Accueil / Musique / Masquerade – Hey Life
Bannière Institut de la Musique

Masquerade – Hey Life

 

Fondé en 2017, le groupe Hey Life s’est vite fait remarquer avec un premier clip balancé en Octobre 2017, The way out. Les fans de l’excellent groupe italien Halflives ont également pu voir le groupe ouvrir pour eux lors de leur dernier concert parisien en Septembre 2018.

Après ces faits d’armes vient ainsi la sortie en Décembre 2018 de l’EP Masquerade, tout premier effort du quintet. C’est ainsi l’occasion de découvrir ce que vaut Hey Life sur cinq titres. Et disons-le dès le début, le résultat est très encourageant.

Dès la première note du premier morceau, Likeholic, nous ne sommes plus à Paris mais bien Outre-Manche, plus précisément dans l’univers du rock alternatif. On pense d’emblée à Lower than Atlantis et notamment au morceau Had enough. Tout comme le quartet anglais, la ligne de basse bien groovy se mêle à un son de guitare bien saturé et à une voix marquante et puissante.

C’est d’ailleurs la ligne de basse qui porte quasiment tous les morceaux de l’album, toujours impeccablement funky, apportant notamment un côté dansant au single Here’s the thing about Lilith. Il faut souligner également ce mixage et mastering impeccables, mettant encore plus en valeur les éléments notables de ces titres efficaces qui nous donnent une sacrée envie de danser et chanter avec eux.

Nous sommes en effet ici face à un EP maitrisé et réfléchi dans ces cinq morceaux hyper punchy et qui font rapidement mouche. On peut imaginer sans peine un public reprenant les « Hey ! » du morceau One more dollar, qui semble totalement taillé pour la scène, entre refrain entêtant, choeurs et break pour repartir de plus belle.

Et en parlant de scène, ils fêteront justement la sortie de ce bel premier EP le Samedi 8 Décembre au Bus Palladium : l’occasion de voir si le rendu scénique de ces cinq petites bombes est aussi bon que le rendu sur album !

Masquerade
Hey Life
2018

Eldricht Tales

A propos de Nono

Touche à tout et électron libre passée par des expériences en théâtre et en télévision, Nono finit par se poser pour son plus grand amour, la musique, en travaillant comme assistante de production. Elle vit cependant une double vie avec moins de tableaux Excel, mais faite de concerts transpirants, de pop punk, rock alternatif et emo. Et comme les choses sont bien faites, elle aime bien parler de cette double vie avec plein de mots et d'enthousiasme.

Lisez aussi

Entretien avec Lorenzo, guitariste de It Came From Beneath

Après avoir écouté et chroniqué le dernier album de It Came From Beneath, Clair-Obscur, l’occasion …

Clockwork Immortality – Lovebites

Les japonaises de Lovebites nous reviennent avec leur second album en deux ans et en …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *