Accueil / Musique / BO / Outlander volume 1 – Bear McCreary
Bannière Institut de la Musique

Outlander volume 1 – Bear McCreary

 

En 2004, Bear McCreary et Ronald D. Moore faisaient équipe pour la première fois sur Battlestar Galactica où ils font preuve commune de leurs talents. Sept ans après la série de science-fiction, ils se retrouvent sur Outlander où le compositeur va pouvoir laisser parler sa passion pour la musique traditionnelle.

Pour l’album consacré à la première partie de la première saison de la série (les épisodes 1 à 8), Bear McCreary met en place une ambiance écossaise et celtique qui définit l’identité d’Outlander et un ancrage dans la folk music. Le compositeur aime à rappeler son amour de la musique traditionnelle, comme il rappelle régulièrement sur son blog, très détaillé et explicatif.

Il y a d’abord une approche plus contemplative, à base d’instruments traditionnels (Dance of the Druids) ou de chant comme sur The woman of Balnain, chanson écrite par l’auteur des romans Diana Gabaldon et chantée par Gillebrìde MacMillan. On y retrouve le style caractéristique de McCreary, déjà très présent sur Battelstar Galactica, où la chorale et les percussions sont très présentes, soutenues par le violon pour apporter une touche de drama.

Comin’ thro’ the rye et Clean Please Strae se positionnent plutôt comme des récréations, des airs de fête pour cornemuses qui apportent une couleur plus guillerette.

Dans Castle Leoch, on peut découvrir air traditionnel (Loch Lomond, popularisée de nos jours par Rod Stewart avec Rhythm Of My Heart en 1990) qui fait office de thème de Colum, puis la viole de gambe développe une mélodie plus baroque, qui trouvera d’excellents prolongements dans le score de la saison 2. Cet instrument revient également sur le thème Mrs Fitz. On entend également dans Castle Leoch une version orchestrale de The skye boat song, à la mélodie très identifiable, qui parsème l’album.

La chanson générique d’Outlander est d’abord une chanson traditionnelle écossaise datée des années 1740 et qui a été régulièrement reprise, comme berceuse ou poste de variété (entre autres par Nana Mouskouri !). Bear McCreary en écrit ici une variante où les paroles ont été remplacées par un poème de Robert Louis Stevenson (Sing Me a Song of a Lad That Is Gone — 1892). C’est Raya Yarbrough qui l’interprète avec son talent habituel, elle qui travaille depuis de longues années avec le compositeur et qui a déjà démontré tout son talent pour réanimer les ambiances d’époques dans Da Vinci Demons.

L’autre thème très présent est celui consacré à Claire et Jamie. Sur People disapear all the time, ce main theme est interprété par la cornemuse écossaise et la penny whistle (flûte traditionnelle). Il est développé tout le long de l’album avec des variantes sur Fallen through time ou The marriage contract sur une veine romantique.

 

 

Les dernières pistes sont consacrées aux longs développements et à des constructions plus dramatiques. The wedding propose le thème principal joué de manière plus lente, plus solennelle. Il accompagne le crescendo dans une version que j’adore, jusqu’au gros morceau du CD, The veil of time et ses dix minutes.

Il évoque à plusieurs reprises le thème de Frank joué à la clarinette, croisé avec les principales mélodies jouées principalement aux violons et portées par les cordes dans des élans épiques. The veil of time se termine sur des percussions militaires qui renvoient à Jack Randall et Fort Williams, avant de basculer sur une dernière évocation du thème de Claire et Jamie à la harpe, très délicate.

Conclusion

Outlander volume 1 est une BO d’exposition des nouveaux thèmes composés par Bear McCreary et de l’ambiance écossaise et baroque qui porte l’univers. L’accent est mis sur les aspects traditionnels et la montée dramatique s’effectue surtout sur la fin de l’album, coïncidant avec le cliffhanger de mi-saison. L’arrivée d’un volume 2 n’est guère surprenante et promet de prolonger l’expérience agréable de ce premier album.

 

Outlander volume 1

Composé par Bear McCreary

Album édité par Madison Gate Records

Eldricht Tales

A propos de Kevin

Passionné d'imaginaire, Kevin lit, voit et assiste à pas mal de choses. Il partage ses découvertes et aime repartir vers le passé, le temps d'une chronique ou d'un article. Depuis 2008, il joue aussi les scribouilleurs amateurs chez Rivière Blanche (Dimension Ecologies Etrangères), Malpertuis (Malpertuis VI) ou les éditions Mots & Légendes où son premier roman de Fantasy débarque en Mars 2018.

Lisez aussi

Boygenius – boygenius (EP)

Mes ami.e.s, il y a des jours comme ça où l’on pense passer une journée …

The handmaid’s tale – Saison 1 – Bruce Miller

Dans un avenir proche, suite à diverses catastrophes environnementales et humanitaires, une secte politico-religieuse a …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *