Accueil / Musique / Métal / The Modern Art Of Setting Ablaze – Mantar
Bannière Institut de la Musique

The Modern Art Of Setting Ablaze – Mantar

Alors que les pionniers du genre partent en retraite un par un, le metal a semble-t-il trouvé un moyen de perdurer avec une tendance très marquée, ces dernières années, à explorer de nouveaux horizons, s’affranchissant des traditionnelles étiquettes. À ce petit jeu, le duo germanique Mantar se place parmi les futurs grands noms de la scène. Preuve en est, une troisième fois, avec l’excellent The Modern Art Of Setting Ablaze.

Que ceux qui n’ont encore jamais entendu parler du groupe se rassurent : ils auront bientôt l’occasion de corriger leur retard. Le chanteur-guitariste Hanno Klärhardt et son ami batteur Erinç Sakarya ont construit Mantar très simplement : deux musiciens, deux instruments, et une réelle énergie tant sur album que sur scène. À peine six ans d’existence et trois albums, et le duo ne montre aucun signe de fatigue. Bien au contraire, cette troisième étape dans l’existence du groupe risque fort de confirmer son succès et le porter vers les hauteurs de la scène metal européenne – ou internationale.

Mais difficile d’encenser un album avant d’en avoir détaillé les qualités, n’est-ce pas ? Pas d’inquiétude, The Modern Art Of Setting Ablaze tient ses promesses. Douze titres, une durée moyenne située autour de 4 minutes, pour une durée totale inférieure à 50 minutes ; Mantar ne fait pas dans la fioriture et assène son propos avec la délicatesse d’un marteau dans les gencives. Bien que classé « sludge », le groupe affiche sans mystère ses affinités black, punk, voire rock ‘n’ roll, dans un savant mélange que l’on peut sans peine qualifier de puissant, énergique et destructeur. Le duo est en colère et ne s’en cache pas, l’album portant un regard cynique et désabusé sur le monde et l’humanité sans cesse vouée à répéter ses erreurs. Il peut donc être surprenant de découvrir à quel point l’album est entraînant. Les titres s’enchaînent sans laisser à l’auditeur le temps de souffler, et cette violence crue se révèle un excellent canalisateur d’énergie. Et si aucune chanson ne sort véritablement du lot, c’est parce que toutes ont le potentiel de devenir des « tubes ». Ne vous arrêtez donc pas à Age Of The Absurd, Taurus et Seek + Forget, les titres choisis par Nuclear Blast pour promouvoir l’album, car le reste vaut la peine d’y prêter une oreille attentive.

On m’a appris, il y a longtemps, que lorsqu’on n’avait plus rien à dire, il valait mieux se taire. Et tout comme Mantar l’a joué courte et intense avec ce troisième album, j’en viens déjà à la conclusion qui sera donc : jetez-vous dessus et laissez-vous emporter par la furie de ces deux artistes. Un des albums de l’année sans aucun doute. Sehr geil, comme disent nos voisins teutons !

The Modern Art Of Setting Ablaze
Mantar
Nuclear Blast
2018

Eldricht Tales

A propos de Wolflord

Infatigable arpenteur des plans de l’imaginaire, je me réincarne au fil de mes voyages. De Gotham City à R’lyeh, du sanctuaire d’Athéna aux terres de Rokugan, je parcours les mondes en quête de nouveaux défis à relever et d’histoires à raconter. Et sans jamais oublier de prêcher la bonne parole du dieu Metal.

Lisez aussi

Clockwork Immortality – Lovebites

Les japonaises de Lovebites nous reviennent avec leur second album en deux ans et en …

Vampirella Masters Series – James Robinson

Graph Zeppelin continue de nous propose d’excellents comics et notamment de rééditer quelques très très …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *