Demi-Monde 1Le Demi-Monde de Rod Rees est une des nouvelles sagas d’imaginaire telles que les lecteurs aiment en découvrir régulièrement. Nouveaux Millénaires en a fait sa sortie phare du début de l’année, et cela n’est pas forcément un mal au vu de la qualité du titre.

La couverture est un pur bijou d’impression avec ses dorures et le contraste entre le bleuté et l’or. Fort agréable à regarder. La quatrième de couverture est également du genre à faire envie…

Le Demi-Monde est la simulation informatique la plus avancée jamais conçue. Créé pour entraîner les soldats à la guérilla urbaine, ce monde virtuel est volontairement bloqué dans une guerre civile permanente. Ses trente millions d’habitants numériques sont gouvernés par les avatars des plus cruels tyrans de l’Histoire : Heydrich, l’architecte de l’Holocauste ; Beria, le bourreau de Staline ; Torquemada, l’Inquisiteur sans pitié ; Robespierre, le visage de la Terreur…

Mais quelque chose s’est détraqué à l’intérieur même du Demi-Monde, et la fille du Président des États-Unis y est restée coincée. Il incombe à l’agent Ella Thomas d’aller la récupérer, mais, une fois sur place, la jeune femme se rend compte que les règles du jeu sont faussées…

Le monde réel pourrait bien courir un danger que nul n’a encore osé imaginer !

Roman mixant intelligemment l’anticipation et le steampunk (si, si, c’est possible je vous assure, la preuve), Hiver, le premier tome d’une quadrilogie, promet monts et merveilles au lecteur et cela dès la couverture. Mais qu’en est-il réellement ?

Rod Rees commence son récit au cœur des ruelles enténébrées et brumeuses d’un Londres du XIXe siècle fantasmé, où la jeune Norma fuit au devant de ce qui ressemble fort à un escadron SS.  Elle se fait finalement rattraper et l’aventure commence pour Ella qui va devoir s’infiltrer dans cette société aux relents de nazisme (alors qu’elle est noire) pour parvenir à la sauver, puisqu’elle n’est rien de moins que la fille du Président des Etats-Unis. Alors oui, le scénario de base fait penser à certains thrillers internationaux à la Tom Clancy mais croyez-moi, l’auteur s’en éloigne bien rapidement pour nous remmener au cœur du Demi-Monde.

Mais qu’est donc exactement cette chose, ce programme ? En fait il s’agit simplement de la simulation d’univers la plus poussée jamais créée. Mais comme les Etats-Unis aiment les choses tordues, ils n’ont rien trouvé de mieux, pour l’entraînement de leurs soldats, que d’y inclure des psychopathes tels Heidrich, Robespierre,… Bref, le Demi-Monde est un joyeux bordel sanglant où le totalitarisme fait loi. En tant que lecteur, je dois avouer avoir été séduit par ce monde placé dans un perpétuel XIXème siècle empreint de toutes les beautés d’un univers purement steampunk. La crasse, la fumée, les brumes sont présentes ici et voir notre héroïne évoluer en leur sein est particulièrement intéressant.

L’auteur nous propose également une vision de ce qui pourrait en quelque sorte être notre avenir après que des scientifiques aient cloné des êtres du même acabit que ceux cités précédemment. Bref, un roman d’anticipation qui n’en est pas un mais qui a le mérite de nous pousser à réfléchir sur la nature des sociétés totalitaires.

Rod Rees mène son récit tambour battant, alternant avec talent les narrateurs pour faire avancer son histoire. Mais au vu de tout ce qu’il a inclus dans ce premier tome, je suis curieux de voir ce qu’il sera en mesure de proposer ensuite étant donné que les choses sont déjà fort bien avancées à la fin d’Hiver… Stylistiquement le récit est fluide, sans lourdeur et le travail de traduction de Florence Dolisi est très bon, s’accordant autant que possible avec la version anglo-saxonne que j’ai eu l’opportunité de feuilleter…

Hiver est donc un excellent premier tome pour la série Le Demi-Monde. Les amateurs de steampunk, d’anticipation à court terme et de suspense haletant ne pourront qu’être ravis à la lecture de ce roman haut en couleurs… Un indispensable de ce début 2013.

Hiver
Le Demi-Monde T1
Rod Rees
Nouveaux Millénaires

21€