Home / Musique / Métal / The Missing Peace – LA Guns

The Missing Peace – LA Guns

Le retour de LA Guns après un split, des changements de personnel, un premier essai raté et de fausses rumeurs de départ du chanteur est non seulement surprenant, mais également une excellente chose tant ce groupe manquait aux fans. N’oublions pas que Tracii Guns est le créateur de Guns ‘n Roses avec Axel Rose (d’où le nom du groupe) et que certains albums de LA Guns sont pour le moins savoureux. Ecoutez LA Guns (1988), Coacked and Loaded (1989), Hollywood Vampires (1991) et Vicious Circle (1995).

Formé en 1983, autour de Tracii Guns, le groupe prendra son envol lors du recrutement de Phil Lewis (ancien chanteur du groupe anglais Girl d’où est sorti Phil Collen le guitariste de Def Leppard), avant de rencontrer un beau succès jusqu’au milieu des années 1990, avant que la vague grunge ne les ralentisse et que des problèmes personnels ne les décapite. Oui, mais voilà, le rock colle à la peau de ces musiciens dont le talent ne fait aucun doute. Il suffit pour en obtenir confirmation de se mettre entre les oreilles l’enthousiasmant Speed pour s’en convaincre. Basé sur un riff qui décape, tout en faisant référence à Mötley Crüe dans le style, et au « Highway Star » de Deep Purple pour un vers, Speed est une vraie bombe qui va vous retourner. La voix de Phil Lewis est toujours au top, tandis que la section rythmique assure une assise parfaite.

 

Autres moments de bravoure, les tempos moyens que sont It’s All The Same To Me (qui ouvre l’album avec brio et un refrain dévastateur) et le méchant Sticky Fingers au riff étouffant, ou le tourbillonnant A Drop Of Bleach qui renvoie à Guns ‘n Roses, ainsi qu’aux premiers albums de LA Guns. Rien que de l’excellent qui devrait plaire aux amateurs de hard rock épais, sale, gorgé de solos pleins de feeling et de changements de rythme.

A ce sujet, le groupe peut passer de brûlots qui donnent envie de secouer la tête, tels que l’excellent Baby Gotta Fever ou l’hymne The Devil Made Me Do It aux influences punks et rock, tout en nous délivrant des ballades bien senties : The Flood’s The Fault Of The Rain nourri au blues et aux faux airs de The House of the Rising Sun ou Gave It All Away qui clôt l’album avec brio, sur des envolées lyriques et un travail de guitare majestueux.

 

Un album de grande tenue, qui voit LA Guns revenir à son meilleur niveau.

LA Guns

The Missing Peace

Frontiers records

2017

A propos de Denis

Lisez aussi

Public Enemies – Pretty Boy Floyd

Après LA Guns et Babylon A.D., la fin de l’année 2017 voit le retour d’un …

Break your body – Shaârghot

  Les parisiens de Shaârghot ne font guère dans la dentelle, et les connaisseurs en …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *