Trahisons et faux-semblants est le troisième roman de Ludovic Rosmorduc dont la plume s’aiguise de plus en plus. En le lisant, nous plongeons dans un univers médiéval extrêmement bien construit qui allie suspens, histoire et fantasy. S’il m’avait déjà séduite avec Le Tertre des âmes, je suis dorénavant convaincue de son talent.

La couverture est réalisée par Stéphane Desbenoit et reflète à merveille l’ambiance assez sombre qui règne dans ce livre. En revanche, la présence de la lame ensanglantée peut être discutée puisqu’aucune des victimes n’est tuée par arme blanche. Tous les visages des victimes portent les stigmates d’une grande terreur. Est-ce cela mourir de peur ?

La quatrième de couverture termine de nous plonger dans ce nouvel univers et nous pousse à ouvrir ce livre sans plus attendre. Le premier paragraphe est extrait de la première page du roman tandis que le second fait un résumé de l’intrigue :

« “Je me nomme Aurèle d’Angarande, je suis magicien. Autrefois, ce seul titre suffisait à entrouvrir bien des portes, à faire se courber bien des puissants. Mais ce temps est révolu. Aujourd’hui, plus personne ne peut s’enorgueillir d’être magicien. Moi excepté. Je suis le dernier d’entre eux.”

Dans un monde où religieux et chevaliers se livrent une lutte sans merci pour le pouvoir, Aurèle d’Angarande s’est exilé d’Anoth au moment où sa guilde en a été bannie. Ce qui ne l’empêche pas d’ouvrir l’œil sur la cité et sur ses habitants. Quand, un matin, c’est un cadavre crispé et bleui par le froid qui s’offre à sa vue, il décide de rompre le serment qu’il s’était fait et de franchir les murs de la cité fortifiée. Quitte à mettre les pieds en enfer. »

Trahisons et faux semblants est un roman bien ficelé qui emporte complètement le lecteur, si bien que celui-ci n’interrompra sa lecture que par force de nécessité et aura hâte de s’y replonger et de retrouver Aurèle pour mener l’enquête en sa compagnie.

La plume de Ludovic Rosmorduc est vraiment étonnante : son style est excellent et le vocabulaire qu’il utilise très recherché… peut-être même un peu trop parfois : ce roman s’adresse initialement aux adolescents. Mais je dirai que ce doit être un (très) bon lecteur.  Quelle bonne surprise de lire un texte d’une telle qualité, d’autant plus que l’immersion est presque naturelle.

Le lecteur se prend très vite au jeu et émet ses propres hypothèses sur l’identité du coupable. A chaque suspect, on croit avoir trouvé le meurtrier mais c’est sans compter sur la ruse de l’auteur qui sait où amener son lecteur et comment. Si l’on finit par deviner l’identité du meurtrier, on est loin de s’imaginer comment tout cela va se terminer. Et c’est d’une main de maître que le fin mot de l’histoire est donné ! Je suis définitivement conquise par la chute inattendue et extrêmement bienvenue de ce récit.

Vivement le prochain roman de Ludovic !

Trahisons et faux semblants
Ludovic Rosmorduc
Baam
14,80 €