Home / Musique / Métal / The Shadow Theory – Kamelot

The Shadow Theory – Kamelot

Chaque sortie d’un nouvel album de Kamelot est un peu un évènement pour les fans de metal power et mélodique. Depuis le remplacement de Roy Khan au chant par Tommy Karevik le public a été rassuré sur les capacités de celui-ci et le groupe continue son rythme de sortie avec un album tous les deux-trois ans. Doté d’une imagerie graphique forte et sombre le groupe nous propose donc The Shadow Theory, un album à l’artwork tout simplement magnifique. Mais il ne faut jamais se fier à la couverture d’un livre dit-on, et nous allons donc plonger dans cet album !

The Mission est une petite piste introductive instrumentale, bien faite et bien rythmée, qui nous plonge dans l’univers du groupe. Parfait comme entame en tous cas. Phantom Divine (Shadow Empire) vient ensuite nous balancer ses sonorités de guitares dans les oreilles, puis le rythme augmente, la voix de Tommy Karevik résonne et là c’est un peu la déception. Kamelot qui fait encore une fois du Kamelot. Alors oui c’est du bon son, mais j’ai la sensation d’avoir déjà entendu un certain nombre de riffs, l’ensemble ayant un goût de déjà-vu. RavenLight, In Twilight Hours en sont d’autres parfaits exemples. Je trouve cela un peu dommage que le groupe ne se renouvelle pas musicalement finalement, satisfaisant les fans seulement alors qu’ils pourraient chercher à convaincre un nouveau public.

Mais arrêtons-nous sur quelques morceaux qui m’ont semblé sortir de l’ordinaire. Commençons avec Amnesiac, chanson très rythmée, avec beaucoup de claviers, et qui sort vraiment du lot. Même si les couplets voient la cadence se ralentir, les refrains sont particulièrement bons. Static, bien qu’étant une ballade classique de Kamelot, n’en est pas moins suffisamment bien faite pour se démarquer du reste de l’album à mon sens. L’aspect épique du refrain joue également pour beaucoup sans compter que mélodiquement c’est de grande qualité. The Proud and The Broken fonctionne également très bien avec ce jeu sur les voix qui bien qu’attendu n’en est pas moins prenant.

Comme à son habitude Kamelot fait du Kamelot sans trop bouger de ses lignes habituelles. The Shadow Theory m’a laissé un goût un peu amer en bouche : les fans vont adorer mais même si de base j’en fais partie eh bien j’aimerais les voir se renouveler, tenter d’autres choses. Eh bien ce ne sera pas pour cette fois-ci, dommage…

The Shadow Theory
Kamelot
Napalm Records
2018

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Wanderer – Heaven Shall Burn

En 2016, Heaven Shall Burn fêtait ses 20 ans d’existence, et pour l’occasion sortit son …

Celle qui n’avait pas peur de Chtulu – Karim BERROUKA

  Qu’est-ce qui est vert, pèse 120 000 tonnes, pue la vase, n’a pas vu …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *