Home / Jeux / Titan Race – Funforge

Titan Race – Funforge

Le souci quand on a des lardons d’âge différents et qu’on veut pouvoir jouer avec eux, tous ensemble, à un jeu de plateau lorsqu’on prend l’apéro, c’est que ce n’est pas facile de trouver quelque chose qui convienne à tout le monde, d’autant que le panel d’âge va de 6 à 12 ans.

Pas évident donc de faire un choix. Et puis voilà que débarque, tout frais arrivé des locaux de Funforge (tout frais pour le colis, pas pour le jeu sorti depuis quelques temps déjà 🙂 ) Titan Race, qui me semblait correspondre parfaitement à ce que je cherchais. Ni une ni deux, hop, lecture des règles, coca, chips, pistaches, apéro, et c’est parti !

Dans Titan Race, chaque joueur se retrouve aux commandes d’un gros monstre (les fameux titans) et leur cavalier. Le but du jeu est simple : arriver en tête après 3 tours de course, course au cours de laquelle tous les coups sont permis.

En effet, ici, on est loin d’une course classique aux règles bien définies. Là, c’est chacun pour soi. Les coups bas, les pièges et autres sont de rigueur. D’autant que chacun des titans (et leurs pilote) ont chacun un pouvoir spécial qui va rajouter du sel à la partie.

C’est d’ailleurs (avec les dés) ce qui fait l’originalité du jeu. En effet, les parties prendront une tournure différente (d’un point de vue tactique) en fonction des Titans choisis par les joueurs. Et si on combine ce choix aux 6 circuits différents disponibles (qui eux aussi disposent de leurs spécificités) cela évite des parties qui se ressemblent trop.

Une fois titans et circuit choisi, c’est parti pour 3 tours de course. Et c’est là qu’interviennent les dés spéciaux. Chaque face des dés correspond à une action spécifique (aller vers l’avant une fois puis une fois sur la droite ou la gauche, deux fois vers l’avant, etc.). Les des sont jetés une fois par tour, et chaque joueur en choisit un, qu’il pose sur sa carte. Il effectue l’action correspondante et c’est au joueurs suivant d’en choisir un autre parmi les restants, et ainsi de suite, jusqu’au dernier joueur. Là, au lieu d’être obligé de prendre le seul dé restant, il reprend tous les dés, les relance, en choisit un, et on continue comme ça. L’intérêt d’être dernier joueur est, qu’en fait, on a le plus large choix possible d’actions à effectuer. C’est une composante tactique importante du jeu.

Rajoutez à ça des cartes « bonus » jouables à tout moment qui permettent d’influer sur le cours d’une partie, les pièges qu’on va pouvoir poser dans son sillage pour blesser ses adversaires et les aléas du parcours qui risquent de vous ralentir, et vous aurez une idée des possibilités du jeu.

Alors certes, c’est un jeu « familial » dont les parties ne durent pas plus de 20/25 minutes. La profondeur stratégique reste assez limitée comparé à des « gros » jeux. Mais, avec des jeunes enfants, ça le fait bien et ça permet de passer un moment agréable.

Un mot sur le matériel.

Parfait. Que cela soit les différents circuits, les cartes, les dés, les figurines, les différents pions, tout est d’excellente qualité. L’aspect graphique un peu cartoonesque colle bien à la thématique et l’ensemble est visuellement agréable. Seul bémol, la petitesse des circuits. C’est dommage. Des plateaux un peu plus grands auraient permis de gagner en convivialité.

Conclusion ?

Facile de prise en main, avec du joli matériel et des parties pas trop longues, Titan Race vous permettra de passer de bons moments avec vos enfants et de les initier en douceur à des « vrais » jeux de plateau. Une réussite de ce point de vue, donc.

About Philippe Pinon

Trublion de 47 balais, touche à tout, autodidacte, tête de cochon. Après plus de 20 ans à effectuer un travail décérébrant, change de voie. Scribouillard, « traductier de l'impossible », il devient même éditeur (OVNI) en 2015 où il édite, accompagné de son associée et conjointe, romans et JdR. Mais ce qui le définit le mieux, c'est quand même le terme de "Gros Connard" (au grand cœur, malgré tout, pour ceux qui prennent le temps de fouiller au delà des apparences).

Check Also

D&D 5 – Monster Manual – Version française

Tout JdR se doit d’avoir son bestiaire. Et c’est encore plus vrai lorsqu’il s’agit d’un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *