Accueil / Livres / Fantasy / L’Ombre – Intégrale – Jon Sprunk

L’Ombre – Intégrale – Jon Sprunk

1511-ombre-i_orgLa ville sainte d’Othir est l’endroit rêvé pour un assassin sans scrupules. Dans ce sombre univers de traîtrise et de corruption, Caim gagne sa vie à la pointe de sa lame, jusqu’au jour où un contrat banal le jette au beau milieu d’une inquiétante machination. Confronté à des hommes de loi véreux, des tueurs rivaux et une terrifiante sorcellerie, Caim ne peut se fier qu’à ses couteaux et à son instinct. Le destin mouvementé qui l’attend le mènera loin dans les Terres Perdues, jusqu’à son ennemi ultime, le Maître de l’Ombre…

 

Il faut du temps pour venir à bout de cette grosse intégrale de chez Bragelonne, mais il serait dommage de passer à côté de cette saga!

 

La couverture d’Alexandre Dainche met tout de suite dans l’ambiance: sobre et froide avec un personnage tout à fait reconnaissable qu’est l’assassin typique. Les détails du costume sont d’ailleurs très impressionnants!
L’Ombre est une trilogie de dark-fantasy passionnante, pleine de rebondissements dans un univers cohérent très réaliste. L’auteur sait exactement quand passer du temps sur le descriptif et quand rentrer vivement dans l’action. Il réussit également un joli tour de force en nous permettant de nous attacher à Caim malgré son attitude féroce et son métier. Car Caim est un assassin sanguinaire et sans scrupule; nous sommes ici loin d’une image d’Epinal romantique… L’intrigue s’ouvre donc sur un anti-héros; un héros en devenir qui ne sait pas qu’il peut en être un. D’ailleurs c’est assez bien fait, car plusieurs fois dans le déroulé de l’intrigue, on sent clairement que Caim ne veut pas être ce héros qu’on attend tous; les lecteurs sont ainsi dans une position de compagnons de route plutôt que de simples spectateurs. A travers son personnage principal, l’auteur traite justement du lien maternelle; le fil conducteur de son histoire.

 

Le premier tome s’intéresse aux péripéties de Caim dans la ville d’Othir (dans le Royaume de Niméa) où il va découvrir un véritable complot de l’Eglise. La référence à l’Inquisition est très claire et on est ici plutôt dans un jeu politique. En filigrane apparaît déjà la quête d’identité de Caim qui cherche à découvrir d’où il vient, lui qui a la capacité de convoquer les Ombres et de voir la fae Kit. Le second tome voir Caim partir pour l’Eregoth où il combattra les forces des ténèbres et se découvrira une conscience; une envie peut-être d’utiliser sa lame pour sauver les autres. Enfin le dernier tome est une conclusion épique de la quête de Caim, mais aussi la fin de la progression des forces des ténèbres vers la Niméa qui se prépare donc à la guerre. Sprunk passe de l’ambiance feutrée et colorée d’Othir (que l’on s’imagine assez bien comme une Londres fantasmée) à un décor glacial et étouffant dans les terres du Nord. Le second tome est d’ailleurs plus « merveilleux » dans la description; plus proche d’un environnement de conte.
De plus en plus, dans les romans fantasy que je lis, les personnages féminins sont très bien travaillés. C’est le cas ici avec Josie notamment qui passe de petite bourgeoise peureuse à une jeune femme charismatique écoutée de tous. Pareil pour Kit, personnage étrange issue du monde des fae que l’on dit être une simple légende. Elle apporte de l’humour dans l’intrigue (il en faut, vu la noirceur de l’histoire!), mais elle n’est pas assez développée. D’ailleurs, tout l’univers de l’Autre Monde manque de consistance et finalement on n’y croit pas vraiment, nous non plus (peut-être était-ce l’intention de l’auteur?).

 

Le roman, pour une fois, possède plus de dialogues que de descriptions sans pour autant nous empêcher de parfaitement visualiser où se situe chaque action. Cependant, il faut reconnaître que les dialogues sont vraiment maîtrisés avec un travail sur la façon de parler de chaque personnage qui permet de les reconnaître immédiatement. Cela créée également un vrai lien, même avec les personnages secondaires (notamment ceux du second tome; les plus touchants de la trilogie).

 

CONCLUSION
L’Ombre est une très belle saga de dark-fantasy avec un héros attachant et un bon dosage de la magie qui n’empiète jamais sur le corps social et politique du texte. A découvrir!

 

L’Ombre- intégrale
Jon Sprunk
Editions Bragelonne
couverture Alexandre Dainche

25€

À propos Arwen

Je m’appelle Arwen et j\’ai 22 ans. J’ai fait des études de cinéma pour devenir scénariste et c’est ce que je suis ! J’ai travaillé entre autre pour Canal J et Xilam (Les Zinzins de l’espace ou Oggy). Je développe également mes écrits en littérature jeunesse, genre dans lequel je me sens le plus à l’aise. Je suis une passionnée de littérature et de cinéma bien sûr. Tout ce qui touche au fantastique (et à ses cousines Fantasy et Féerie) me parle tout particulièrement. Je travaille depuis deux ans pour le webzine Khimaira pour lequel je suis principalement chroniqueuse cinéma. Mon actualité: un album jeunesse illustré en cours d’édition et la mise en place de mon premier roman pour la jeunesse.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

L’Empire Électrique – Victor Fleury

Dans un XIXe siècle uchronique, la France domine le monde, les troupes napoléoniennes armées par ...

Watch Dragon ball super