Accueil / Vision d’Escaflowne

Vision d’Escaflowne

Hitomi, jeune lycéenne possédant le don de cartomancie est téléportée malgré elle sur la planète Gaïa où elle fait la connaissance du roi Van Fanel du royaume de Fanélia (descendant du peuple des Atlantes) et du chevalier Allen Schezar du royaume d’Astria. Tous deux luttent contre l’empire Zaïbacher à bord de leurs guymelefs (sortes d’armures géantes, des mechas) : Escaflowne (guymelef de Van) et Sheherazade (guymelef d’Allen). Hitomi se retrouve alors au cœur du conflit guidant Van grâce à ses visions.

Avis

Sortie en 1996, cette série connue de tous n’a pas pris une ride. Certes l’animation a un peu vieilli, mais la qualité de l’intrigue surpasse largement pas mal de séries actuelles destinées au même public.

L’histoire

Vision d’Escaflowne est une vraie série fantastique qui nous transporte sur une autre planète avec ses différents pays, peuples, coutumes, règles… Les Atlantes seraient liés à la création de Gaïa et on découvre au fur et à mesure ces liens et secrets.

L’intrigue en elle-même est simple et c’est encore le bien et le mal qui s’affrontent ici, mais la complexité des relations entre les personnages et les nombreux thèmes abordés donnent une profondeur à l’ensemble. Les problèmes liés à l’adolescence notamment (Hitomi et Van) sont traités très sérieusement ainsi que le thème du pouvoir, du destin, de l’importance des rêves. La théorie de la rébellion des machines et de la nature est aussi mise en avant avec un certain nombre de visions apocalyptiques.

L’intrigue n’est pas forcément toujours prévisible ce qui permet un véritable attachement aux personnages et du coup, une tension forte lors de scènes cruciales. On ne s’ennuie jamais et chaque fin d’épisode donne lieu à un bon cliffhanger qui pousse à regarder l’épisode suivant.

Les personnages

Hitomi Kanzaki (16 ans?) est l’héroïne de la série. Sportive accomplie, elle est spécialiste du 100m féminin. Cartomancienne, elle lit l’avenir à ses copines pour s’amuser jusqu’au jour où des cauchemars étranges apparaissent ; des visions de deux monstres d’acier s’affrontant. Un soir, alors qu’elle s’entraîne pour les championnats, elle est happée par un halo lumineux qui la transporte sur Gaïa, une terre parallèle.

Hitomi est un personnage féminin assez agréable, volontaire et indépendante, beaucoup moins niaise que les héroïnes actuelles. Elle cherche désespérément une issue positive au conflit tout en imaginant les pires scénarios, ce qui ne va pas aider la planète Gaïa… Difficile pour elle de ne pas tomber sous le charme d’Allen le chevalier, mais aussi sous celui de Van pour qui elle s’inquiète dès le départ. Ces deux relations amoureuses pas faciles à gérer sont traitées de manière complexe et abordent avec justesse les troubles amoureux de l’adolescence.

Van Fanel est le roi de la principauté de Fanélia. Il est le descendant du Peuple Dragon, lui-même directement lié aux Atlantes. Il est le seul à pouvoir piloter Escaflowne, un guymelef célèbre dans tout le pays. Véritable machine de guerre, ce monstre d’acier a le pouvoir de se transformer en dragon.

Van est un jeune homme au passé et à la vie difficile. Sans famille et sans patrie (Fanélia est détruit dans le premier épisode), il doit faire face aux attaques de l’empire Zaïbacher. L’arrivée d’Hitomi perturbe d’abord ses plans jusqu’à ce qu’il comprenne la portée de ses visions. Petit à petit, son intérêt pour Hitomi grandit et il se jure de la protéger. La douceur et la sagesse d’Hitomi impressionnent certainement le jeune homme. Rentre-dedans sans être brutal, têtu sans être borné, Van a beaucoup de choses à apprendre, notamment pour pouvoir maîtriser parfaitement Escaflowne. Son impétuosité est à la fois une qualité et un défaut qu’il va devoir gérer. C’est un personnage fort et charismatique qui donne à la série une vraie analyse de la jeunesse.

Allen Schezar est un chevalier céleste de la province d’Astria. Il dirige d’une main de maître le guymelef Shéhérazade. Grand charmeur, il fait fondre la plupart des membres de la gent féminine et Hitomi n’y résiste pas. Seulement pour une fois, c’est Allen qui s’attache plus à la jeune femme. C’est le « beau gosse » de la série, avec un cerveau tout à fait fonctionnel cependant. Le passé d’Allen le poursuit tout comme Van : un père disparu et absent, la disparition de sa petite sœur, la mort de son grand amour… La série met en avant des vies complexes et ravagées, procurant ainsi de réelles émotions.

Merle est une fille-chat, protégée de Van. Orpheline, elle suit le jeune roi partout. Rapidement jalouse d’Hitomi, on devine que ses intentions vis-à-vis de Van ne sont pas qu’amicales. Le personnage est vite rébarbatif et très désagréable : elle crie et geint constamment ce qui devient rapidement agaçant. Elle n’a pas tellement d’intérêt dramatique et n’apporte pas grand chose, sauf de l’humour un peu lourd.

Dornkirk est l’Empereur de l’empire Zaïbacher. Avec sa terrible machine, il espère découvrir le secret des Atlantes et ainsi contrôler le destin des hommes. Persuadé qu’en faisant la guerre il installera la paix, ses plans risquent bien d’anéantir Gaïa. C’est un homme fou et sans scrupules qui voit l’arrivée d’Hitomi comme une perturbation : en effet, le futur lui est invisible dès que Van et la jeune fille sont ensemble. Dornkirk est un vrai méchant de série!

Folken est le général des armées de Zaïbacher et travaille directement pour Dornkirk. Son but : capturer Van et son célèbre dragon. Mais on découvre ensuite l’étrange lien entre Van et Folken compliquant ainsi l’intrigue et renforçant la tension.

Dilandau est un chevalier de l’empire sous les ordres de Folkien. Pervers, il ne pense qu’à la guerre et au goût du sang de ses ennemis. Il voue une haine inconditionnelle à Van qu’il rêve de tuer. Incontrôlable et lunatique, il écoute rarement les ordres transmis et n’hésite pas à mettre les autres chevaliers en péril. C’est un malade fini, mais est-il vraiment ce qu’il paraît ?…

CONCLUSION

Vision d’Escaflowne est une série japonaise bien maîtrisée avec une intrigue dynamique et intelligente. On notera une belle animation pour l’époque, qui permet de comprendre pourquoi elle avait tant époustouflé les visionneurs. Une belle série à regarder!

26×22′

Genre: fantasy, mecha, romance

cible: 8+

À propos Arwen

Je m’appelle Arwen et j\’ai 22 ans. J’ai fait des études de cinéma pour devenir scénariste et c’est ce que je suis ! J’ai travaillé entre autre pour Canal J et Xilam (Les Zinzins de l’espace ou Oggy). Je développe également mes écrits en littérature jeunesse, genre dans lequel je me sens le plus à l’aise. Je suis une passionnée de littérature et de cinéma bien sûr. Tout ce qui touche au fantastique (et à ses cousines Fantasy et Féerie) me parle tout particulièrement. Je travaille depuis deux ans pour le webzine Khimaira pour lequel je suis principalement chroniqueuse cinéma. Mon actualité: un album jeunesse illustré en cours d’édition et la mise en place de mon premier roman pour la jeunesse.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La stratégie Ender – Orson Scott Card

Andrew Wiggin, dit Ender, n’est pas un garçon comme les autres. Depuis sa naissance, ses ...

Watch Dragon ball super