Accueil / Livres / L’homme qui mit fin à l’histoire – Ken Liu
Bannière Institut de la Musique

L’homme qui mit fin à l’histoire – Ken Liu

Il pourrait être dit que 8,90 € pour une novella d’une centaine de pages, cela fait une petite somme. Mais tout peut s’expliquer. Le moindre manga est à ce prix. Cet ouvrage bénéficie d’une couverture avec rabats et d’une finition de grande qualité, souvent rare en format poche, si ce n’est en broché. Si nous revenons sur cette couverture, nous avons déjà une idée du casting rassemblé pour cette édition.

En effet, Aurélien Police, dont je ne me lasse pas de découvrir les œuvres, est l’auteur de l’illustration de ce texte. Toujours avec sa technique vaporeuse, éthérée, il met en scène de vagues rouages qui figurent les aléas du temps qui passe et d’où émergent des ombres en attente de prendre corps.

La traduction ensuite. C’est l’aguerri Pierre-Paul Durastanti qui s’est attelé à la traduction du texte. Souvent, on peut se demander en quoi une traduction est bonne si on ne connaît pas le texte d’origine. C’est assez simple, en fait, quand on ne sent pas d’à-coups dans le style, quand le lecteur ressent la profondeur de l’expression voulue par l’auteur, alors on a affaire avec une belle traduction originale. Ici, c’est bien le cas.

Une nouvelle collection. Les Éditions du Bélial’ sont bien établies sur le marché des littératures de l’imaginaire. Elles ont confié à Olivier Girard cette nouvelle Collection Une heure-lumière dédiée à ce format pour déjà six textes parus. Cette collection est soignée et la sélection des auteurs est exigeante pour respecter l’objectif de qualité fixé.

L’auteur enfin. Car c’est surtout l’auteur, Ken Liu, auteur américain d’origine chinoise aux multiples récompenses prestigieuses, qui est le quatrième atout de ce carré magique. L’homme qui mit fin à l’histoire est sous-titré Un documentaire. C’est une trame narrative peu courante dans les littératures de l’imaginaire, mais on la rencontre surtout dans des nouvelles et rarement dans des œuvres de plus grande taille, comme c’est le cas ici.

C’est donc sous la forme d’un documentaire où se suivent les témoignages des protagonistes que ce récit nous est proposé. Une propriété de la physique quantique permet d’observer le passé, mais cela détruit le moment observé. L’exploration est donc unique et ne risque pas d’être à l’origine d’un paradoxe temporel. Le moment observé ici est plus particulièrement celui où une unité composée de Mengele nippons a fait subir les pires tourments aux populations mandchoues occupées bien avant que ne commence la Seconde Guerre mondiale.

Ce récit a l’intérêt de mettre en lumière une période de l’histoire de l’Asie que nous ne connaissons que trop peu en Occident. Nous nous focalisons sur le nazisme, mais oublions les malheurs qui ont touché le reste du monde. Les femmes furent les premières victimes de ces expérimentations menées au nom de la science. Des scènes difficiles m’amènent à dire que cet ouvrage n’est pas à mettre entre toutes les mains.

Toujours est-il qu’en bon texte, il pose de nombreuses questions : faut-il toujours insister sur les périodes sombres de l’histoire pour obtenir des excuses ou des indemnisations plutôt que de les utiliser pour ne plus les reproduire ? peut-on mettre à mal la paix précaire de notre monde en faisant remonter ces tensions ? n’est-ce pas l’ensemble de l’humanité qui est responsable de ces crimes plutôt qu’un seul peuple ? Une lecture éprouvante et un écrit remarquable.

L’homme qui mit fin à l’histoire
Ken Liu
Couverture illustrée par Aurélien Police
Traduction par Pierre-Paul Durastanti
Le Bélial’
Collection Une heure-lumière
2016

8,90 €

Eldricht Tales

A propos de Chris

Chris a toujours apprécié les littératures de l’imaginaire, mais il lit également d’autres genres pour son plus grand plaisir. Il préfère le terme de critique à celui de chronique qui lui semble toujours trop consensuel. Non qu’il dise systématiquement du mal des auteurs, mais quand il tient une bonne daube ou une resucée maladroite alors il laisse la plume glisser dans de bien sombres humeurs. Comme tout lecteur passionné – ça lui arrive parfois – il n’aime rien tant que de devenir festivalier et d’aller à la rencontre des auteurs. Chris participe de temps à autre à des appels à texte et s’intéresse depuis peu à la photographie, histoire d’apprendre à cerner l’essentiel d’une situation comme d’un lieu. Enfin, il aime plus que tout le transgenre et espère avec une certaine impatience pouvoir être à l’origine de la découverte d’un auteur qui aurait l’audace d’écrire un roman policier avec des sorcières, des mutants et bien entendu quelques créatures extraterrestres aux mœurs exotiques, à défaut d’être douteuses.

Lisez aussi

Guerre et Peste – Sombre Imperium – Guy Haley

Dark Imperium, renouveau scénaristique de la licence de jeux et de roman Warhammer 40.000 continue …

Erased – Ten Shimoyama

Satoru Fujinuma est un jeune mangaka, qui rêve de vivre de son art. En attendant ; …

2 commentaires

  1. C’est effectivement une très belle collection que propose Le Belial’ avec Une heure lumière. Cependant, il y a déjà 11 titres parus et 1 autre à paraitre 😉 Je plussoie pour les couverture d’Aurélien Police qui sont superbes.

    • Oui, en effet, d’autres titres fabuleux sont sortis depuis cette parution. Je me situe juste au moment de la parution pour cette chronique. Merci pour votre commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *