Les éditions Aqua Lumina ont fait confiance à un mangaka français qui, avec Returner Blast R, signe son premier manga. Neero, car c’est son nom, a longtemps imaginé cet univers et s’est enfin lancé dans sa création. Il a su créer un univers très particulier qu’on peut déjà découvrir partiellement au travers de la description de l’ouvrage :

Dans une Tokyo moderne, milices privées, police et vampires s’affrontent.
Shin et Kaneda sont des Hunters appartenant à une milice privée. Les vampires sont leur pain quotidien, la violence s’accroche à leurs pas.
Depuis quelques semaines, une vague d’enlèvements secoue la cité et la police officielle est sur les dents.
Quand Sarah, la petite amie de Shin, disparaît à son tour, les deux hors-la-loi partent en chasse, mettant en péril les accords gouvernementaux.
Le fragile équilibre politique vacille.

En effet, l’humanité et les vampires ont signé un traité de paix et aucun camp ne doit s’attaquer à l’autre. Les vampires poursuivent cependant leurs exactions, malgré les traités. Les politiques ne semblent pas s’en émouvoir et ne font rien. Il faut bien reconnaître que les humains pourraient difficilement se battre à armes égales avec des êtres dont la rapidité et l’instinct guerrier en font des adversaires redoutables.

Shin et Kaneda, de leur côté, ont décidé de faire justice. Ils s’attaquent aux vampires et les tuent avec méthode. Le gouvernement ne veut pas qu’il soit dit que c’est du fait d’humains que les traités sont violés. Aussi met-il en place une équipe d’enquêteurs qui va traquer nos deux héros qui se font connaître sous le nom de Blast R. Un ultimatum est même lancé par Seth, le chef des vampires, aux représentants de l’humanité : ils entreront en action si dans les trois jours à venir Blast R n’est pas neutralisé.

Au fil du récit, nous découvrirons le secret de Shin qui peut s’opposer à tout guerrier vampire et la raison de sa quête. Les graphismes des lieux sont extrêmement soignés quand les personnages ont des représentations plus classiques. Parfois même, je me suis interrogé sur certaines cases où les proportions des corps me semblaient étranges. De plus, et cela je peux l’admettre pour les vampires, les personnages masculins ont souvent un aspect androgyne, ce qui peut constituer un frein à l’identification des personnages par le lecteur. La mise en page est dynamique, l’action omniprésente, coupée de temps à autre par des dialogues explicatifs parfois un peu longs, mais cet univers est tellement riche que l’auteur ne pouvait faire l’impasse sur ce point.

Le travail sur les ombres est remarquable et permet de restituer les ambiances parfois lourdes de ce manga fantastique. En fin de volume, le bonus proposé reprend les fiches personnages et nous présente les premiers crayonnés de cet ouvrage. Pour un premier manga, Neero fait preuve d’une grande maturité. On pourra cependant reprocher aux éditions Aqua Lumina le fait que cette série en cours ne compte actuellement qu’un seul volume, celui-ci. Le lectorat devra donc attendre un temps incertain avant de connaître la suite de cette aventure palpitante. Cela peut cependant s’expliquer par le fait qu’il ne fallait pas laisser passer ce manga, car il ne fait pas de doute que ses qualités auraient attiré d’autres maisons qui se trouveraient dans la même situation aujourd’hui. Nous ne pouvons qu’espérer que l’auteur poursuive sur la voie prometteuse de ce premier volume et lui souhaiter d’entrer ainsi au panthéon du manga aux côtés de ses idoles.

Returner Blast R 1
Neero
Editions Aqua Lumina
Collection Aqua Manga
2012

7,00 €