Home / Cinéma / Valérian et la Cité des Mille Planètes – Luc Besson

Valérian et la Cité des Mille Planètes – Luc Besson

Valérian et la Cité des Milles Planètes est un film de SF tiré de la série de bandes dessinées “Valérian” écrite par Christin et Mézières, depuis 1967. La série a été renommée “Valérian et Laureline” pour son 40e anniversaire, en 2007. 

Des aliens de toute beauté.

L’histoire commence sur une plage idyllique, où des aliens éthérés pêchent des perles dans ce qui semble être une harmonie parfaite avec la nature qui les entoure. Mais la planète se retrouve face à un terrible cataclysme : d’immense vaisseaux inconnus, sans doute en guerre bien loin au-dessus d’eux, s’écrasent en quelques minutes sur leurs villages, détruisant toute forme de vie …

Valérian se réveille. C’était un rêve.
Là, les fans de la BD auront déjà levé un sourcil. Heu… Valérian, c’est un cliché d’Action Man, un bon trentenaire à mâchoire carrée, un grand bonhomme. Il est un peu crétin, c’est d’ailleurs plutôt un antihéros, mais question silhouette, c’est plutôt viril. Bon. L’acteur choisi a un petit visage très juvénile, et certainement pas le physique du space cowboy.

Admettons… Arrive Laureline. En sous-vêtements. Enfin, en maillot de bain, mais bon. Elle est blonde. Là, les fans ont vu 4 minutes de film et sont déjà agacés. LAURELINE EST ROUSSE BORDEL, sérieux une Belle Color à 9€ c’est quand même pas ce qui aurait ruiné le budget du film-le -plus-cher-de-l-histoire-du-cinéma-français non ? POURQUOI Laureline est-elle blonde ? Et pourquoi en sous-vêtements ?
Valérian en profite pour la draguer lourdement. Les vrais fans et les féministes sont cachés derrière un facepalm, les plus jeunes sont peut-être encore dans la course… mais ça ne fair que commencer.
Si c’est le genre de détail qui vous gonfle, bon courage, ça va être très très long.

BREF. Valérian et Laureline sont des agents du gouvernement Terrien, ils bossent en binôme (visiblement personne ne s’émeut du harcèlement sexuel permanent du Major Valérian sur sa coéquipère. Relisez les bouquins : ils sont ENSEMBLE, ce n’est pas lui qui lui fait du “Hé mamoizelle t’es charmante kss kss” toutes les deux scènes). On les envoie récupérer un animal alien qui sert à reproduire tout ce qu’on veut, qui vient de la planète dont justement Valérian rêvait tout à l’heure, pour ça il va leur arriver plein d’aventures dingues, jusqu’à la Cité des Mille Planètes, appelée ainsi parce que plus de mille espèces cohabitent en relative harmonie, tout ça. Je vais pas vous faire tout le scénario, bien qu’il tienne sur un post-it, on va parler au global.

Déjà, c’est Besson, fidèle à lui-même. Soit vous l’aimez, soit vous le haïssez. N’en reste pas moins qu’il sait faire de belles images. Il s’offre quelques blagounettes en auto-références à la Tarantino (on retrouve des créatures du 5e élément…), c’est rigolo. Il s’offre des guest stars. Et puis…. et puis ben rien en fait. Pfffuit… Effet soufflé qui se dégonfle. C’est beau, c’est très beau. C’est creux, c’est très creux.

Notez la tenue de Laureline. Très… spatial.

Le film n’est qu’une succession de sketches mal imbirqués, en mode “IL Y A MILLE PLANETES DANS CETTE CITE VOUS ALLEZ TOUTES LES VOIR MOTHERFUCKER”. Il n’y a aucune putain de cohérence, à aucun moment. Les scène sous-marines avec le vieux pirate (Alain Chabat, totalement sous-exploité dans un perso marrant mais qu’on voit 4 minutes) : pourquoi ? Le “quartier du plaisir” : pourquoi ? Le palais des mangeurs de cervelle : pourquoi ? La moitié des scènes du film sont au mieux chiantes, au pire inutiles, et surtout, les transitions inexistantes rendent vraiment le film indigeste.

Dans tout ça, il y a l’épisode Rihanna. Sérieux, Luc (oui pardon je t’appelle par ton prénom, je m’emporte), sérieux. T’es milliardaire, t’avais envie de rêver, tu t’es dit “Tiens, je veux Rihanna en petite culotte”. Et du coup, t’as mis Rihanna en petite culotte. Qui fait un numéro musical genre cabaret. OKAYYYYY….

Oui, c’est dans le film. Fuck Logic.

MAIS POURQUOI ?
Ca se voit à 1000 mètres que toi-même tu n’en sais rien au fond. Au point que le personnage, qui est super mignon et attachant, c’est grillé que tu ne sais plus quoi en faire : alors qu’il est capable de s’ouvrir en deux pour laisser passer les armes et qui’il est indestructible, deux scènes plus tard (SPOIL SPOIL SPOIL) il crève dans une mauvaise chute, parce que bon, il encombrait le scénar, on savait pas comment dire au revoir, donc hop, on le dézingue on verse une larmichette et on passe à la suite merci bonsoir !
Je vais vous dire, je suis super bon public, et les persos qui meurent ça a tendance à me faire pleurer facilement. BAH OUI. Pauvre Rihanna-Blob, sa scène de mort est tellement WTF, tellement inappropriée et tellement téléphonée que je me suis sentie plus gênée que triste. En mode “Ho la pauvre, bon okay elle a eu un cachet qui équivaut à ma vie de salaire, mais quand même je me sens mal pour elle tellement c’est naze cette fin de rôle”.
LA GENE.

On enchaîne, puis … on s’ennuie…
Puis bon, entre Valérian et son délire de soldat, Laureline qui se fait déchirer ses fringues 5 fois par minute, le méchant très très méchant et les gentils militaires crétins, les alien tous doux qui veulent tellement protéger la vie et le putain de pouvoir de l’amour…

CA VA LUC ?? T’AS VU LE 5e ELEMENT OU QUOI ? Tu l’as fait, certes, mais est-ce que tu l’as VU ?Sérieux, Luc, tu t’es dit “Tiens, j’vais refaire le même film, ils vont rien comprendre, lol” ? Soyons honnêtes : le scénario est bâclé, certains FX sont bâclés, les personnages sont bâclés… un mauvais remix sans imagination d’un Stagate mêlé au 5e élément mêlé à Babylon 5, en moins émouvant, parce que Babylon 5 ont des costumes qui font saigner les yeux mais je mets au défi quiconque de finir cette série sans chialer. On y reviendra, j’espère.

J’ai voulu voir Valérian malgré une grosse appréhension.
J’avais peur que ça soit fadasse, c’est chiant.
J’avais peur que ça soit gentiment mysogyne… c’est beauf (Oh Laureline montre moi tes nichons pouet pouet).
J’avais peur que ça soit manichéen… c’est pire que du Disney.
J’avais peur que ça soit tarte…. LE POUVOIR DE L’AMOUR SA MERE.

J’étais déjà en colère après l’hisoire des concours de costumes d’EuropaCorp.
Vous ne saviez pas ?
C’est le film le plus cher de l’histoire du cinéma Français, mais pour les costumes, les créatures, c’était UN CONCOURS. Ca s’appelle du travail spéculatif, et c’est illégal, mais Mr Besson s’en bat les couilles. Il est coutumier du fait (voir Jeanne d’Arc).
Les gagnants ont reçu 1000 dollars.
1000 dollars.
Pour que ton dessin soit dans le film le plus cher de… oui bon vous avez compris.

Ca m’avait écoeurée au point d’hésiter à aller voir le film, à donner mes petits sous à EuropaCorp.

J’étais déjà un peu inquiète , parce que j’avais bien aimé le 5e Element, mais j’avais peur d’une mauvaise resucée. … Hé bien, c’est rien de le dire.
Tout ce que vous pouviez redouter… Besson l’a fait.

Si vous avez moins de 14 ans, vous aurez certainement adoré. Sinon, vous avez regardé Valérian en poussant régulièrement des soupirs d’ennui, en souriant quand même quelques fois, faut pas déconner, et vous êtes ressortis en vous disant “Tout ça pour ça”. Trois ans de promo. Trois ans qu’on nous annonce la révolution, tout ça pour voir un N-ième blockbuster hollywoodien bourré de clichés, sans le moindre petit morceau d’originalité, le genre de film qui était à peine cool. On vous a promis du culte, vous avez un film que vous ne verrez qu’une fois. Luc, t’as déconné. On est tristes.

Date de sortie : 26 juillet 2017(2h 17min)

réalisé par Luc Besson

Avec : Dane DeHaan, Cara Delevingne, Clive Owen, Ethan Hawke

EuropaCorp 

About Nab

Check Also

Justice League – Zack Snyder

Après avoir retrouvé foi en l’humanité, Bruce Wayne, inspiré par l’altruisme de Superman, sollicite l’aide …

One comment

  1. L'amateur d'aéroplanes

    Bon, on a vu pire comme adaptation de BD, mais pour des agents spatio temporels, on aurait pu avoir au moins un voyage dans le temps 🙂

    On a en plein les yeux même si le scénario est plein de trous.

    PS : Je signale une lettre oublié dans la phrase suivante :

    J’étais déjà en colère après  »l’histoire » des concours…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *