Accueil / Cinéma / Tucker & Dale fightent le mal – Eli Craig
Bannière Institut de la Musique

Tucker & Dale fightent le mal – Eli Craig

« le mal vient d’énerver les mauvais Hillbillies »

Tucker et Dale sont deux gentils péquenauds venus se ressourcer en forêt. Ils y rencontrent des étudiants venus faire la fête. Suite à un quiproquo entraînant la mort d’un des jeunes, ces derniers pensent que Tucker et Dale sont des serial killers qui veulent leur peau, alors que nos héros pensent que les jeunes font partie d’une secte et qu’ils sont là pour un suicide collectif ! C’est le début d’un gigantesque malentendu dans lequel horreur et hilarité vont se mélanger.

Alors qu’un fan film de Scream  (« Scream returns ») va bientôt sortir sur Youtube (et cocorico c’est un fan film #français) il ne faut pas oublier que le premier du nom a révolutionné les codes du genre comme l’avait expliqué  Nab dans sa chronique sur la saga.

Mais derrière le sang et les psychopathes, un petit gout à la fois doux et amer vient parfois traverser nos rétines pour notre plus grand plaisir. Aujourd’hui, notre recette s’appelle Tucker & Dale fightent le mal (ou Tucker & Dale vs Evil en VO).

Alors, pour ça, prenez un réalisateur sans trop d’expérience (Eli Craig) ou presque, deux acteurs assez chevronnés (Tyler Labine et Alan Tudyk). Enfin, prenez un scénario de slasher classique :

–          Avec un lac pour le côté Vendredi 13.

–          Une cabine isolée dans les bois pour la petite touche Evil Dead.

–          Une poignée d’adolescents.es cons comme des balais comme dans tous les slashers.

–          Et enfin deux péquenauds  adorables qui n’ont rien demandé à personne.

Mélangez le tout avec deux univers improbables (la comédie et le Slasher), un gros malentendu et vous aurez, à mon humble avis, l’une des meilleures comédies horrifiques de ces dernières années !

Reprenons depuis le début.

Tucker et Dale sont deux « Hillbillies » (en gros deux péquenauds qui vivent dans la partie rurale des États-Unis d’Amérique, ils ont laids, bêtes et crades, de surcroît), qui viennent d’acquérir une petite cabane près d’un lac et vont passer leur vacance là-bas. Se profile donc à l’horizon un week-end classique entre potes : de la pêche, un ami et des bières…

Ça pourrait bien se passer si une bande d’ados attardés n’ont pas choisi le même endroit pour le week-end camping/drogue/sexe et les prennent pour…des psychopathes !

Après un quiproquo lors d’une session de pêche nocturne, le groupe d’ados décide de porter secours à leur amie qu’ils ont (lâchement) abandonnée, et qui a été recueillie par Tucker & Dale. Mais, persuadés d’avoir affaire à des tueurs en série, ils y vont en mode « RAMPAGE » (#Archer).

toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves…

De cette situation va découler une suite d’événements à la croisée de Laurel et Hardy et Vendredi 13.

Et avec ces ingrédients, la pâte prend, gonfle en volume, jusqu’à devenir ridiculement jouissive, à se demander qui entre nos héros et les ados sont les plus imbéciles…

Mais cette recette ne serait rien sans le duo d’acteurs principaux, fonctionnant comme une sauce, c’est la touche remplie de saveur qui permet d’accompagner le scénario en douceur, malgré les hectolitres d’hémoglobine à l’écran (on va dire que ça joue le rôle du vin, hein 😉 ).

A chaque bouchée, le film nous balance une situation burlesque, à la limite du génie, qui vous tirera au moins un sourire. Et à chaque bouchée, le scénario va crescendo, nous donnant le désir macabre d’en reprendre une pour savoir comment telle ou telle personne va crever (de manière improbable).

Et c’est là le génie d’Elie Craig et de Morgan Jurgenson, les scénaristes, ils exploitent les codes du Slasher pour mieux les retourner contre le spectateur, offrant à la fois une comédie idiote, géniale en exploitant à fond le comique de chaque situation.

le film est COMIQUE, OK?

Malgré toutes ces qualités, on a l’impression d’avoir englouti le plat un peu trop vite et le dessert (la seconde partie du film) et un peu de trop. En voulant en faire trop dans une première partie excellente, la seconde partie a du mal à se faire digérer, mais il nous faut .Juste . Une. Dernière. Bouchée.

Pfiouuu, Voilà, Le film finit, on contemple avec une certaine satisfaction notre ventre de cinéphile qui a fait péter la ceinture (et la mâchoire, à force de rire).

Comme vous pouvez le comprendre, j’ai beaucoup aimé Tucker & Dale Fightent le mal (ouais, parce que « vs evil » c’était visiblement trop anglais pour le marché français, donc on a mis « fightent » à la pl…#OhWait).

C’est typiquement  le genre de film à voir dans un canapé confortable avec des amis, dans un état second( #OuPas) pour passer un excellent moment.

Et bon appétit bien sûr !

Note : zygomatiques / 20

Tucker & Dale fightent le mal (Tucker & Dale vs. Evil)

d’Eli Craig

ScénarioEli Craig, Morgan Jurgenson

avec Tyler Labine , Alan Tudyk , Katrina Bowden , Jesse Moss

Eden Rock Media / Reliance Big Pictures
Eldricht Tales

A propos de Loïc Piquet

Passionné d’étymologie, d’infos insolites, de marketing, de foot, de théâtre, de cinéma d’action/science-fiction, de jeux-vidéo et sérivore quand le temps me le permet, je veux transmettre mes passions, parce que seul, bah…Sinon ça serait naze. Poseur de questions existentielles devant la stupidité (du genre, les pingouins ont-ils des genoux ? Combien pèse Internet ?), je sais néanmoins apprécier les choses simples comme une glace vanille/pistache… Au bord d’un transat… à l’Île Maurice…

Lisez aussi

Hérédité – Ari Aster

Annie Graham (Toni Collette) – accompagnée par son mari Steve (Gabriel Byrne) et ses deux …

Le Roi pêcheur – Terry Gilliam

Toutes les nuits, Jack Lucas ( Jeff Bridges, décidément parfait dans bon nombre de rôles …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *