Home / Musique / Métal / Phoenix – Alazka

Phoenix – Alazka

Les allemands de Burning Down In Alaska reviennent sous un nouveau nom, plus sobre, Alazka. Nouveau nom mais bon son malgré tout car ils ne comptent visiblement pas changer du tout au tout d’univers. Ce Phœnix verra-y-il la renaissance du projet ? La réponse tout de suite !

Des le premier morceau on est embarqué dans l’ambiance de l’album que Alazka va nous proposer : quelque chose de planant dès les premières notes de Echoes, sympathique intro. Puis Ghost vient à son tour nous en mettre plein les oreilles. Une première chanson très bien faite avec un chant saturé, des guitares omniprésentes et une alternance refrain-couplet très bien amenée. On sent clairement le métier du groupe en la matière. Empty Throne, qui vient ensuite, s’avère plus puissant dans son introduction et plus rythme dans le chant. Du bon travail à la fois de composition et de réalisation. The Witness débute de manière très aérienne avant que le chant ne vienne proposer quelque chose de plus dur. Le contraste entre les deux est tellement intéressant je trouve et fonctionne à merveille. Everglow et Ash sont sensiblement du même acabit avec des intros planantes et des refrains plus durs. Le groupe exploite sa veine et le fait bien.

Voici venir la seconde moitié de l’album avec Everything. Toujours la même recette avec des claviers omniprésents et un chant clair prenant et lointain. Le chant saturé vient cette fois en contrepoint, un peu comme The Unguided d’ailleurs. Hearts of Gold débute de manière efficace avec des instruments puissants avant que la saturation vocale ne reprenne le flambeau et ne nous envoie du gros son bien rythmé dans la face. On revient aux classiques avec Legacy qui reprend la formule précédente mais avec cette fois des guitares moins violentes et plus planantes. Blossom et Fading Flame concluent l’album de belle manière en proposant un son cohérent avec ce qui nous a été joué avant tout en parvenant à éviter l’écueil de la répétitivité des sons.

Phœnix est donc un excellent album de metal qui devrait plaire à tous les amateurs de son à la fois ambiante et puissant, avec de fait une grosse composante électro dedans. Du bon boulot de la part d’un groupe qui cherche à relancer son nom et son son sur la scène internationale.

 

Phoenix

Alazka

Arising Empire

2017

About Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Check Also

The 13th Hour – Onirik Illusion

  Quelques années après leur démo éponyme Onirik Illusion (sortie en 2008), le sextet parisien revient …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *