Home / Livres / Fantasy / Miséricorde – Les Cavaliers Dragon T.1 – Jaida Jones & Danielle Bennett

Miséricorde – Les Cavaliers Dragon T.1 – Jaida Jones & Danielle Bennett

Et de nouveau un gros tome de fantasy signé Eclipse, qui ne cesse de nous proposer d’excellents romans d’imaginaire anglo-saxons. Cette fois c’est un duo de femmes de choc que nous retrouvons avec Jaida Jones et Danielle Bennett et leur premier roman de la saga des Cavaliers Dragons, Miséricorde. De la high-fantasy haute en couleur, sans concessions et magnifiquement écrite. Que demander de mieux ? Décryptage de ce magnifique objet.

La couverture signée par Kekai Kotaki est juste sublime. Je ne vois pas d’autres mots. Représentant Miséricorde, dragon fait de métaux, elle donne tout de suite envie de lire sans s’arrêter les quelques 480 pages du roman. Ce n’est pas rien, mais l’ensemble est à la fois joli et pratique ce qui a achevé de me conquérir…

Présentation de l’éditeur :

« Grâce à l’escadrille Draco, le Volstov est sur le point de remporter la guerre séculaire qu’il mène contre le Ke-Han voisin. Les vauriens indisciplinés qui pilotent les dragons mécaniques fonctionnant à la magie sont l’arme absolue du Volstov. Mais l’un d’entre eux se retrouve au centre d’un scandale susceptible de faire changer la victoire de camp. Pour neutraliser cette menace et sauver le royaume, quatre héros fort différents doivent s’unir : un magicien en exil, un naïf provincial, un jeune étudiant, et l’imprévisible pilote virtuose qui chevauche le plus redoutable dragon de la cité : Miséricorde. Mais à la veille de la grande bataille, ces quatre braves feront face à un péril susceptible de faire hésiter les plus formidables guerriers, faiblir les plus puissants magiciens, et associer dans une même quête quatre personnages si disparates. »

D’un point de vue scénaristique, le roman reste assez classique dans ses grandes lignes avec deux pays qui se font la guerre sur fond d’intrigues diverses. Mais là où Miséricorde parvient à se dénoter, c’est sur la profondeur des personnages. Hal, Royston, Rook et Thom sont crédibles à souhait, que ce soit dans leur psychologie comme dans leur réaction aux situations. Les modes de fonctionnement descriptifs choisis sont également étudiés avec soin et d’un strict point de vue du fond je n’ai rien trouvé à redire sur ce roman qui m’a satisfait de bout en bout, me faisant attendre le second tome avec une impatience non dissimulée.

Le seul vrai bémol de ce roman au-delà de sa véritable absence d’originalité est l’illisibilité de la carte, ou tout du moins le fait que pour moi elle fut complètement obscure. Pour un livre contenant un fond de guerre avec les noms de plusieurs nations il me semblait normal de pouvoir les placer sur une carte cela ne fut pas du tout le cas. Ce fut une déception pour moi qui n’est pas un réel amateur de ce genre de « goodies » sur un roman, mais s’il y en a une je veux pouvoir m’y référer et là ce ne fut pas le cas.

A part ce point noir, j’ai été ravi d’entrer dans l’univers de deux auteures aux univers différents, mais qui viennent se rejoindre pour faire de Miséricorde un roman aussi beau à l’extérieur (je suis amoureux de cette couverture) que bon à l’intérieur. Jusqu’à maintenant Eclipse a su nous régaler avec de très bons romans, ce qui n’est pas peu dire. Espérons que l’année 2011 leur sera tout aussi faste en la matière, car bien que produisant moins que le géant Bragelonne, ils parviennent à faire de plus beaux livres qui sont au moins d’aussi bonne qualité…

Miséricorde
Les Cavaliers dragon T.1
Jaida Jones & Danielle Bennett
Eclipse

18 €

About Thomas Riquet

Passionné de littératures de l’imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d’Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom.

Ce faisant il assure également la direction littéraire d’anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Check Also

Colorado Kid – Stephen King

  L’un s’appelle Dave Bowie, l’autre Vince Teague. L’un est gros, l’autre est mince. L’un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *