Accueil / Livres / L’homme des morts – V.M. Zito

L’homme des morts – V.M. Zito

Je suis un gros fan de romans post-apocalyptiques et du coup la mouvance zombie n’échappe pas vraiment à la règle. Après m’être enfilé les Walking Dead peu de romans sont encore en mesure de proposer une vision un peu innovante du romand e zombie, surtout après la ruée que le genre a connu aux alentours de 2013-2014. Mais cette fois V.M. Zito a su, sur un one-shot, me plonger dans son univers et me faire découvrir d’autres facettes de ces aventures dans un monde désolé.

La couverture est classique à souhaits pour un roman de ce type, en mode lonesome cowboy se dirigeant vers le soleil couchant, mais fonctionne tout de même puisque je me suis laissé attirer. Mais le pitch proposé par l’éditeur est finalement ce qui m’a le plus convaincu :

L’infection zombie a séparé les États-Unis en deux. L’Est, la Zone Libre, est complètement bouclé : personne n’y entre, personne n’en sort. L’Ouest, la Zone Occupée, a été abandonné aux morts.
Henry Marco est pourtant resté dans le Nevada. Mercenaire au service des familles de l’Est, il traque et tue les zombies qu’on lui désigne, permettant aux proches de faire leur deuil. Maintenant le Ministère de l’Intérieur a besoin de lui pour une mission délicate : retourner en Californie, où tout a commencé. Retrouver un homme. Rapporter un secret.
Mais dans l’Ouest ravagé de l’Amérique, tout est possible. Surtout le pire.

Le scénario commence de manière on ne peut plus classique : du danger partout, la nécessité de tuer un certain zombie, et des risques inconsidérés sont pris par le héros qui se retrouve obligé de sauver sa vie sur le fil. Bien fait mais terriblement classique sur la forme. Toutefois j’ai été interpellé par le concept de base : un homme qui se fait payer pour achever les mort-vivants de familles endeuillées. Ce simple principe de départ m’a séduit et du coup j’ai continué ma lecture m’attendant à être surpris. Et effectivement l’auteur est parvenu à me surprendre au fil des pages. Tout d’abord en amenant le personnage de Ken Wu, qui va surprendre le lecteur de bout en bout du roman, un peu comme un sidekick de notre héros qui prendrait de plus en plus de place dans le scénario. Le final est franchement explosif et le côté road movie à mi-chemin entre Mad Max et Walking Dead est vraiment appréciable.

Le roman se déroule sans accrocs, mon seul bémol est le fait que l’auteur s’alourdit à mon sens un peu trop sur la tristesse de Henri Marco envers sa femme perdue et probablement morte qu’il ne parvient pas à retrouver. Classique à souhaits mais finalement trop de sirupeux tue à mon sens un peu le rythme du roman. Stylistiquement c’est fluide, l’action se développe non-stop pour notre plus grand plaisir et la traduction est de bonne qualité donc rien à redire sur ce point.

L’Homme des morts est donc un roman que je conseillerais à tous les amateurs du genre Z : efficace, bien écrit, proposant une vision légèrement différente de la situation post-apo zombie, autant de raison de se laisser tenter, non ?

L’Homme des morts
V.M. Zito
Le Livre de Poche
2018

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

A New Horizon – Komatsu

  Après avoir parlé de stoner et de doom, il est temps de compléter la …

Exile amongst the ruins – Primordial

  Exile amongst the ruins est le dernier album de Primordial, un groupe de pagan …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *