Accueil / Reports / Concerts / Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard – Le Petit Bain – 19/11/2018
Bannière Institut de la Musique

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard – Le Petit Bain – 19/11/2018

La météo commence à se faire fraîche alors que j’entre dans le Petit Bain pour un concert qui s’annonce de feu. Omnium Gatherum, dont j’ai adoré le dernier album The Burning Cold, est sur Paris et j’ai clairement l’intention de m’en donner à cœur joie…

La soirée débute sous les meilleurs auspices nordiques avec Nothgard. Le groupe de Death épique et mélodique originaire de Bavière ouvre les hostilités mais étonnamment nous propose un son franchement exceptionnel dans son genre : dynamique, efficace et possédant des mélodies marquantes. Une belle découverte pour ma part car je ne connaissais absolument pas et je dois dire que j’ai été séduit. Même si le Petit Bain a peiné à se remplir en ce début de soirée le public est ravi et on sent quelques légers pogos se mettre en place pour notre plus grand plaisir. Très clairement le groupe adore être sur scène comme nous le montre Dom le chanteur, et cette énergie se veut communicative.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Petite pause avant la montée sur scène de Wolfheart. Je les avais déjà vus sur Paris et j’étais impatient de voir nouveau leur show. Proposant un Winter Metal, les finlandais n’hésitent pas à proposer ce qu’ils savent faire de mieux avec un metal parfaitement maîtrisé de bout en bout. Mes seuls regrets concernent les lumières qui ont été clairement chiches, et le fait que le groupe semble jouer presque pour lui, concentré sur sa performance et non sur la communion avec le public. Néanmoins on sent bien que le public adore et les premiers remous dans la foule ressentis sur Nothgard se raffermissent et on sent bien que la foule commence à bien se chauffer en vue de la tête d’affiche.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et dès la montée sur scène d’Omnium Gatherum c’est la folie dans le pit. Le public saute, danse, pogote dans la joie et la bonne humeur et très tôt les premiers slammeurs font le voyage jusqu’à la scène. La chose la plus surprenante sur ce concert : la joie proprement communicative du groupe et le plaisir qu’ils ont à interagir avec le public. Le chanteur, Jukka Pelkonen, passe son temps à s’adresser au public par ses gestes, par ses mimiques, montrant bien que c’est la fosse qui donne son énergie au groupe. Le set alterne entre nouveaux morceaux issus du dernier album, et titres plus anciens, et cela pour notre plus grand plaisir ! Pas une seconde d’ennui dans ce concert, le rythme est impressionnant avec pas moins de quinze chansons jouées. Clairement Omnium Gatherum nous propose son meilleur et cela se ressent. Personnellement j’ai plus qu’adoré, comme une bonne partie du public…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Garmonbozia a l’avantage de nous proposer des groupes que l’on ne verrait que trop peu en France, le tout au sein de soirée clairement bien organisées. Et ce n’est pas cette date d’Omnium Gatherum qui va me faire mentir tant tout a été parfait de bout en bout, la péniche remuant au rythme des riffs des groupes. Encore une sympathique soirée avant d’entrer dans un hiver où le froid se fera brûlant…

Photographie : Deuskin Photography

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

V.EN.O.M. – Dystopolis

Petit détour par le post-apocalyptique metal de Dystopolis, groupe origine d’Allemagne. Qu’est-ce qu’un metal post-apocalyptique …

Entretien avec Lorenzo, guitariste de It Came From Beneath

Après avoir écouté et chroniqué le dernier album de It Came From Beneath, Clair-Obscur, l’occasion …

2 commentaires

  1. Vu la blinde de claviers qu’il y a dans le dernier album, je me demande comment ça peut ressortir en live? Ils ont un vrai clavier ou c’est une bande? Ça sonne aussi bien qu’en studio?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *