Home / Skin Trade – George R.R. Martin

Skin Trade – George R.R. Martin

George R.R. Martin est aujourd’hui surtout connu pour sa saga Le Trône de Fer, adaptée récemment à la télévision, avec le succès que l’on connaît. Mais les Éditions ActuSF nous proposent depuis peu de découvrir d’autres textes de cet auteur phare de la fantasy actuelle. Après Dragon de Glace, c’est cette fois Skin Trade, thriller fantastique mené tambour battant, qui est maintenant proposé au lecteur.

La couverture d’Andy Brase représente à merveille l’inquiétant de ce roman. La bichromie, le loup dans ce miroir cerclé d’os, cet inquiétant personnage et ce couteau ensanglanté prennent le lecteur et l’intriguent. Rien de négatif à dire sur une des plus belles couvertures que cette maison nous ait proposées.

Il fut un temps où cette ville était au centre du monde. Un temps où sa puissance se nourrissait du sang et du fer. Mais aujourd’hui, elle n’est plus que rouille et elle attend la ruine. C’est un territoire parfait pour Willie Flambeaux et Randi Wade. Lui est agent de recouvrement, elle, détective. Mais lorsqu’une série de meurtres particulièrement atroces ensanglante cette ville qu’ils croyaient si bien connaître, ce n’est plus dans le labyrinthe des rues qu’ils auront à mener l’enquête, mais dans les recoins les plus sombres de leurs propres passés. Là où se cachent leurs plus grandes peurs.

George R.R. Martin commencera, avec ce roman, par vous surprendre. En effet, il s’avère maîtriser de manière aussi poussée les codes du polar que ceux de la fantasy. Dès le début, il nous propose une aventure menée par deux héros, une détective à fleur de peau et un agent de recouvrement à l’humour cynique décapant. Personnellement, j’ai une préférence pour Willie qui m’a paru nettement plus intéressant de par son humour et sa fragilité, justement. Randy n’en reste pas moins un personnage passionnant que le lecteur appréciera. Il est d’ailleurs intéressant de voir que l’auteur a en partie modifié les codes du genre donnant nombre d’aspects masculins à Randy et une part de féminité à Willie. Ce jeu m’a pour ma part totalement séduit.

Du point de vue scénaristique, George R.R. Martin nous propose une enquête où l’horreur vient côtoyer l’intrigue. Car lorsque certains citoyens sont attaqués par un meurtrier qui leur ôte leur peau, la peur s’insinue dans les pensées de nos deux personnages. Mais le mystère va aller encore plus loin que vous ne pourriez le penser. Car l’auteur développe sa propre vision de la lycanthropie. Ici, il s’agit d’une pathologie, permettant à une sphère de population de dominer les autres. Cette oligarchie de bêtes à poils s’avérera finalement assez peu différente des principes monarchiques, mais surtout de leurs tares. Je n’en dirais pas plus pour ne pas déflorer trop l’intrigue, mais sachez que George R.R. Martin s’avère aussi doué pour le thriller que pour la fantasy politique, faisant encore une fois preuve d’une maîtrise impressionnante.

D’un point de vue stylistique, il parvient à emporter son lecteur dans l’intrigue en l’espace de quelques lignes. Il nous livre une impression de noirceur proprement impressionnante au fil des pages. La traduction d’Annaïg Houesnard contribue grandement à ce succès par sa qualité. En effet elle est parvenue à parfaitement adapter l’ambiance inquiétante de l’ensemble du récit. Bref un franc succès stylistique.

Le dossier sur l’auteur qui suit le court roman est, ma foi, fort intéressant même s’il n’est pas obligatoire de le lire pour comprendre les tenants et aboutissants de Skin Trade. Un complément dispensable pour ceux qui connaissent déjà cet auteur phare de la fantasy actuelle.

Skin Trade est une pure merveille de thriller fantastique : des loups-garous, des meurtres, du danger… Bref, une fois de plus George R.R. Martin fait preuve d’une impressionnante maîtrise de son scénario, de son style… Au final, il a remporté avec ce roman le World Fantasy Award et cela se comprend tout à fait tant les qualités de ce texte sont nombreuses. Entrez dans cette inquiétante histoire de meurtres sanglants, vous en ressortirez différents…

Skin Trade
George R.R. Martin
ActuSF
Couverture d’Andy Brase
Traduction d’Annaïg Houesnard

15 €

About Thomas Riquet

Passionné de littératures de l’imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d’Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom.

Ce faisant il assure également la direction littéraire d’anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Check Also

Juste un peu de cendres – Aurélien Police et Thomas Day

  Juste un peu de cendres est le premier comics d’Aurélien Police, illustrateur reconnu pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *