Home / Cinéma / Thor : Ragnarok – Taika Waititi – 2017

Thor : Ragnarok – Taika Waititi – 2017

Thor revient dans un troisième opus. La fille cachée d’Odin, Hela, déesse de la Mort, ayant été libérée, Thor va devoir s’allier à son frère Loki pour sauver Asgard du Ragnarok, la fin des temps Asgardiens.

Un choix d’affiche heu… original.

Pour ceux qui n’ont pas trop suivi les sagas Marvel, un mini-résumé :
Thor est le dieu du Tonerre d’un univers lointain du nôtre, Asgard. Son frère, Loki, dieu du Mensonge et de la Manipulation (oui, les mecs ont un dieu pour la manipulation, cherchez pas), a essayé de nombreuses fois de le tuer et d’envahir la Terre, allant juqu’à y libérer des aliens assoiffés de conquête, ce qui a donné lieu à pas mal de cataclysmes notamment la Bataille de New York évoquée dans un paquet de films Marvel : c’est ce qui a destitué le Shield (et donc provoqué la scission Captain America / Iron Man) , ce qui a lancé les opérations parallèles de Hydra (voir la série Agents du Shield), vu la disparition mystérieuse de Hulk et procuré au Faucon de quoi faire ses p’tites bêtises, le coquinou (voir Spider-Man : Homecoming). Bah oui tout est lié. Ne l’oubliez pas ça va servir.

BREF.
Thor bastonne un démon et lui pique sa couronne géante, l’empêchant, ouf, de provoquer le fameux Ragnarok. Youpi !
De retour sur Asgard, il constate la disparition de Heimdall, le gardien omniscient du Bifrost (le courant magique permettant à Thor de voyager à travers les dimensions pour rejoindre la Terre)… Bien que le mec soit un allié précieux et un ami fidèle, et que son remplaçant soit un kiki qui visiblement passe son temps à looter du matos sur Terre sans autorisation, ça ne perturbe pas Thor plus que ça, car il a d’autres surprises de taille : une immense statue de son frère Loki, le psychopathe de service, a été érigée sur la place publique, et son père, le puissant Odin, passe ses journées à glander entouré de charmantes Asgardiennes en petites toges légères. Le fripon.

Bien sûr, ce n’est pas vraiment Odin, mais ça on le sait depuis la fin de Thor : le monde des Ténèbres, où, après avoir assisté à la mort de Loki, Thor disait au revoir à son père… qui était en fait… Loki. Le mec arrive à se faire passer pour mort, rentrer avant son frère, dézinguer le Dieu des Dieux et prendre sa place. 3 films qu’il essaie, et là ça a pris 5 minutes : avouez qu’on comprend qu’il aie envie d’en profiter.

BREF (2e édition).
Thor grille immédiatement Loki, et lui demande de restituer Odin sur-le-champ. Loki avoue l’avoir placé en maison de retraite sur Terre.
Je suis pas trop râleuse sur les scénar quand je vais voir un blockbuster en mode lol, mais quand même, Loki qui arrive à placer Odin Roi d’Asgard dans un asile, et qu’il se soit laissé faire, ça m’a un peu fait tiquer… Bon. On va laisser couler pour cette fois.
Thor et Loki se rendent donc sur Terre mais s’aperçoivent que l’institut a été détruit. Mince alors. Pendant que Thor signe des autographes, un portail magique s’ouvre sous les pieds de Loki qui disparaît, puis absorbe à son tour Thor qui se retrouve… CHEZ DR STRANGE ! Je vous avais bien dit que tout était lié, bande de petits chenapans ! On arrive donc à matcher la scène post-générique dudit Dr Strange, dans lequel Thor s’envoie des binouzes avec Stephen Strange himself. Le Sorcier Suprême les avertit d’une terrible menace, puis les envoie en Norvège où les attend Odin. Pourquoi la Norvège ? Arrêtez de poser des questions gênantes au scénariste, svp.

Thor et Stephen Strange

BREF (je pense que ce mot va servir assez souvent).
Odin annonce à ses fils qu’il va mourir, et que de ce fait, son plus terrible secret va être révélé. Thor et Loki avaient une soeur aînée : Hela. Déesse de la Mort, elle rêvait de détruire l’Univers, ce qui fait que Odin l’a exilée en Enfer pour ne pas la laisser accomplir ses sombres desseins. Vous noterez que « exilé en Enfer » est la version asgardienne de « au coin », vu qu’il fait ça à chaque caprice de ses mômes. En même temps, les caprices de ses mômes sont en général de dominer ou détruire l’univers ou tout monde connu, allez donc élever des enfants dans ces conditions. Pauvre chou.
Odin rejoint donc les étoiles après avoir asséné la fin du monde toute proche à ses deux fils, mais avant qu’ils aient le temps de pleurer ou de se disputer (encore) le trône, arrive Hela. La Déesse de la Mort a bien étudié son look, entre Maléfice et Mylène Farmer, et elle n’est pas contente du tout. Elle annonce solenellement aux deux kikis qu’elle va tout cramer, et que ça sera bien fait pour leur pomme, parce que des millénaires en exil, ça vous fout un peu en rogne. Sans blague.

Suite à une baston à travers le Bifrost, elle détruit le marteau de Thor et le projette au hasard des dimensions sur une étrange planète-poubelle.
Et là on bascule chez Star Wars. Des Jawas essaient de capturer Thor en l’enfermant dans un filet électrique. Heureusement Rey le capture en premier. Avant que Georges Lucas ne se rappelle qu’il a vendu sa licence et ne vienne crier au scandale, Thor se retrouve chez un espèce de barjo rappelant furieusement Zorg du 5e élément, le Grand Maître, qui organise des combats de coq avec tout être vivant ou assimilé qu’il fait capturer par ses mercenaires primesautiers. Pour la petite histoire amusante, Le GrandMaster chez Marvel est le frère du Collectionneur. Le frère méchant, évidemment. Un bon gros malade mental, joué par Jeff Goldblum tartiné au fond de teint orange. C’est toujours un bonheur de voir Jeff Goldblum dans un film, mais là c’est juste magique.

Tuto make-up !

Thor retrouve Loki, qui par un hasard dimensionnel, est arrivé avant lui et n’a aucune intention de l’aider tant les malheurs de son frère le font bicher. Il rencontre les esclaves-combattants de la planète, dont un espèce de Groot en pierre complètement abruti, mais bien solide. Il est ensuite livré d’abord à Stan Lee qui lui coupe les cheveux pour correspondre à l’image du comics et vendre de la figu, puis dans l’arène au grand champion de la planète … Il est gros, il est vert, il est vénère : Hulk !

HULK SMASH !!

Voilà donc où il était tombé, deux ans auparavant !! Une bonne dérouillée plus tard (pour la plus grande joie de Loki), Thor peut enfin parlementer avec son ancien partenaire qui n’a pas vraiment de souvenirs de lui. Après avoir pas mal lutté pour se faire reconnaître, et appris que Rey est en fait une Vakyrie Asgardienne ayant sombré dans l’alcool après sa première baston contre Hela, Thor décide d’organiser une évasion en bonne et due forme. En se servant des esclaves motivés à se rebeller comme diversion, il espère retourner tarter sa frangine.

Il recrute donc Valkyrie, qui retourne sa veste un peu trop rapidement (le plot twist « Je fais la rebelle mais en fait non je vous aide tellement je suis altruiste » est vraiment gros comme une maison, c’est quand même dommage… Mais bon…) et avec Banner redevenu lui-même, ils volent un vaisseau pour s’enfuir.

Non, je ne me suis pas trompée de film !

Loki, qui a encore une fois échoué dans sa tentative de trahir tout le monde (il faudrait qu’il pense à changer de filière, il serait peut-être plus efficace en Dieu des Ananas), s’enfuit également aux commandes d’un autre vaisseau, énorme, piqué par les fameux esclaves.

Arrivés sur Asgard, c’est un beau bordel, vu que Hela massacre quelqu’un pour passer le temps toutes les 56 secondes, qu’elle a ressucité une armée de zombies et le loup Fenrir pour défendre son nouveau royaume, et qu’elle vient de découvrir où Heimdall cachait la population.

Avec l’aide de Valkyrie qui veut se venger, de Banner qui n’a pas vraiment le choix… et de Loki qui finalement pour les besoins du fan-service décide de faire une bonne action, Thor engage la bataille finale contre sa soeur psychotique. Même le kiki du début, recruté à la place de Heimdall et promu Exécuteur de Hela, se retourne contre elle pour pougner du zombie, tellement il en a marre. Subtilité du script, les fusils d’assaut américains qu’il avait piqués sur Terre lui seront bien utiles dans son raid d’honneur.

Thor envoie Loki chercher la couronne du démon du début, pour détruire Asgard et Hela par la même occasion, et provoquer donc le Ragnarok qu’ils craignaient tant. Dans la scène, on notera que Loki s’arrête un instant devant le Tesseract… la suite au prochain épisode, on suppose, car on imagine mal Loki et le script manquer cette occasion de piquer un objet si puissant.
On notera aussi que le loup Fenrir a eu le temps de mordre Hulk avant de mourir. Je me demande si il y aura des conséquences…

BREF (dernière édition), les réfugiés de chez le Grand Maître et la population Asgardienne s’enfuient donc tous à bord d’un immense vaisseau, et Thor, à présent roi de rien du tout, propose d’aller demander asile sur Terre…
Mais dans la scène post-générique, apparaît le vaisseau de Thanos. Heimdall l’avait pas vu venir, celui-là…

BREF (der des der). Cette fois, c’est la fin, on en saura plus la prochaine fois !

Entre dingues, on se comprend.

Alors, on en pense quoi de tout ça ?
En terme de scénario pur, le film est un sympathique divertissement, mais quelques gros trous entacheront le visionnage, même d’amateurs dilettantes. On note l’absence des personnages-clés des débuts. A la limite qu’on ne revoie pas le Professeur Selvig, c’est compréhensible, mais que Jane n’ait droit qu’à une ligne de texte d’une figurante … « On est désolées que Jane vous ait largué Mr Thor »… Ca fait un peu « On est désolées que Natalie Portman soit trop chère pour la prod et/ou que le scénariste soit en manque de caféine Mr Thor ». C’est quand même un peu dommage dans la mesure où la fin de Thor 2 les montrait ENFIN unis et heureux.
Idem pour la relation Thor/Loki. Je comprends que ce soit difficile de faire changer de cap à une série, et de redonner une nouvelle image à un personnage, mais Loki est quand même le bad guy de 3 films avant celui-là, et VRAIMENT méchant. Bon, après, moi en fangirl de bas étage, je trouve qu’on ne voit jamais trop Tom Hiddleston, mais quand même, passer du malade mental assoiffé de pouvoir à un mec gentiment revanchard avec de l’humour et un certain sens de l’honneur, c’est plus de la transition, c’est du relooking extrême. Thor, lui, mûrit un peu plus subtilement. Il est passé de « Je suis un gros musclé prétentieux » à « Je suis un gros musclé avec des fêlures ». Et un oeil en moins, pour matcher le comics ou en hommage à Odin, on suppose.

Au final, qu’est-ce qu’on en retient ? Cet opus de Thor change radicalement de ton par rapport aux deux précédents. C’était annoncé par l’affiche ultra-bariolée, et l’ambiance « 5e élément » de la moitié du film tranche complètement avec l’esthétique médiévalo-techno du début.
Peut-être pour le plus grand bien de la licence, d’ailleurs.

Si les studios Marvel ont décidé de traiter la série avec plus de légèreté et d’humour, c’est peut-être grâce au succès des Gardiens de la Galaxie, qui en ce qui me concerne me font bien plus plaisir à mater qu’un Civil War poussif et indigeste, alors je joue le jeu du divertissement et apprécie la belle image et la bonne bande-son. Tony Stark avait ACDC, voilà que Thor se met à Led Zeppelin, ce n’est pas moi qui vais m’en plaindre.

Maintenant qu’ils teasent Thanos depuis plus de 5 ans… la suite a intérêt d’être rock’n’roll.

Date de sortie : 25 octobre 2017 (France)
Réalisateur : Taika Waititi
Bande originale : Mark Mothersbaugh
Scénario : Eric Pearson
Acteurs : Chris Hemsworth, Tom Hiddleston, Cate Blanchett, Anthony Hopkins, Jeff Goldblum

About Nab

Check Also

The Bad Batch – Ana Lily Amirpour

Dans un futur proche, une jeune femme se retrouve bannie au milieu d’un désert peuplé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *