Accueil / Musique / Métal / Name This Fucking Second Record Yourself – Dirty Rodeo
Bannière Institut de la Musique

Name This Fucking Second Record Yourself – Dirty Rodeo

Le duo de rockeurs déjantés de Dirty Rodeo est de retour sur le devant de la scène avec son premier album, Name This Fucking Second Record Yourself. Rien que le nom de l’album vous donne une bonne idée du côté WTF de l’ensemble et de l’esprit du groupe. Mais entrons sans plus attendre dans leur univers si étrange et pourtant si rock…

There’s No Safe Zone Anywhere ? est une intro tout ce qu’il y a de plus classique. Des grillons, une radio ou une télé au loin, bref, ils posent l’ambiance de leur album de belle façon. Puis les riffs de Call Me By My Name débarquent et c’est parti pour du bon gros rock punk garage comme on aime. Deux musiciens (un batteur et un guitariste-chanteur) qui poussent tous les deux la chansonnette. Des bons rythmes, des paroles sympa, des riffs agréables, rien à redire pour cette entrée en matière ! Le flow de Let Her Go (Urban Pas Whale) arrive ensuite et mine de rien même sur des tempos plus doux le duo arrive sans problème à séduire par l’éclecticité de ses talents alors que le rythme s’accélère. Ah Ah Ah Ahhhhhh (Bolt) vient ensuite avec des rythmiques plus chaloupées au départ avant une envolée très très rock.

Too Young to Be Old reste dans la veine pur rock pour notre plus grand plaisir avec toujours ces riffs assez étonnants à la guitare. Inside Of You (La Cloche) est assez fun avec cette rythmique d’horloge et ces gongs qui résonnent à intervalles réguliers, obsédants à souhaits. Encore un OVNI musical mais franchement réussi. On passe ensuite à un titre plus classique pour le groupe : Why Is The Bedroom So Cold ? Voix rock, guitare saturée, batterie parfaitement maîtrisée sont la clef de cette piste et de sa réussite… L’outro avec ses applaudissements, Is This The End ?, est un nouveau pied de nez du groupe avec les bruits de foule, un bout de live enregistré probablement à l’arrachée et plus de trois minutes de silence absolu alors que l’on attend avec impatience un potentiel rebond musical. Mais non le groupe a visiblement déserté la scène. Surprenant et drôle. En guise de piste 69 nous est proposé un remix de Vortex très électro, Usain, sur lequel je n’ai pas vraiment accroché et dont je n’ai pas vu le réel intérêt.

Avec cet album Dirty Rodeo continue à sa placer peu à peu dans les groupes émergents les plus intéressants de la scène rock-punk et c’est une excellente chose de voir la scène s’élargir et se diversifier. Pour conclure sur Name This Fucking Second Record Yourself qui est un excellent album même si autoproduit, une seule chose à dire : Make it dirty !

Name This Fucking Second Record Yourself
Dirty Rodeo
2018

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

The Arrow Of Satan Is Drawn – Bloodbath

Après avoir découvert le groupe au moment de leur tournée avec Kreator, Dimmu Borgir et …

Monolyth + TemptFate + Tankrust – Le Klub, Paris – 08/12/2018

Alors que Paris s’embrase au fil des manifestations des  Gilets Jaunes, je rejoins le Klub …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *