Home / Interviews / Rencontre avec Matt, programmateur de l’Interceptor Festival

Rencontre avec Matt, programmateur de l’Interceptor Festival

A l’occasion de la venue à Paris des organisateurs de l’Interceptor Festival, qui se tiendra dans un mois à Bordeaux, nous avons eu l’occasion de discuter un peu avec Matt, programmateur de cette belle affiche. Une discussion fort sympathique autour d’un godet de bière afin d’en connaître plus sur ce nouveau venu de l’univers des festivals.

eMaginarock : Bonjour, et merci de prendre le temps de répondre à ces quelques questions. Est-ce que tu pourrais tout d’abord nous expliquer qui tu es et comment tu en es venu à organiser l’Interceptor Fest ?

Matt : Je suis Matt et je m’occupe de la programmation du festival. Mon implication dedans est à la base puisque je suis l’un des deux fondateurs avec mes copains du Void. On voulait tous les deux faire un truc donc on s’est réunis pour monter le projet.

eMaginarock : D’où est venu ton amour pour la musique métal ?

Matt : Je sais pas spécialement mais depuis l’adolescence, quand j’ai commencé à écouter du son. Qu’il s’agisse de musique qui m’ont ému, qui m’ont énervé, encouragé, fait chialer, j’ai toujours vécu par le métal. Tu chopes le virus dès les premiers temps ou jamais…

eMaginarock : Es-tu musicien toi-même ?

Matt : Je dirais pas que je suis musicien parce que je n’y entrave rien mais je chante dans quelques groupes quand même.

eMaginarock : Et donc pourquoi faire l’Interceptor sur Bordeaux ? Et est-ce que ce n’est pas difficile d’installer ce type d’évènement dans une ville pas forcément reconnue pour sa scène métal ?

Matt : Tout simplement parce que nous sommes de Bordeaux et que je ne me voyais pas faire ça ailleurs que dans notre centre-ville. A Bordeaux on a pas la sensation d’être en province, comme si on était indépendants et plus axés sur le Sud et l’Espagne. Ça aurait été plus galère pour nous de le faire à Paris que chez nous.

eMaginarock : Du point de vue de la programmation, tu en as eu pour combien de temps de travail dessus ?

Matt : Environ dix mois et ce fut assez complexe car c’est une première édition et il faut vendre quelque chose qui n’existe pas à des groupes qui ne nous connaissent pas. Franchement pas simple comme concept au final…

eMaginarock : Pourquoi avoir autant élargi la programmation en termes de genres ? Pourquoi ne pas vous être « spécialisés » un peu ?

Matt : Parce que nous même nous ne sommes pas spécialisés dans un type de métal. On est plusieurs à bosser sur le projet et avec des goûts spécifiques et chacun alimente l’ensemble. Et comme je ne suis pas bloqué à un seul style je ne peux pas proposer par exemple que du Black. On veut juste des groupes qui sont en mesure d’envoyer du très bon son sur scène, qui sont vraiment rock dans l’attitude et dans la manière de jouer. Chacun a une grosse identité et que l’on aime ou non c’est, selon moi, la crème de la crème que nous avons choisi dans chaque style.

eMaginarock : Et est-ce que tu as des groupes qui se sont manifestés pour jouer à l’Interceptor ?

Matt : J’ai eu des propositions, parfois même de groupes dont je suis fan et qui ont demandé directement. Je n’ai toujours pas compris comment ils ont appris notre existence.

eMaginarock : Et pourquoi en octobre du coup ?

Matt : Tous les gros festivals ont pris toutes les bonnes dates donc on s’est rabattus sur octobre. Avant c’était trop court et le décaler ensuite aurait été compliqué donc on a choisi ce week-end-là.

eMaginarock : Quel groupe attends-tu le plus sur la scène de l’Interceptor ?

Matt : Aucun en particulier, je les attends vraiment tous pour les voir jouer pour nous, pour voir ce qu’ils sont capables de faire et d’envoyer au public bordelais.

eMaginarock : Est-ce que vous envisagez déjà l’année prochaine ?

Matt : Bien entendu parce qu’on va forcément avoir eu des soucis, des choses mal calées… et il faut qu’on fasse une deuxième et une troisième édition pour être nous-même satisfaits.

eMaginarock : Qu’est-ce que tu crains le plus pendant ce fest ?

Matt : La mauvaise ambiance même si j’en doute ou la grosse plantade du type annulation de dernière minute… J’ai surtout envie que les gens qui se sont investis ne soient pas déçus du résultat, c’est le plus important pour moi.

eMaginarock : Merci pour tes réponses et je te souhaite le meilleur pour le festival !

About Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Check Also

Entretien avec Marie, programmatrice du Cernunnos Pagan Fest

eMaginarock sera en 2018 partenaire officiel du Cernunnos Pagan Fest et nous ne pouvions pas …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *