beaucoup trop des Lannister, qui est monté sur le trône de fer. Tout ceci n’est pas au goût des autres seigneurs qui vont entrer en guerre contre les Lannister et le nouveau pouvoir.

Ned Stark, Maison du loup-garou, était la main du roi, son plus proche conseiller et ami. Il a été décapité pour félonie, sur l’ordre de Joffrey. C’est du point de vue de la grande famille Stark que nous avions pu suivre ce récit et nous le reprendrons avec eux. Mais revenons à la montée des périls. Robb Stark a gagné quelques batailles et vient d’être nommé roi du nord. Stannis Barathéon, le frère de Robert, se dit l’héritier légitime de trône et conteste également à son frère Renly d’y prétendre. Sans parler des troubles et des escarmouches aux quatre coins du royaume.

Mais il y a aussi l’ennemi du dehors. Au premier chef, Daenerys Targaryen qui est devenue puissante et veut reprendre le trône de son père. Là où nous avons surtout vu des luttes humaines et peu de fantasy à proprement parlé c’est justement par les ennemis de l’extérieur qu’elle arrive. En effet, Daenerys a hérité du pouvoir du dragon et elle survit à l’épreuve du feu. De même, elle a maintenant trois dragons à élever et qui lui seront bien utiles pour la reconquête du pouvoir, elle qui est devenue la Khaleeshi, la veuve du grand Khal Drogo, chef de redoutables guerriers Dothrakis. De son côté, Jon Snow, le fils bâtard de Ned Stark est dorénavant dans la Garde de Nuit et va passer le Mur pour aller à la rencontre des Autres et d’un mystérieux bandit. Ces Autres sont eux aussi des créatures fantastiques et nous avons vu les ravages qu’ils peuvent commettre. Si le Mur cède, alors le royaume risque de connaître le chaos.

Au début de La bataille des rois, nous suivons les enfants Stark. Arya a pu fuir Port-Réal, la capitale, après avoir vu son père se faire exécuter. C’est un homme de la Garde de Nuit qui la dissimule au sein d’une troupe d’orphelins et de brigands qu’il a recruté pour la Garde et qui les remonte vers le Nord et leur nouvelle vie. Parmi eux, se trouve également un jeune homme, apprenti armurier de talent, que Ned Stark avait reconnu comme étant le fils bâtard de Robert Barathéon, et ainsi comme un héritier potentiel du trône. Sansa, l’autre fille de Ned, promise à Joffrey, sert les dents, fait bonne figure, subit les humiliations et les violences de cette jeune brute, mais n’attend que sa chute et celle des Lannister qui ont fait périr son père.

Des tensions exacerbées, des menaces qui viennent de tous bords et des batailles qui sont pleines de promesses, nous attendent dans cette entame de cette deuxième partie du Trône de fer. La fantasy et ses créatures vont y faire une réelle entrée, mais les intrigues seront toujours de mise et les hommes de l’ombre, les multiples personnages de ce récit vont participer à ces complots et ses combats pour le pouvoir suprême. Cette fois, une comète à la rouge chevelure est visible de tous, mais chacun y voit l’augure qu’il tient à interpréter. Olivier Frot signe une fois encore une belle couverture majoritairement monochrome qui nous présente une terrifiante scène d’un champ de bataille constellé de morts et d’exécutés dont se repaissent les corbeaux. La traduction de Jean Sola reste peu attrayante, même s’il a plus adapté l’œuvre qu’il ne l’a traduite. George R. R. Martin ouvre ici une nouvelle page de son récit et lui offre de nouvelles possibilités de développement avec un talent peu commun pour l’épopée.

La bataille des rois
Le trône de fer T3

George R. R. Martin
Couverture : Olivier Frot
Traduction : Jean Sola
Editions J’ai lu
Collection Fantasy
2001

8,10 €