Home / Musique / Métal / Transcience – Steven Wilson

Transcience – Steven Wilson

Steven Wilson revient avec un album recomposé, au moins autant que les malheurs exposés dans ses musiques. La sortie vinyle existe déjà depuis 2015, le choix paraît peu judicieux, quand on sait que l’album est destiné aux néophytes.  À noter que contrairement au vinyle, cette version CD comporte un titre supplémentaire, Happiness III. C’est la première fois que le chanteur se livre à cet exercice et avec succès. Les morceaux ne sont pas choisis au hasard et le voyage qu’il nous propose, nous ouvre grandes les portes du rock mélodique à penchant dépressif ; tout ce que l’on aime de Steven Wilson.

Cet album rassemble à part égal tous ses albums. Il y a en tout quatorze titres. La grande nouveauté de l’album étant une nouvelle version de Lazarus par Porcupine Tree, ancien groupe de Steven Wilson qui s’est dissout en 2010. On y trouve aussi Thank you la version cover reprise d’Alanis Morisette. Ses morceaux restent cependant à l’image de l’artiste. On plonge dans les détresses humaines les plus déchirées Thank You. On assiste à des rêves brisés comme dans Hand Cannot Erase. On retrouve également cette note d’espoir qui conclut chaque morceau, ce petit changement dans l’intonation qui laisse apercevoir un futur possible avec moins de tristesse. La majorité des hits de l’artiste sont présents. Wilson lui même dira qu’il a pensé Transience comme une porte d’entrée à son univers. Les chansons ne sont spécialement longues et sont une bonne introduction à la discographie de l’artiste. Une grande absente de l’album étant peut-être Perfect Life qui est pourtant toute destiné aux néophytes.

Autre nouveauté, qui concerne le graphisme de l’album, c’est la première fois que l’on voit la tête de Steven Wilson en photographie sur un de ses albums. L’artiste s’est juste à présent que rarement trompé dans ses choix graphiques, que ce soit au niveau de ses covers, que dans ses choix de traitement vidéo.  Il se laisse à découvert et nous invite de sa main à découvrir son œuvre.

Ce nouvel ouvrage du maître à chanter de la dépression ne nous laissera pas indifférent. Il a déjà été mis en avant que les amateurs se régaleront. Quant aux plus fervents fans, une nouvelle écoute de certains classiques de Steven Wilson ne déplaira à personne.

Transcience
Steven Wilson
2017

About Cyrille Hervet

Check Also

Funky Queen — Black Mirrors

Black Mirrors est un groupe belge composé de Marcella Di Troia (chant), Pierre Lateur (guitare),  …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *