Home / Livres / BD, comics & mangas / Ruptures – Orbital T2 – Serge Pellé et Sylvain Runberg

Ruptures – Orbital T2 – Serge Pellé et Sylvain Runberg

L’opus précédent nous présentait un monde voué à l’exploitation minière. Dans une des mines, des cocons avaient été détectés. Nous étions restés à la toute fin sur une attaque massive d’aliens. Déjà vu, me direz-vous ? Pas en bande dessinée en tous cas. N’oublions pas le contexte, le/la sandjarr Mézoké Izzua et l’humain Caleb Swany forment un binôme au sens de l’Office Diplomatique Intermondial. Leur mission consiste à apaiser les relations entre les humains exploitant cette petite planète et les jävlodes qui en clament dorénavant la propriété.

Il faut reconnaître que cette mission présente plusieurs risques potentiels de dérapages. Tout d’abord, les colons humains dont il est question sont à l’origine des représentants de l’humanité qui ne voulurent pas de l’adhésion de l’humanité à l’ODI, allant jusqu’à causer un attentat meurtrier lors de la signature des accords, tuant à la fois les parents de Caleb et les représentants de l’ODI. Mais les accords furent finalement entérinés après une longue mise en observation des humains, qui prit fin avec l’arrivée toute récente de Caleb parmi le corps des diplomates intermondiaux. Première mission et premiers risques aussi, car le binôme est inexpérimenté et qu’allier un humain et un(e) sandjarr en choque plus d’un, car les humains ont jadis sauvagement attaqué cette civilisation paisible.

De plus, n’oublions pas que les jävlodes ont laissé les colons humains s’installer sur leur planète qu’ils jugeaient de peu d’intérêt. Maintenant qu’un des minerais les plus précieux de l’univers y a été découvert et exploité, les choses ont changé et ils désirent plus que tout reprendre leur titre de propriété. Enfin, et ce n’est pas le moindres des risques, quelques races extraterrestres, y compris au sein même de l’ODI, encouragent les jävlodes dans ce conflit, car ils ne supportent pas les humains.

Après avoir évoqué la richesse scénaristique de Stéphane Runberg, intéressons-nous à la qualité des graphismes de Serge Pellé et notamment au travers de la couverture de ce second volume. Nous y voyons en ombre et au premier plan des tentacules menaçants. Ce sont les fameux aliens dont il est question plus haut. En arrière-plan et en couleur, nous voyons un petit groupe acculé dans ce que ressemble à un sous-sol et qui n’a pour seule issue qu’une ouverture en hauteur où des bras et une lumière salvatrice s’empare d’un enfant. Le groupe est composé de colons armés, plus ou moins en état de combattre, mais à l’expression terrifiée. Seuls nos deux agents de l’ODI semblent pris dans le feu de l’action et prêts à affronter la menace. Le rendu de cette image à lui seul reflète parfaitement l’ambiance de ce volume que Serge Pellé a parfaitement mis en valeur.

La couverture présente, une scène qu’on pourrait retrouver dans cet album. Ou non. N’oublions pas le déferlement d’aliens qui nous avait laissé sur notre faim et faisait passer au second plan toutes les problématiques diplomatiques et raciales de cette entame de série. Je ne vous révélerais pas ce qui s’y passe, mais nous sommes dans une série et il n’est pas question de faire périr nos deux protagonistes ni de les faire échouer trop évidemment pour mettre fin à une carrière prometteuse. Sachez juste que nos auteurs ont plus d’un tour dans leur sac et saurons vous tenir en haleine avec ce second volume d’Orbital.

Nous trouvons dans cette série, un certain nombre de thématiques tels le racisme, la cupidité, la soif de pouvoir. Autant de thèmes proprement anthropomorphiques dont les auteurs parent les personnages extraterrestres. Développer ces thématiques dans le cadre du space opera leur donne une nouvelle dimension. La chose la plus remarquable dans cette série est d’avoir introduit le personnage de Mézoké Izzua, l’agent sandjarr, dont on ne sait rien du sexe, de ses sentiments à l’égard des humains et plus particulièrement de son coéquipier, et qui efface les défauts propres à la vision anthropomorphique à laquelle tout auteur ne peut se soustraire. Une belle aventure qui se termine avec ce second volume et qui préfigure la suivante qui prendra place au sein des deux volumes suivants.

Ruptures – Orbital T2
Scénario : Sylvain Runberg
Dessin et couleurs : Serge Pellé
Editions Dupuis
Collection Dupuis “Grand public”
2007

14,50 €

About Chris

Chris a toujours apprécié les littératures de l’imaginaire, mais il lit également d’autres genres pour son plus grand plaisir. Il préfère le terme de critique à celui de chronique qui lui semble toujours trop consensuel. Non qu’il dise systématiquement du mal des auteurs, mais quand il tient une bonne daube ou une resucée maladroite alors il laisse la plume glisser dans de bien sombres humeurs. Comme tout lecteur passionné – ça lui arrive parfois – il n’aime rien tant que de devenir festivalier et d’aller à la rencontre des auteurs. Chris participe de temps à autre à des appels à texte et s’intéresse depuis peu à la photographie, histoire d’apprendre à cerner l’essentiel d’une situation comme d’un lieu. Enfin, il aime plus que tout le transgenre et espère avec une certaine impatience pouvoir être à l’origine de la découverte d’un auteur qui aurait l’audace d’écrire un roman policier avec des sorcières, des mutants et bien entendu quelques créatures extraterrestres aux mœurs exotiques, à défaut d’être douteuses.

Check Also

Anna – La Fille des Cauchemars tome 1 – Kendare Blake

« La ville est plus hantée que je ne l’aurais cru. Une énergie macabre fourmille dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *