Home / Musique / Métal / The Horrific Case of the Bloody Hammers _ Bloody Hammers

The Horrific Case of the Bloody Hammers _ Bloody Hammers

 

Bloody Hammers, le groupe insolite par excellence qui mélange tellement de styles différents que l’on s’y perdrait facilement !

A la base, ce groupe est en réalité un duo. Anders Manga joue de la guitare et de la basse en compagnie de sa femme Devallia qui, quant à elle, s’occupe d’ambiancer les compos de parties de clavier. Les autres musiciens qui les accompagnent sont des musiciens de session.

J’ai découvert ce groupe avec leur quatrième album Lovely Short of Death sorti l’an dernier chez Napalm Records. Le groupe n’a d’ailleurs pas chômé depuis sa création, en effet, Bloody Hammers a vu le jour en 2012 et ils ont sorti un album par an ! Ayant eu un véritable coup de cœur pour cet album aussi bien sur le plan musical que sur le plan visuel (car la pochette déboite, il faut le dire), je n’avais qu’une hâte, entendre leur dernier EP et vous en parlez.

Parlons donc des six titres de l’EP The Horrific Case of Bloody Hammers :

Cet EP ouvre sur un morceau nommé Gates of Hell. D’entrée de jeu le premier riff de guitare me parle tout de suite. Gros son de guitare, entre l’indus et une pointe de rock’n’roll.

La voix fait ensuite son apparition, le timbre d’Anders fait aussi la force et la particularité de Bloody Hammers. En effet, celui-ci a une très belle voix en ayant un grain assez original. Elle me fait un peu penser à celle du chanteur du groupe suédois Beseech, une voix assez grave, tout en étant suave et charismatique.

Passons au morceau suivant, Blood. Celui-ci démarre sur une intro au clavier, typée horrifique, digne des films d’horreur cultes tels que Shinning ou les Griffes de la nuit. Intro suivie d’un riff de guitare bien lourd et entêtant. La progression du morceau est assez sympathique car le côté mélodique est moins présent, un couplet où la voix se retrouve seule à faire les parties mélodiques du morceau car  elle est uniquement accompagnée de la batterie et de la basse, plus aucunes guitares ou claviers pour la suivre. Lors du refrain, la guitare revient en trombe en appuyant sur la puissance du son. Plus loin dans le morceau, on tombe sur un pont où le clavier à sa petite partie lead fort sympathique, c’est bien composé, bien ambiant.

The Beyond est je pense mon morceau coup de cœur de l’EP The Horrific Case of Bloody Hammers.

Très calme, gardant toujours ce côté sombre, entre l’électro goth ésotérique et un côté doom rock vraiment agréable à l’écoute. Je trouve que celui-ci, dans l’intention, se rapproche pas mal de certains morceaux de Type O Negative. On verrait bien Peter Steele chanter sur The Beyond. Le refrain assez orienté pop reste tout de même très intéressant, la dualité voix/clavier est mise en avant et bien exploitée. Le côté original du morceau c’est que par la suite, vocalement et musicalement on est à la limite de la dissonance.

Vultures Circle Overland a je trouve, rythmiquement un gros côté Nine Inch Nails, ce morceau plus axé sur les rythmiques est tout aussi sympathique et accrocheur que les autres. Le son de la caisse claire est bien claquant et la transition au clavier, très typé années 70, nous transporte ailleurs !

All the Colors of the Dark au son de basse bien psychédélique a une ligne de chant attractive, ce morceau vient juste après The Beyond dans ma liste de préférence. Ce titre a quelque chose de vraiment prenant, il reste dans la retenue, on le sent prêt à exploser à tout moment mais le refrain adoucit cette impression tout en donnant du cachet au morceau. La partie clavier/basse sur la fin du morceau est à la fois planante et enivrante, de quoi bien finir le morceau.

Le dernier morceau The Bloodsucker Leads the Dance fait également parti de mon top 3 de l’EP. La basse et la batterie me font tellement penser à Rob Zombie que je bloque direct dessus. Imaginez du Rob Zombie avec un mélange de voix entre Beseech et Type O Negative, le résultat est juste parfait ! La petite mélodie au clavier un peu malsaine ajoute une ambiance à la fois sombre et inspirée.

En résumé, The Horrific Case of Bloody Hammers est un EP à plusieurs facettes, où se mêle à la fois du goth éléctro, du doom rock  psychédélique avec un petit côté metal industriel. Une très belle pièce, et d’après moi un groupe à suivre pour ses influences diverses, son univers bien à lui et son originalité.

The Horrific Case of Bloody Hammers
Bloody Hammers
Napalm Records
2017

About Delora

Check Also

Fleischwolf – b.o.s.c.h.

Le metal industriel a acquis une aura importante en Allemagne depuis la reconnaissance populaire de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *