Du zombie chez Gallimard

 Horreur : la littérature de genre n’en finit pas de contaminer, insidieusement mais de manière totalement incontrôlable, les collections de littérature dite « blanche » et les rayonnages