Home / Matricia – Charlotte Bousquet

Matricia – Charlotte Bousquet

Matricia est le troisième volet de l’Archipel de Numinées, écrit par Charlotte Bousquet. Le deuxième roman, Cytheriae, a reçu le prix prix Elbakin 2010 du meilleur roman et le prix Imaginales 2011 du meilleur roman et de la meilleure illustration.

Voici la quatrième de couverture de Matricia, fournie par l’éditeur Mnémos :

Dans les ruines de Lysania, capitale de Matricia dévastée par la peste cendreuse, une magicienne et un sorcier, derniers rejetons d’une lignée maudite s’affrontent au Jeu du Destin. Pour chaque lame de tarot tirée, un souvenir ressurgit du passé, composant carte après carte la tragique histoire d’une vengeance familiale. Au fil des arcanes, Dionisia, bâtarde métisse des Tengelli, et Alino, son oncle, dressent le tableau effroyable d’un clan d’assassins et de manipulateurs.

Pendant ce temps, le nécromancien Angelo di Larini cherche sur les terres ravagées de Matricia le moyen de contrer le mal qui ronge L’Archipel des Numinées.

Un combat, trois destins – et le monde comme enjeu.

Le roman alterne donc deux aventures, celle du combat de Dionisia contre son oncle et celle de la quête d’Angelo à travers la terre de Matricia. Dionisia est une chamane et une sorcière du Destin. Elle lit l’avenir dans les tarots, reçoit des visions, maîtrise les incantations et les fétiches, manipule les esprits. C’est aussi une métisse, fille des Tengelli, une famille vouée à un démon et dont les seuls plaisirs sont inextricablement liés à la mort, la souffrance, l’inceste et le pouvoir. Dionisia a dédié sa vie à la destruction des Tengelli. On la découvre au moment où elle fait face au dernier membre de la famille, Alino. Ils vont jouer au jeu du Destin, où chaque joueur tire une des vingt-deux arcanes de la lune et raconte un souvenir lié à ce qu’elle représente. C’est ainsi que l’on remonte le fil de l’histoire des Tengelli, de la vengeance de Dionisia et d’Alino, de leurs souffrances et leurs sacrifices pour détruire ce clan. Et ces deux sorciers s’affrontent à présent pour savoir qui de leur maître, la Déesse de la lune ou Kebahil, détiendra l’Archipel. Au même instant, un nécromancien tente de comprendre et d’anéantir la peste cendreuse répandue par Kebahil pour détruire chaque être vivant sur Matricia.

Les pouvoirs de sorcière de Dionisia sont un retour aux sources avec des potions, des fétiches, des tarots et des incantations. Elle est aussi capable de s’insérer dans les esprits et utilise ce dangereux don pour assouvir son désir de vengeance. Au fur et à mesure que les arcanes sont tirées, on découvre un univers très sombre, empli de violences, de trahisons et de désirs incestueux. On découvre au fil du roman le destin tragique du nécromancien. Malheureusement, le passé d’Angelo est peu exploité. Et c’est ici que le bât blesse. Charlotte Bousquet réussit à nous faire découvrir des personnages profonds, avec des histoires et des destins différents, mais nous laisse sur notre faim. Le principe original du flash-back empêche de comprendre tous les tenants et les aboutissants des aventures des protagonistes. On voudrait en savoir plus mais l’auteure ne nous le fournit pas, gâchant le plaisir de la découverte des personnages.

La couverture a été réalisée par Elvire de Cock et je la trouve parfaite pour représenter le roman. Dionisia y est représentée, sensuelle et dangereuse, avec une carte de tarot dans la main. L’arrière plan est très sombre, par contraste avec la sorcière, et donne une atmosphère lugubre à l’illustration.

Matricia est donc un bon roman. Il n’a malheureusement pas été assez approfondi. Les personnages auraient mérités d’avoir une histoire plus développée, particulièrement en ce qui concerne Angelo. Finalement, j’ai beaucoup aimé Matricia, mais je l’ai fini en ayant la sensation qu’il n’est pas entièrement abouti.

Matricia
Charlotte Bousquet
Couverture : Elvire de Cock
Edition Mnémos
20€

About Fanny

Fanny est étudiante en finance à l’université.
Elle a toujours aimé lire depuis sa plus tendre enfance. Même si elle n’a découvert le style fantastique que depuis quelques mois, elle s’y est plongé depuis sans modération.
Certains diront qu’elle a une façon peu orthodoxe de lire, puisqu’elle commence toujours par le dernier chapitre – et ils auront raison – mais elle continue bravement à le faire à chaque fois (y compris les policiers !).

Check Also

The Batman – série 2004

Depuis trois ans, les criminels de Gotham City sont confrontés à un mystérieux justicier masqué connu sous …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *