Home / L’Epée de Providence – Sorceleur T2 – Andrzej Sapkowski

L’Epée de Providence – Sorceleur T2 – Andrzej Sapkowski

Le premier tome de la saga Sorceleur, qui a inspiré le jeu vidéo The Witcher avait su me séduire par ses qualités littéraires, scénaristiques, et son découpage ingénieux. Les tomes suivants me mettaient bien entendu l’eau à la bouche avant même leur sortie. Voici donc L’Epée de Providence, second opus des aventures de Geralt de Riv, sorceleur de son état.

La couverture reprend de nouveau une image du jeu vidéo ayant été inspiré par les romans et nouvelles. On y voit le Sorceleur, comme de bien entendu, accompagné de la belle Yennefer, sorcière avec laquelle Geralt entretient une relation plus qu’étrange. La dynamique de l’image donne une bonne idée de ce que le lecteur trouvera ici. La quatrième de couverture est assez quelconque mais propose une vision de ce recueil de novellas :

Geralt de Riv n’en a pas fini avec sa vie errante de tueur de monstres. Fidèle aux règles de la corporation maudite des sorceleurs, Geralt assume sa mission sans faillir dans un monde hostile et corrompu qui ne laisse aucune place à l’espoir. Mais la rencontre avec la petite Ciri, l’Enfant élue, va donner un sens nouveau à l’existence de ce héros solitaire. Geralt cessera-t-il enfin de fuir devant la mort pour affronter la providence et percer à jour son véritable destin ?

De nouveau, le lecteur pourra profiter de l’un des personnages de fantasy les plus séduisants au cours de six textes hauts en couleur. Qu’il s’agisse de traquer un dragon, de combattre pour l’amour, de rechercher une épée légendaire, Geralt va vous faire vivre au rythme de ses pérégrinations. Et ce n’est pas peu dire car avec Andrzej Sapkowski, l’aventure est au tournant du chemin. Dans les premiers textes, le personnage de Yennefer, sorcière aux attraits tant physiques que magiques, va s’avérer capital et nous permettra de comprendre un peu mieux la psychologie du personnage du Sorceleur.

Du reste, les quelque 470 pages de ce livre ont été traduites avec un grand talent par Alexandre Dayet et à aucun moment je n’ai trouvé de coquilles ou de non-sens qui aient gêné ma lecture. C’est un plaisir de découvrir un héros issu de l’imaginaire des froides terres polonaises car il est parvenu à réchauffer mon cœur de lecteur grâce à ses aventures si riches. Ce qui est ici particulièrement agréable tient en peu de choses : la crédibilité des personnages. Et pourtant, Geralt est on ne peut plus impressionnant dans son rôle de traqueur de monstres, cynique, puissant et pourtant si fragile intérieurement. Ses fêlures n’apparaissent pas de prime abord mais n’importe qui d’un tant soit peu empathique saura déterminer à quelle moment l’assurance de Geralt devient façade.

A la fin de ce livre, il devra faire un choix qui guidera son destin par la suite et c’est cela que j’ai également beaucoup apprécié : l’auteur ne ménage pas ses personnages, les mettant face à des choix draconiens, à déterminer ce qu’ils veulent envers et contre tous.

En lisant L’Epée de Providence, les raisons de son David Gemmell Award  apparaissent sans ambiguïté. Parfait en tout point, il reprend une partie des classiques de la sword and sorcery en les détournant pour parvenir à créer son véritable univers. Et au sein de sa création, Andrzej Sapkowski fait évoluer des éléments aussi divers que des dragons, des épées magiques, des sorciers, des nains,… avec une maestria venue de l’Est qui a su surprendre et ravir le lecteur…

L’Epée de providence
Sorceleur T2
Andrzej Sapkowski
Milady

7 €

About Thomas Riquet

Passionné de littératures de l’imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d’Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom.

Ce faisant il assure également la direction littéraire d’anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Check Also

Juste un peu de cendres – Aurélien Police et Thomas Day

  Juste un peu de cendres est le premier comics d’Aurélien Police, illustrateur reconnu pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *