Home / Interviews / LES METIERS DE LA MUSIQUE : entretien avec Cat, photographe

LES METIERS DE LA MUSIQUE : entretien avec Cat, photographe

Car il n’y a pas que de la testostérone boostée à la bière dans les pits je vous propose aujourd’hui de découvrir l’adorable et talentueuse Cat, qui nous explique comment elle travaille et quelle est sa vision de la photographie de concert.

eMaginarock : Bonjour, et merci de prendre quelques minutes pour répondre à ces questions. Pourrais-tu tout d’abord te présenter, et nous expliquer comment tu en es venu à la photo, et plus particulièrement la photo de concert ?

Cat : Cat, la cinquantaine, je fais de la photo depuis très longtemps mais je suis venue assez récemment à la photo de concert, un peu par hasard, il y a deux ou trois ans. Je faisais pas mal de photo en studio avant, un univers dans lequel tu maîtrises absolument tout. A l’inverse, en concert, tu ne maîtrises ni l’éclairage, ni les modèles. C’est un exercice difficile mais je ne m’en lasse pas.

eMaginarock : Comment travailles-tu, quel matériel utilises-tu ?

Cat : J’ai un Canon 5D Mark II qui commence à vieillir et un objectif 70-200 sigma qui n’est pas du tout adapté aux petites salles parisiennes mais tant pis, je fais avec. Je shoote en manuel en évitant de monter au-delà de 3200 isos, je suis donc constamment en ouverture 2.8.

eMaginarock : Comment travailles-tu en post-prod ? Quel logiciel utilises-tu ?

Cat : J’utilise le logiciel de retouche Lightroom, très simple d’utilisation. Je n’ai jamais su utiliser Photoshop même en suivant une formation, trop complexe pour moi.

eMaginarock : Comment considères-tu ton boulot de photographe live ? Quelle est la vision qu’en ont les gens ?

Cat : C’est la photo plus que la musique qui m’a poussée à devenir photographe de concert. Je suis constamment dans l’attente d’un cliché incroyable, ça arrive trop peu souvent à mon goût mais j’y retourne toujours. C’est une passion plutôt qu’un boulot même si ça prend énormément de temps. Pour moi, l’idéal ce serait de ne pas avoir de live report à rédiger et surtout de pouvoir shooter pendant toute la durée du concert ou au moins sur les trois derniers titres plutôt que sur les trois premiers. Les gens ont l’air souvent impressionnés et surtout sont persuadés que nous sommes payés pour ça ! Chaque fois qu’un spectateur vient me parler, il semble toujours très surpris d’apprendre que ce n’est pas mon métier. Et je sais que ça agace pas mal de photographes de métier de voir arriver cette armada d’« amateurs » dans le pit. La faute au numérique.

eMaginarock : Quelle est la plus grosse claque que tu te sois pris sur un live (en tant que photographe) ?

Cat : Mon premier Hellfest.

eMaginarock : Et a contratio quel est ton pire souvenir (en que photographe) ?

Cat : Dark Funeral au Petit Bain. Pas de lumière !!!

eMaginarock : Le média pour lequel tu travailles te laisse-t-il toute latitude sur tes photos et tes choix de concert ?

Cat : Il faut que le concert reste dans la lignée du média et que la musique soit résolument metal. Sinon je fais ce que je veux.

eMaginarock : Comment fais-tu pour mener tes activités professionnelles et la photographie de front ? Car c’est tout de même un gros travail !

Cat : Un boulot énorme auquel je consacre presque tout mon temps libre. Je ne suis qu’une employée et mes enfants sont grands. Si j’étais cadre avec beaucoup d’heures de travail ou si j’avais des enfants jeunes, je ne le ferais pas.

eMaginarock : Fais-tu d’autres types de photographie que du live ?

Cat : Plus le temps mais l’appel du studio est le plus fort. Je vais y revenir j’espère très prochainement.

eMaginarock : Comment vois-tu le milieu musical actuel depuis les pits ? Est-ce difficile pour les groupes de se faire une place ? N’y a-t-il pas trop de groupes et pas assez de scène ou de public ?

Cat : C’est vrai qu’il y a beaucoup de groupes mais peut-on réellement s’en plaindre ? Parfois le public est absent, c’est vraiment dommage mais le prix des billets a augmenté depuis que les ventes de disques se sont effondrées, ceci expliquant sûrement cela. Avant de faire de la photo de concert, je n’allais voir un groupe que si je le connaissais déjà. Aujourd’hui je me rends compte que c’est une erreur. Découvrir un groupe sur scène c’est top. Et je n’ai jamais acheté autant de cd que depuis que je fais de la photo de concert.04

eMaginarock : Merci d’avoir pris le temps de répondre à ces questions et à bientôt au détour d’un pit photo !

Retrouvez le travail de Cat sur son sa page Facebook

About Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Check Also

Entretien avec Thierry, membre de l’organisation du Musikö_Eye Fest

Le Musikö_Eye Fest va être un grand moment de cette fin d’année avec une journée …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *