Home / Tales of the Abyss

Tales of the Abyss

Série d’animation Japonaise 26×25′

Genre: fantasy, action/aventure

Public visé: 10 et +

Le monde d’Auldrant est régi par les prédictions de Yulia Jue, une Phoniste ayant vécu il y a plus de 2000 ans et qui lut le futur de la planète et de ses habitants écrit dans le “Score” de Lorelei. L’une de ces prédictions parle d’un enfant de sang royal et aux cheveux rouges né en 2000 qui héritera du pouvoir de Lorelei et apportera une nouvelle prospérité à son royaume de Kimlasca.

An 2018. Luke Fon Fabre est un jeune noble de Kimlasca qui est enfermé chez lui depuis plus de 7 ans. C’est en fait une mesure de protection suite à un kidnapping qu’il a subi. Agacé par cette assignation à résidence ordonnée par son oncle le roi, Luke ne sait rien de ce qui se passe à l’extérieur. Son caractère n’est par conséquent pas des plus faciles et sa seule distraction se trouve dans les entraînements à l’épée que lui donne Van Grants, un membre des Oracle Knights de l’Ordre de Lorelei. Alors que Van doit repartir à la recherche de Maître Ion apparemment disparu, il propose un dernier entraînement à Luke avant son départ. Mais une jeune femme apparait et utilise sa voix pour endormir tous les résidents du manoir des Fabre. Elle s’attaque à Van en l’accusant de traîtrise, mais Luke s’interpose. Elle s’aperçoit immédiatement que Luke possède comme elle le Septième Phonon et la réaction entre les deux les téléporte à l’autre bout de la planète. Reprenant conscience en pleine nuit dans un lieu inconnu, Luke est assez déboussolé, mais aussi content de se retrouver à l’extérieur. La jeune femme se présentant sous le nom de Tear lui promet alors de le ramener chez lui. Parvenant à trouver un carrosse, Tear réussit à moyenner un retour vers la capitale. Mais la capitale en question est celle de l’empire de Malkuth, qui est sur le point d’entrer en guerre avec Kimlasca…

Avis

L’histoire

Tales of the Abyss est une série typiquement fantasy. L’action se déroule dans un univers parallèle régulé par la partition de Yulia, une déesse des temps anciens. Il est assez difficile d’expliciter l’intrigue de la série, car l’ensemble est un peu compliqué à mettre en mots, cependant l’histoire n’est pas compliquée à comprendre lorsque l’on regarde.

Etant donné que c’est une adaptation du jeu vidéo éponyme, l’intrigue a tendance à se dérouler de la même façon que dans un jeu vidéo. Le processus est parfois trop cadré sur le schéma d’un RPG : équipes, quêtes, nouveaux lieux, combats contre les méchants puis nouvelle quête etc; ce qui ne permet pas d’introduire assez de nouveautés dans l’action. Si l’on écarte ce défaut et également le fait qu’on a parfois tendance à se perdre dans les différents lieux, Tales of the Abyss est une série pleine de charme, impossible à lâcher. La fin m’a cependant laissée perplexe et la série se termine donc assez bizarrement, pas du tout en apothéose ce qui est bien dommage.

Les 26 épisodes se regardent très rapidement et l’ensemble est parfaitement cohérent. Les personnages sont carrés et apportent chacun une dimension émotionnelle à la série. Luke, le personnage principal, a une évolution flagrante et mérite sa place en tant que protagoniste. D’abord peu charismatique et tête à claques, il devient rapidement volontaire et attentif aux autres.

Asch est un personnage très mystérieux dont on ne sait jamais de quel côté il se trouve. Une aura mystérieuse l’entoure et c’est ce qui permet d’être intrigué par le personnage.

Jade le Nécromancien est un personnage typique de la fantasy dans l’animation japonaise: le mentor. C’est celui qui cadre Luke et qui remonte le moral de la troupe. Il ne montre jamais ses émotions et son détachement constant fait de lui un personnage froid. Cependant, on se rend vite compte que c’est un homme d’honneur qui se repentit de ses erreurs passées (il faudra voir la série pour comprendre…) et souhaite autant que les autres vivre dans un futur brillant.

Parce que c’est une série japonaise, il fallait bien ajouter un personnage kawaii. Ici c’est le petit Mieu qui s’y colle. Une petite bestiole inclassable qui a été nommée pour servir Luke et rester à ses côtés quoi qu’il arrive. Le personnage ne sert absolument à rien, mais il apporte une dose d’humour et de légèreté à l’intrigue. Toutes les filles vont craquer!

Vient ensuite la douce Tear (Mystearcica) qui dotée du Septième Phonon, s’avère être une descendante de Yulia. C’est clairement mon personnage préféré. Guerrière hors pair, elle est également une jeune femme fragile et sensible qui devient très vite amoureuse de Luke. On est rapidement attendri par Tear qui ressemble parfois plus à une petite fille perdue qu’à une combattante. Sa voix angélique est un don, mais aussi une arme et ses chants sont radieux.

Le principal méchant de l’histoire est le général Van, frère de Tear et ancien maître d’armes de Luke. Le retournement de situation m’a surpris, car je ne m’y attendais pas du tout. Le personnage est très charismatique et plein d’ambiguïté. Ses motivations sont compréhensibles même si ses méthodes sont plus que discutables. Meurtri à jamais par la destruction de sa ville (Hod) il y a quelques années, il voudrait que le peuple prenne ses décisions seul sans s’en remettre aux fameuses Partitions de Yulia. Selon moi, il n’est pas assez présent tout au long de l’intrigue et les méchants secondaires prennent trop sa place.

Les autres personnages: la princesse Natalia, Guy (le meilleur ami de Luke), Maître Ion (chef de l’ordre de Lorelei) et Anise (assistante de Ion).

A noter la musique du générique de début complètement entraînante et qui vous donnera envie de chanter; en japonais bien sûr! Les morceaux de la série sont proches de ceux de Chrno Crusade ou encore du jeu vidéo Eternal Sonata. Une belle ambiance musicale a ainsi été créée.

L’animation

Magnifique et grandiose sont les premiers mots qui me viennent pour décrire l’animation de Tales of the Abyss! Les décors, mélange entre art nouveau et art victorien, sont typiquement de nature fantasy. L’animation des personnages est léchée avec notamment des mouvements de cheveux ou des expressions du visage hyper naturels. Les costumes sont également rempli de détails notamment ceux de la princesse Natalia.

Le travail sur la lumière et les couleurs est à couper le souffle. Les différentes ambiances du film nous plongent tour à tour dans la féerie la plus pure ou un monde cauchemardesque.

CONCLUSION

Une série typiquement japonaise dans l’idée qu’ils ont de la fantasy et qui reste vraiment (pour moi) la meilleure au niveau de l’animation. Vous pouvez laisser vos enfants regarder, car les combats ne sont absolument pas violents et l’ensemble n’est pas tellement triste. Tales of the Abyss m’a fait passer un très agréable moment et j’ai hâte de voir la série sortir en DVD. Dommage qu’on n’en est pas parlé, car c’est une série qui mérite d’être vue.

About Arwen

Je m’appelle Arwen et j\’ai 22 ans. J’ai fait des études de cinéma pour devenir scénariste et c’est ce que je suis ! J’ai travaillé entre autre pour Canal J et Xilam (Les Zinzins de l’espace ou Oggy). Je développe également mes écrits en littérature jeunesse, genre dans lequel je me sens le plus à l’aise. Je suis une passionnée de littérature et de cinéma bien sûr. Tout ce qui touche au fantastique (et à ses cousines Fantasy et Féerie) me parle tout particulièrement. Je travaille depuis deux ans pour le webzine Khimaira pour lequel je suis principalement chroniqueuse cinéma. Mon actualité: un album jeunesse illustré en cours d’édition et la mise en place de mon premier roman pour la jeunesse.

Check Also

Angels Of Light – Vital Breath

Après Duality un premier album sorti en 2014, les Français de Vital Breath nous reviennent …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *