Home / Livres / Un vrai temps de chiens – Olivier Las Vergnas

Un vrai temps de chiens – Olivier Las Vergnas

Les romans de science-fiction français publiés par Pocket sont plutôt rares et j’ai eu la surprise de recevoir un titre que je n’attendais pas : Un vrai temps de chiens d’Olivier Las Vergnas. A la lecture de la quatrième de couverture, il s’agit clairement d’anticipation, et la citation de nos camarades de Fantastinet placée dessous m’a interpellé : « Science-fiction ? Peut-être, en tout cas il est préférable de le penser, cela donne meilleure conscience. » Quel est donc ce roman qui laisse à penser une véritable réflexion sur des problématiques actuelles ? J’avais donc hâte de le découvrir…

La couverture ne m’a pour le coup pas vraiment donné envie d’entrer dans l’univers d’Oliver Las Vergnas. En effet ce chien flouté avec ses yeux verts m’a paru assez quelconque et trop peu représentatif de ce que j’allais pouvoir trouver. Lorsque j’ai reçu le livre, il m’a fallu quelques minutes pour bien comprendre de quoi il s’agissait puisque j’ai cru que c’était un polar. Je n’ai rien contre ce genre, loin de là, mais je n’en lis pas et était donc un peu déçu. Bémol donc sur la couverture qui laisse penser à du polar sans en être.

Sirwan, un Kurde sans papiers, vit sous l’emprise d’Otto, un vétérinaire sulfureux qui le cache dans un sous-sol de l’Essonne. En échange, ce fils de fermiers passionné de jeux vidéo met au point d’étranges robots, mi-chiens de combats, mi-machines agricoles. Avec lui vit Samira, jeune Africaine elle aussi réduite à la clandestinité. Lorsqu’elle est attaquée et gravement blessée par un des molosses, commence pour Sirwan une course contre la montre : pour la sauver, il doit sortir de sa cachette, alors que dehors errent d’autres créatures de métal, programmées pour chasser… des gens comme eux.

Ce roman fut, de manière assez surprenante, une déception pour moi. Je ne suis pas grand amateur de science-fiction, mais une anticipation bien montée ne fait jamais de mal. Je m’étais donc lancé avec plaisir dans ce court texte en espérant me faire plaisir, et sans rien en attendre de plus. Mais là je n’ai pas trouvé dans ce roman ce que je m’attendais à trouver. Explication de suite.

Un vrai temps de chiens m’a avant tout semblé être une anticipation politique visant à une critique de la société française actuelle, de sa politique vis-à-vis des populations immigrées… La sortie en poche à un mois du second tour des présidentielles apparaît comme une utilisation par l’éditeur de l’aubaine électorale pour vendre plus d’exemplaires. Même si cette stratégie se défend et que beaucoup font de même, je dois dire que cela m’a semblé un peu fade, des problématiques autres me semblant être plus au centre de la campagne. Mais comme je ne peux pas baser mon avis sur un roman à partir de ressentis liés à une campagne politique, passons sur ce sujet. Critique de la société et de sa gestion des « étrangers », c’est évident, mais j’en attendais clairement plus. En effet, il m’a semblé qu’Olivier La Vergnas a utilisé des éléments science-fictionnels comme excuse à un développement éthique et politique ? Or ces touches imaginaires m’ont semblé bien insuffisantes.

Le style de narration à la première personne est clairement le plus adapté au récit, mais personnellement j’ai trouvé que cela donnait lieu à des lourdeurs. En effet, le personnage est clairement trop porté sur l’introspection et pas assez sur ses actions. Réfléchir c’est bien, mais trop cela devient rébarbatif. Cela donne donc un scénario qui traîne en longueur. Pour vous donner une idée, l’ensemble aurait produit une excellente nouvelle d’une trentaine de pages, si l’auteur avait condensé sa critique de la société et avait orienté son personnage vers l’action plus que les atermoiements.

Il m’arrive donc rarement de dire cela, mais je n’ai rien trouvé à sauver dans ce roman. Le scénario traîne, le style n’aide en rien à la dynamique, bref, je me suis clairement ennuyé dans ce récit. Pourtant l’auteur propose des idées intéressantes, mais il trop cherché à produire une critique sociale pour réellement intéresser le lecteur à une histoire. Dommage…

Un vrai temps de chiens
Olivier La Vergnas
Pocket
Couverture de Sean De Burca & Jeanne Mutrel

7,20 €

About Thomas Riquet

Passionné de littératures de l’imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d’Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom.

Ce faisant il assure également la direction littéraire d’anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Check Also

Un éclat de givre (Folio SF) – Estelle Faye

  Attention Gros coup de cœur de fin d’année. Un éclat de givre est un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *