Home / Musique / One More For The Road – The New Roses

One More For The Road – The New Roses

Retour à du Rock plus classique avec les allemands de The New Roses qui nous proposent leur nouvel album à la pochette et au titre assez sympathique : One More For The Road. Mais que nous réservent-ils après l’excellent Dead Man’s Voice. La réponse de suite !

On attaque l’écoute avec Quarter To Twelve et immédiatement on se retrouve dans l’univers de Rock américain qui a su me séduire précédemment. Agréable, bien rythmé et proposant un chant assez rauque pour en être séduisant à l’oreille, me groupe sait ce qu’il fait quand il s’agit d’attaquer un album. My Own Worst Enemy vient ensuite avec un rythme plus chaloupé mais pas moins agréable, soyons très clairs. On retrouve au fil des morceaux une cohérence. C’est d’ailleurs ici un avantage et un énorme défaut : on a la sensation d’écouter toujours la même chose ! On ne va pas revenir là-dessus c’est prenant, bien joué et réalisé mais au bout de cinq chansons à écouter ce qui semble être pratiquement la même piste, je dois dire qu’on est un peu perdu. Et réussir à trouver trois chansons marquantes sur l’album s’est avéré particulièrement difficile, pour ne pas dire impossible car je n’y suis pas parvenu.

Ce nouvel album est donc bon, rien à redire là-dessus, il faut simplement vous attendre à écouter sensiblement les mêmes chansons pendant une heure ce qui est un peu dommage à mon sens. Le groupe commencerait-il à tourner en rond ? Espérons que non car ils ont su plaire au public du Hellfest et ce n’est pas pour rien !

One More For The Road
The New Roses
Napalm Records
2017

About Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Check Also

The 13th Hour – Onirik Illusion

  Quelques années après leur démo éponyme Onirik Illusion (sortie en 2008), le sextet parisien revient …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *