Home / Musique / Métal / Old Scars, New Wounds – Act Of Defiance

Old Scars, New Wounds – Act Of Defiance

 

Après un premier album paru en 2015, les Californiens d’Act Of Defiance nous reviennent, le couteau entre les dents et la rage au ventre. Le quatuor formé par Chris Broderick (ancien guitariste de Jag Panzer, Nevermore et Megadeth) et Shawn Drover (ancien batteur de Megadeth), auxquels se sont associés le chanteur Henry Derek (Scar The Martyr) et le bassiste Matt Bachand (ShadowFalls), nous délivre un thrash puissant et mélodique inspiré par la vague de la Bay Area. Dès l’ouverture d’Old Scars, New Wounds, on retrouve inévitablement des éléments inspirés par la musique de Megadeth : M.I.A., aussi bien dans la construction instrumentale du morceau et ses riffs que dans les lignes vocales. Cet équilibre entre puissance, technique et mélodies apparaît comme la marque de fabrique d’Act of Defiance, comme il est aisé de la constater tout au long des onze titres : le rapide Reborn au refrain étonnant, le méchant Broken Dialect et le furieux Lullaby For Vengeance qui renverse tout sur son passage.

 

 

Pourtant, le groupe n’est pas une simple copie de l’ancien employeur de Broderick et Drover. Sur Molten Core, la touche death entraîne ce morceau vers Testament, en lui donnant une épaisseur et une force indéniables. Cette proximité est plus évidente encore sur The Talisman, une chanson au tempo lent qui n’est pas sans rappeler ce que Testament a réalisé sur l’album The Ritual, des changements de rythmes en plus. Autant dire que le groupe frise l’excellence, en faisant évoluer le genre, sans pour autant trahir ses origines. C’est le cas également sur le saccadé Circle Of Ashes qui devrait faire des ravages en concert avec son refrain propre à faire hurler le public et secouer les têtes.

A l’opposé Overexposure, aux sonorités presque scandinaves, apporte une dimension moderne en nous prouvant que le groupe n’a pas envie de se cantonner à un courant et préfère nous offrir sa propre vision de la musique extrême. Cela est clair sur Another Killing Spree qui combine le thrash des anciens Metallica à un death contemporain. Si le titre est moins accrocheur que le reste des chansons, il permet de saisir une autre facette d’Act Of Defiance et démontre son évolution depuis son premier album.

 

 

Old Scars, New Wounds se clôt sur Rise Of Rebellion, une pièce de cinq minutes, construite comme une ode au metal et qui, à l’instar du reste de l’album, est servie par une production dynamique. En presque 50 minutes, Act Of Defiance nous livre l’un des meilleurs albums de metal extrême de cette année.

Act Of Defiance

Old Scars, New Wounds

Metal Blade

2017

 

About Denis

Check Also

The 13th Hour – Onirik Illusion

  Quelques années après leur démo éponyme Onirik Illusion (sortie en 2008), le sextet parisien revient …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *