Home / Mordre le bouclier – Justine Niogret

Mordre le bouclier – Justine Niogret

Justine Niogret, avec son premier roman, Chien du Heaume, a remporté de nombreux prix. Elle était donc particulièrement attendue au tournant avec son nouveau livre, tant par les lecteurs que par les critiques. Mordre le bouclier nous voit découvrir la suite des aventures de Chien, héroïne surprenante et attachante que le lecteur avait appréciée à sa juste valeur auparavant. Mais réutiliser le même personnage et le même univers ne risque-t-il pas de lasser le lecteur ?

La couverture de Johann Bodin est impressionnante de maîtrise et de concordance avec celle du premier roman. Après avoir employé des tons hivernaux, il nous propose cette fois quelque chose de plus chaud, que le lecteur devrait apprécier. Parfaitement en osmose avec le contenu du livre, la couverture pousse le lecteur à lire avec attention une quatrième de grande qualité :

Castel de Broe, six mois ont passé depuis la mort de Noalle et Chien du heaume, anéantie par la perte de ses doigts, s’abîme dans la contemplation de sa griffe de fer, cadeau de Regehir le forgeron. Bréhyr entend lui redonner vie et l’entraîne sur les routes à la recherche du dernier homme qu’elle doit tuer : Herôon. Parti en Terre sainte, celui-ci reviendra par le Tor, une tour mythique où le monde des vivants s’ouvre à celui des morts.
Les deux guerrières remontent alors le sillage de sang, de larmes et de pourriture des croisades, arpentant côte à côte la voie de la folie et de la vengeance. Dans ce calvaire, Chien rencontrera Saint Roses, chevalier à la beauté d’icône, au savoir de maestre et dont la foi s’est érodée au pied des hautes murailles de Jérusalem. Une faible lueur qui annonce peut-être un espoir de rédemption.

Le roman commencé peu après la fin du précédent : Chien a perdu l’usage d’une partie de ses doigts et déprime de ne plus pouvoir manier correctement sa hache. Mais son amie Bréhyr va lui proposer une méthode qui va lui permettre de littéralement revivre. S’ensuit alors une quête sanglante qui va mener les deux femmes aux confins de leur propre volonté.

Clairement plus ancré fantasy que le premier roman de Justine Niogret, Mordre le bouclier est un roman d’une grande qualité littéraire. C’est le premier point que le lecteur notera à la lecture de ce roman : la plume de l’auteure a pris de la maturité et est devenue encore plus fluide, séduisante et immersive. L’univers dans lequel évoluent Chien et Bréhyr correspond toujours au Moyen-Âge, avec sa violence omniprésente. Que celle-ci soit physique, naturelle, psychologique, elle vient émailler le roman, le rendant encore plus crédible. Avec une dureté surprenante chez une femme, Justine Niogret nous dépeint un monde où la femme a peu sa place en tant que guerrière. Loin des standards féministes que l’on trouve parfois, elle nous propose des héroïnes adaptées à leur époque, n’hésitant pas à cogner, trancher, et tuer lorsque cela s’avère nécessaire. Et cela est souvent le cas, finalement… De plus l’aspect « brisé » des deux femmes ajoute en crédibilité au récit.

D’un point de vue technique le roman est parfaitement réussi : peu de coquilles, une excellence technique habituelle chez Mnémos,… bref l’ensemble du livre est un écrin dans lequel le nouveau joyau fabriqué par l’un des fers de lance du nouvel imaginaire francophone ne dépare pas, bien au contraire.

Je n’ai aucun regret d’avoir lu Mordre le bouclier, loin de là même. Ce roman qui aurait pu être une simple suite de Chien du Heaume s’avère sublimer encore plus la créativité de Justine Niogret. Parfaitement à sa place dans les univers de l’imaginaire malgré les critiques qui ont été faites à son premier roman, elle va finir de convaincre les récalcitrants que les prix remportés l’année précédente sont parfaitement justifiés. Reprendre le personnage de Chien était risqué, mais l’auteure s’en sort à merveille en proposant une seconde héroïne, mais aussi et surtout en renouvelant son propre récit, en sublimant son talent. Merci, Mme Niogret !

Mordre le bouclier
Justine Niogret
Icares
Mnémos

18 €

About Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Check Also

Angels Of Light – Vital Breath

Après Duality un premier album sorti en 2014, les Français de Vital Breath nous reviennent …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *