Accueil / Musique / Métal / Moonbathers – Delain
Bannière Institut de la Musique

Moonbathers – Delain

delain-moonbathers

Delain, groupe néerlandais fondé par Charlotte Wessels et Martijn Westerholt (ex-Within Temptation), fête ses dix ans cette année et quoi de mieux qu’un nouvel album pour séduire les fans ? Eh bien c’est chose faite ! Découvrez donc ce Moonbathers, illustré de manière très spéciale d’ailleurs sur la pochette (on aime ou on aime pas le style, cela dépend de chacun) !

L’album début avec Hands of Gold, premier morceau qui commence avec des riffs efficaces et entraînants. Et lorsque la voix de Charlotte vient se poser par-dessus rien à redire, tout est très propre. On enchaîne avec The Glory and The Scum, qui début de manière plus lourde puis la voix de la chanteuse vient égayer tout cela de sa voix presque cristalline. Le refrain est un bon exemple de ce que va pouvoir proposer l’album dans son ensemble, donc n’hésitez pas à y jeter une oreille. Suckerpunch est repris de l’EP sorti il y a quelques mois, Lunar Prelude, et était la seule chose qui le sauvait, donc je ne vais donc pas m’étendre dessus. The Hurricane est une chouette ballade, comme Delain sait les faire, rien à redire, même si pour moi cela manquait d’un côté pêchu… Chrysalis – The Last Breath est une autre ballade qui mets particulièrement en avant la voix de Charlotte Wessels. Le morceau est très joli m^me si vraiment pas énergique, ce que certains auditeurs regretteront.

Avec Fire With Fire on revient au bon métal sympho énergique et du coup l’ambiance monte en température. Morceau intéressant et parfaitement en phase avec ce que Delain propose depuis ses début. Pendulum est un autre des morceaux de l’album que j’ai particulièrement apprécié, notamment du fait de son rythme saccadé et bien découpé auxquels on peut ajouter des solos de guitares fort sympathiques. Danse Macabre porte parfaitement son nom et est une chanson vraiment intrigante de bout en bout qui passé la première écoute m’a vraiment plue. Scandal a su aussi me surprendre avec son style un peu 80’s. Plutôt inattendu ce morceau propose quelque chose de plus rock que ce que Delain fait d’habitude et cela m’a bien fait plaisir. La seule touche d’originalité finalement de tout l’album. Turn the Lights Out est de nouveau un morceau classique de Delain, très propre et réussi mais je l’ai trouvé sans âme personnellement. The Monarch conclue Moonbathers avec une première minute assez douce avant que l’ensemble décolle avec un très bel instrumental et une vois beaucoup plus feutrée que l’on s’y attendrait de base. Un chouette conclusion pour le coup.

Moonbathers n’est pas un mauvais album, il est impossible de dire ça, mais je suis resté sur ma faim. A une ou deux exceptions près Delain fait du Delain, sans se mettre en danger, sans chercher à surprendre ses auditeurs. La réalisation est toujours aussi propre, vocalement Charlotte est au top, et le groupe propose sa musique, mais j’aurais attendu un peu plus de fun, des surprises qui seraient venues me prendre au débotté. Les amateurs du groupe ou de métal sympho trouveront leur compte en tous cas, et c’est bien là l’essentiel, alors que le groupe fête de belle manière ses dix ans d’existence.

Moonbathers
Delain
Napalm Records
2016

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Marduk + Archgoat + Valkyrja + Attic + Stortregn – La Machine du Moulin Rouge – 4/12/2018

Le 4 décembre avait lieu le concert de Marduk à La Machine du Moulin Rouge, …

The Arrow Of Satan Is Drawn – Bloodbath

Après avoir découvert le groupe au moment de leur tournée avec Kreator, Dimmu Borgir et …

2 commentaires

  1. Pour info, « Scandal » sonne années 80 car c’est… une reprise des années 80, plus précisément de Queen. Ce titre figure sur l’album « The Labyrinth ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *