Accueil / Cinéma / Les contes sous toutes leurs formes ! – 4-Les nouveaux contes et conclusion

Les contes sous toutes leurs formes ! – 4-Les nouveaux contes et conclusion

Déclamé au coin du feu des siècles durant, le conte est devenu un genre littéraire immortalisé par de grandes plumes. Le temps a passé sans qu’il ne soit exprimé autrement que par les mots et la voix. Lorsque quelques bons génies un rien emplis de folie ont décidé que sa place était autant dans les mots que dans l’image, l’essence du conte changea. Source privilégiée de l’illustration fantastique puis du dessin animé, rares furent les audacieux capables de créer des passerelles menant le conte au film. Mais son esprit a enflammé la créativité, offrant ses merveilles à plus d’une vision.

 Aujourd’hui comme autrefois, le conte est multiple, il a conquis toutes les formes possibles d’expression contemporaine et brisé toutes les frontières.

4     LES NOUVEAUX CONTES

Depuis quelques années fleurissent les adaptations des contes sur divers supports, notamment au cinéma, mais la littérature réinvente également le genre pour les nouvelles générations.

Ces deux dernières années ont été particulièrement chargées en adaptations, surtout à la télévision où les séries se sont emparées du sujet.

Voici un aperçu des quelques dernières adaptations.

ANIMATION :

Le Chat Potté (2011) – CHRIS MARKER

chat potte

Le Chat Potté est un matou célèbre pour ses bottes, son grand chapeau et son talent d’épéiste qui lui vaut également d’être recherché contre récompense. Ce chat pas comme les autres est aussi un voleur bien malin qui aime sa liberté. Pourtant, lorsqu’il rencontre Kitty, une autre féline voleuse, il tombe sous le charme au point d’être attiré dans un traquenard : son ancien allié devenu l’être en lequel il a le moins confiance, Humpy Alexander Dumpy, a demandé à la belle Kitty de lui ménager un entretien avec le Chat. Humpy a un plan pour s’emparer des haricots magiques qui pourraient bien le mener lui et tout complice potentiel, au château des géants, repère de l’oie qui pond des œufs en or ! Partagé entre ses griefs pour Humpy et son instinct de chasseur de trésor, Le Chat Potté acceptera-t-il ce qui pourrait être sa plus grande aventure 

Personnage récurrent de la série Shrek, Le Chat Potté a droit à son propre film, sa petite gloire personnelle. Arrogant, séducteur, malin, droit dans ses bottes, Le Chat Potté est potté et non botté en version française suite à un malheureux concours de circonstances linguistique engagée avec Shrek (il signe de la pointe de son épée, d’un P qui veut dire… Puss in Boots, le nom anglophone du chat botté devenu Potté en VF…). Mais cette transgression avec le conte de Perrault n’est pas unique ici. L’introduction d’Humpy-Dumpy qui non seulement a le nom, mais aussi la forme d’oeuf d’Alice au Pays des Merveilles (à ceci près qu’il est seul ici, pas de jumeau), les haricots magiques, l’arbre géant menant au-delà des cieux et l’oie aux œufs d’or… Un gros mélange de plusieurs contes qui n’ont rien à voir avec le Chat Botté de Perrault qui, pour sa part, n’affrontait qu' »un » géant dont il triomphait par malice et portait des bottes magiques.

La production US de films animés, plus encore d’adaptations des contes, prouve une fois encore sa tendance à écrire sans respect des œuvres originales du moment que le rocambolesque attire le public. Certes, l’histoire tient debout puisque nous sommes dans le monde merveilleux de l’animation enfantine, d’autant que les personnages, le Chat en tête, sont attachants en diable, que le doublage savoureux et l’aventure palpitante ne sont pas en reste, sans oublier une maîtrise sans faille de l’animation. Néanmoins, le message éducatif de Perrault, mieux vaut être malin que ne compter que sur sa force physique et surtout ne pas se fier aux apparences, s’efface ici devant l’éternelle redondance US prônant les liens d’amitié comme valeurs sûres face à toutes les épreuves.

Le Chat Potté est bien sympathique, mais éloigné de son inspiration ancestrale.

BD

FAIRY QUEST (2013 – en cours)

9782723489621-L

Épuisée de réinterpréter chaque jour la même histoire que nous connaissons bien, le Petit Chaperon rouge a décidé de s’échapper ! La fillette a pris hardiment la route en compagnie de son ami le Loup, espérant s’émanciper du scénario de l’infâme monsieur Grimm. Les aventures de nos deux compagnons finissent par ressembler à un conte de fées à part entière, façonné autour d’une belle amitié se voyant menacée par un si terrible méchant.

Paul Jenkins réinvente ici le conte de fées en transformant Grimm en un terrible dictateur. Face à ses personnages, il a le droit de vie ou de mort et espère qu’ils suivent à la lettre le scénario connu de tous depuis des générations.

Dans ce premier tome, Chaperon Rouge et son loup sont devenus amis depuis bien longtemps maintenant et ne supporte plus de faire semblant de se détester. Assistants à des réunions de personnages de contes anonymes, telle une société secrète complotant contre les despotes, Chaperon et son loup tentent d’entraîner les autres personnages à Vrai-Monde, un endroit que l’on dit plus sûr pour eux. Serait-ce le nôtre ?

Grimm torture littéralement ses personnages ; ceux qui refusent de divertir les lecteurs avec les histoires habituelles. L’auteur aborde ainsi en sous-main le manque d’imagination et utilise donc une mise en abîme dans les contes mêmes pour mettre en avant la liberté et le besoin de penser par soi-même.

BD captivante et intelligente, Fairy Quest prouve à quel point il est nécessaire d’accepter la modernisation des contes sans en délaisser son histoire. Jenkins réussit habilement son pari aidé par de superbes illustrations et une mise en couleur remarquable.

20_FQ1

2919348-followtink

Le tome 2 a été financé via Kickstarter et devrait sortir avant la fin de l’année. 4 tomes sont prévus : une série à suivre !

Fairy Quest – tome 1 : Les Hors-la-loi

Paul Jenkins, Humberto Ramos, Leonardo Orlea

Editions GLENAT – 13,90€

MANGA:

PANDORA HEARTS (2010 – en cours)

 pandora hearts

Oz Vessalius est un adolescent blagueur qui cache derrière un sourire infaillible une profonde blessure. Orphelin de mère, il n’a jamais été aimé par son père, le comte Vessalius qui l’a toujours traité avec dédain et indifférence. Oz reporte donc son affection sur Gil son jeune serviteur, sa petite sœur et son oncle, seule figure paternelle qu’il connaisse. Le jour de la cérémonie traditionnelle de son entrée dans l’âge adulte, l’atmosphère est étrange, des hommes et des femmes emmitouflés de capes et cagoules lui annoncent que sa naissance même est une faute, qu’il est condamné à errer éternellement dans l’Abysse. Cette légende que l’on raconte aux enfants qui ne sont pas sages, Oz ne la prenait pas au sérieux jusqu’à ce jour fatal. Une force magique se réveille et Oz sombre irrémédiablement dans les ténèbres. À son réveil, le monde qui l’entoure est plus qu’étrange, il se fait attaquer par des créatures affamées que massacre un lapin géant armé d’une faux! Sous ses yeux, le lapin se transforme en une jeune fille prénommée Alice. Comprenant sa situation, Alice lui promet de le faire sortir de l’Abysse s’il l’aide à libérer la part scellée de sa magie. Trop heureux de mettre fin à son cauchemar, Oz accepte. Il ignore encore qu’il vient de signer un pacte de sang en devenant le contractant d’une créature de l’Abysse. Revenu dans son monde alors que dix ans se sont écoulés sans que lui-même ait changé, Oz va rencontrer de nombreux contractants et leurs créatures échappées de l’Abysse : Humpy-Dumpy, Equès, le Chapelier, le Dodo, le Jabberwock, le chat de Cheshire…

Les Japonais ont une fascination pour le conte Alice au Pays des Merveilles. On en retrouve les personnages sur à peu près tous les genres d’objets de consommation et bien entendu à la source de nombreux mangas et animés. La série Pandora Hearts fait plus que de s’inspirer du conte, elle intègre et réinterprète l’ensemble de la mythologie créée par Lewis Carroll. Si le prénom du héros rappelle un autre conte cela s’arrête là. Le monde des Merveilles est présenté non seulement comme un cauchemar ayant pris corps sous le joug d’une cruelle souveraine, mais rien n’y ressemble à l’écrit de Carroll. L’Abysse apparaît comme une reine prisonnière réduite à la folie qui use de ses créatures pour se venger et sortir de sa prison, traçant ainsi un pont entre son monde et le monde réel, à la manière d’un miroir. Ce n’est plus un clivage entre le monde des rêves et la réalité, mais plutôt une lutte entre personnages de deux espaces-temps parallèles. Aux côtés des protagonistes entourant le héros, toutes les créatures inventées par Lewis Carroll apparaissent au fil des tomes du manga, mais sous des apparences bien différentes, car adaptées au récit de Jun Mochizuki, ce sont des combattants et la magie est leur arme.

L’histoire est complexe, le dessin soigné et agréable, Pandora Hearts a le mérite de respecter le conte de Lewis Carroll tout en offrant une œuvre saisissante d’intensité et de clins d’œil accrocheurs, mais affirmant une identité propre, une autre histoire.

Pandora Hearts – Jun Mochizuki

Editions Ki-oon

Parution en cours depuis 2010 – 21 tomes à ce jour sur 23 au total

 

JEU VIDEO:

Alice madness return (2011)

Alice Retour au Pays de la Folie est un jeu vidéo créé par Spicy Horse, branche de EA, et commercialisé en 2011. Basé sur le conte de Lewis Carroll, il offre une aventure dans un pays des Merveilles digne des plus grands cauchemars!

Alice Lidell est une jeune femme qui a grandi torturée par des souvenirs et des cauchemars depuis l’incendie qui tua toute sa famille. Elle a beau rencontrer régulièrement un psychiatre, rien ne change. Elle survit dans le Londres de la fin du 19e siècle et y croise des individus peu recommandables. Dès qu’elle se trouve livrée à elle-même, elle sombre dans un autre monde, celui de ses merveilles. Elle pense y trouver des réponses, comprendre comment sa famille est vraiment morte, comment l’incendie s’est déclaré. Sur son chemin, passant de paysages verdoyants peuplés de fantastiques animaux à l’environnement glauque d’usines rougeoyantes de cuves en fusion et autres domaines suspendus couleur de sang où l’attaque sans cesse toute une armée de monstres, elle avance. Armée de courage, de détermination et d’un bien étrange arsenal, Alice parviendra-t-elle au bout du chemin ?

Une fois encore, Alice au Pays des Merveilles inspire un média dont les concepteurs se sont évertués à exploiter l’envers du décor de Lewis Carroll, la sombre densité latente du conte. Tous les contes recèlent ces ténèbres, mais leurs célèbres rapporteurs ne les exploitèrent pas pleinement. À notre époque baignée d’ultra violence quotidienne diffusée en boucle sous toutes les formes possibles, la porte est grande ouverte et un public existe. Bien entendu, cette version du conte destinée aux gamers n’invite pas un jeune public dans ses filets…

Alice Retour au Pays de la Folie porte bien son nom. Dans ce jeu, Alice est le personnage qui a perdu ou croit avoir perdu la raison et seule la résolution complète du jeu apporte la réponse.

alice jeu 1

À chaque chapitre correspond un décor différent, mais toujours hanté par une atmosphère un rien, voire très sinistre. Les paysages sont grandioses, ils rappellent l’imaginaire né de la lecture du conte original, mais ajoutent une pointe de noirceur prometteuse des réponses que cherche Alice, notamment par la présence çà et là d’animaux estropiés, torturés, décapités.

alice jeu 5

Dans son périple, elle peut compter sur le chat de Cheshire, le Chapelier, le Charpentier, la Tortue aussi délirants que dans l’écrit de Lewis Carroll.

alice jeu 3

Alice est armée d’un grand couteau de cuisine (ou glaive), d’un moulin à poivre géant en guise de mitraillette, de bombes lapins, d’un cheval bâton (sorte de massue), d’une ombrelle bouclier, d’une théière bombardant un liquide bouillant, peut rétrécir et grandir à volonté (donc sans avaler de mixture bizarre), peut se déchaîner en mode folie et tuer plus efficacement les goules, les insectes-machines volants et leurs nids, les théières vicieuses projetant du thé bouillant, les cartes à tête de mort, les guêpes samouraï, les fous du thé, des piranhas géants, des crabes géants lanceurs de boules de feu, des ectoplasmes lanceurs de bombes, le bourreau géant avec sa faux, la reine de cœur…

alice jeu 2

Bref, Alice ne s’en laisse pas conter! Pour découvrir la vérité, elle est prête à se coltiner toutes les plus monstruosités du Pays des Merveilles.

Si ce jeu mise tout sur l’horreur et l’action, il présente une version inédite du conte Alice au Pays des Merveilles, revendiquant sa source d’inspiration comme les transformations imputées à la mise en forme d’un média qui vaut le détour. Pour mieux apprécier encore tout l’univers ainsi créé, on peut même se plonger dans la lecture et la contemplation de l’art book tiré des travaux de pré-production (The Art of Alice Madness Return, R.J. Berg – Dark Horse – 2011).

alice jeu livre

INTERNET ET COMIC:

Disenchanted

 DisenchantedDebut_cover

Internet est devenu une bonne source de lecture depuis que certains éditeurs ont décidé de faire profiter de comics gratuitement aux lecteurs assidus du genre. Ainsi, l’éditeur Avatar (Freakangels) publie Disenchanted directement en ligne avec une belle qualité et des apports réguliers à l’univers.

Disenchanted met en avant la ville souterraine londonienne de Vermintown abritant les membres du Petit Peuple que les gens ont oublié, la technologie prenant le pas sur les contes. Le comic, s’il remet en avant ces créatures pour justement ne pas les oublier, est beaucoup plus glauque que les textes actuels. Les illustrations très réalistes ajoutent de la cruauté et de la crudité aux histoires.

Disenchanted003pg04

Si les créatures de conte de fées sont bien présentes, ne vous attendez pas à de douces histoires ! Violence et déchéance sont au rendez-vous avec des personnages carrément monstrueux, vautrés dans la pauvreté et même eux commencent à oublier leurs origines féeriques. Certains personnages sont très repoussants et certains passages plutôt affreux, mais c’est aussi ce qui fait la force de ce comic mêlant habilement réalité, magie et cauchemars.

Disenchanted002pg02

Malgré cette ambiance bien sombre, Disenchanted est un web-comic à lire ne serait-ce que par la qualité du travail fourni pour le médium sur lequel il est publié, mais surtout parce qu’il nous interpelle sur les richesses de notre folklore que nous pourrions perdre à force de vouloir la technologie et le progrès à tout prix.

Voici le lien de ce comic en ligne qui comporte pour l’instant 38 épisodes: http://www.disenchantedcomic.com/webcomic/1/

POUR CONCLURE, VOICI UNE SÉLECTION AVEC DES DÉCOUVERTES (ou redécouvertes…) DANS TOUS LES DOMAINES!  (Arwen) 

4.1            FILMS et SÉRIES

Sucker Punch de Zack Snyder (2011)

*

Barbe Bleue court-métrage muet de 1901 réalisé par George Méliès (visionnage possible sur Youtube)

Barbe Bleue d’Edgar G. Ulmer (1944)

Barbe Bleue Christian-Jaque (1951)

*

La Petite Sirène de Karel Kachyna, film tchécoslovaque de 1975 très étrange, mais fascinant

Ponyo sur la falaise d’Hayao Miyazaki

*

Les Mille et une Nuits de John RAWLINS (1942)

Darkside, les contes de la nuit noire de John HARRISON (1990)

*

La Fleur écarlate, moyen-métrage d’animation russe de Lev Atamanov (1952)

La Belle et le Bête Christophe GANS (2014)

Beauty and the Beast série diffusée sur CW (3 saisons)

*

Peter Pan no Bouken, série d’animation japonaise (1989)

Peter Pan de P.J. HOGAN (2003)

Neverland de Marc FORSTER (2004)

Peter Pan et le Pays Imaginaire mini-série de Nick WILLING (disponible en DVD) (2011)

*

Blanche-Neige et le Chasseur de Rupert SANDERS (2012)

Blanche-Neige – Mirror, Mirror de Tarsem SINGH (2012)

*

Once upon a time (4 saisons) et Grimm (3 saisons) reprennent l’ensemble des contes sans distinction.

4.2            LIVRES

Alice au Pays des Merveilles illustré par Zdenko BASIC

Alice au Pays des Merveilles illustré par François Amoretti

*

Les Sept femmes de Barbe-Bleue et autres contes merveilleux d’Anatole FRANCE

Les Sangs d’Audrée Wilhelmy (l’histoire des femmes de Barbe Bleue)

La Barbe Bleue ou Conte de l’oiseau d’Ourdi de Claude CACHIN

*

Belle de Robert McKINLEY

Annabel et la Bête de Dominique DEMERS (album jeunesse)

*

Fairest de Gail CARSON LEVINE (réécriture de Blanche-Neige)

*

Peter Pan and the only children de Gilbert ADAIR

*

Sonora, la princesse au long sommeil de Gail CARSON LEVINE

La Belle au Bois Dormant ou Songe de la vive ensommeillée de Delphine JACQUOT

Carabosse Michel Honaker

Les infortunes de la Belle au Bois Dormant d’Anne RICE (réécriture érotique)

 *

Contes des royaumes : Poison / Charme / Beauté de Sarah PINBOROUGH

4.3            BD et MANGAS

Alice au Pays des Merveilles signé Leah Moore

Alice au Royaume de Cœur, série de mangas en 6 volumes publiée chez Ki-oon

*

La Belle et la Bête L’HERMENIER et LOOKY

*

Peter Pan, série de Régis LOISEL

4.4            AUTRES

saga FABLES – XBOX

* 

Folklore – PS3

*

Les studios belges Grin viennent de mettre un point d’honneur (via Kickstarter encore !) au financement de leur RPG Woolfe – The Red Hood Diaries, relecture du Petit Chaperon Rouge proche du Alice d’American McGee. À suivre…

*

Dans Final Fantasy VIII, on retrouve une invocation d’Ondine dont le nom d’attaque est Andersen !

*

En 1888-1889, Tchaïkovski s’inspira du conte de La Belle au Bois Dormant pour créer l’un de ses plus célèbres ballets.

5     CONCLUSION (Arwen)

Les contes et fables sont le reflet de la société humaine, de notre façon de penser, mais aussi de notre façon d’écrire aussi bien en littérature qu’au cinéma où Joseph Campbell parlait très justement des mythes pour les schémas dramaturgiques.

Si la mode est à la réinterprétation des contes, car nous avons sans doute besoin de nous approprier ce qui fut avant nous, les classiques n’ont pour autant pas été oubliés et les enfants (comme les adultes d’ailleurs…) lisent toujours autant Cendrillon ou La Petite Sirène.

Le conte a encore de beaux jours devant lui ! Les prochaines années vont voir arriver l’adaptation de Cendrillon par le réalisateur historique Kenneth Branagh (prévu pour l’instant pour le 25 mars 2015). Mais aussi La Belle et la Bête par Guillermo Del Toto (prévu aussi en 2015), Into the Woods très prochainement et Peter Pan par Joe Wright dans lequel Hugh Jackman jouera Barbe Noire.

À ceux qui pensent que c’est trop, qu’on en a marre et que ce n’est pas très original, et bien je vous dis « quel dommage ! », car alors vous vous privez de la meilleure chose qu’apporte à nous, grands enfants, les contes de fées : la capacité d’oublier notre condition d’adulte pour retourner en enfance et laisser le merveilleux nous guider.

Article écrit avec la collaboration de Clémentine

À propos Arwen

Je m’appelle Arwen et j\’ai 22 ans. J’ai fait des études de cinéma pour devenir scénariste et c’est ce que je suis ! J’ai travaillé entre autre pour Canal J et Xilam (Les Zinzins de l’espace ou Oggy). Je développe également mes écrits en littérature jeunesse, genre dans lequel je me sens le plus à l’aise. Je suis une passionnée de littérature et de cinéma bien sûr. Tout ce qui touche au fantastique (et à ses cousines Fantasy et Féerie) me parle tout particulièrement. Je travaille depuis deux ans pour le webzine Khimaira pour lequel je suis principalement chroniqueuse cinéma. Mon actualité: un album jeunesse illustré en cours d’édition et la mise en place de mon premier roman pour la jeunesse.

3 plusieurs commentaires

  1. Intéressante série d’articles ! Il manque cependant des références phares (après, vu le nombre de références, c’est normal que tout ne soit pas repris – ou sinon il faudrait au moins 10 articles ! ^^ ») et une confusion fréquente entre FABLE (sans s) le jeu vidéo Xbox et Fables (avec s), le comics et ses dérivés (dont un jeu click n point).
    En tout cas, j’ai fait de belles découvertes (alors que je connais bien le sujet), donc bravo pour cette petite série qui appelle à creuser encore plus le sujet.
    Vivent les contes ! 🙂

  2. Ah et il aurait été intéressant de signaler que le jeu vidéo Alice est une suite – le jeu originel, American McGee’s Alice date certes de quelques années, mais Alice Madness Returns en est la suite : dans le premier jeu, Alice affronte sa folie et dans le second, elle débarque dans le monde extérieur. L’univers est aussi tordu dans l’un que dans l’autre et est des plus sympathique (et sombre), un vrai plaisir de jeu !

    • Clémentine Fourau

      Oui, j’ai bien eu connaissance de cette première partie du jeu mais je n’ai pu y jouer donc je me suis abstenue de parler dans le vague ^ ^ merci pour le complément d’info!

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le pacte des loups – Christophe Gans

En 1766, une bête mystérieuse sévit dans les montagnes du Gévaudan et fait de nombreuses ...

Watch Dragon ball super